VIN

Les suggestions de la sommelière

Chaque semaine, inspirée par ses voyages dans les vignobles du monde entier, la réputée sommelière Véronique Rivest vous propose de découvrir trois vins en vente au Québec.

Encore meilleur le deuxième jour

Toujours un bon achat, et une très belle expression des Costières de Nîmes, cet assemblage de grenache, syrah, mourvèdre et marselan (un croisement de cabernet sauvignon et de grenache) offre un nez aromatique et complexe. Beaucoup de fruit noir, des épices, du cuir, de la violette et de la lavande. Des notes animales, viandées, sont bien présentes, mais se fondent à l’aération. Un passage en carafe lui est bénéfique et il est encore meilleur le deuxième jour. Très sec et gourmand, moyennement corsé avec de légers tanins et beaucoup de fraîcheur. Servir légèrement rafraîchi avec des saucisses grillées, des côtelettes de porc aux herbes, des aubergines ou des courgettes farcies à l’agneau.

Garde : de 2 à 3 ans

Château La Tour Béraud Costières de Nîmes 2016, 19,10 $ (12102629), 13,5 %, bio

Un vin qui a de l’éclat

J’ai simplement noté « wow » quand j’ai goûté ce vin. Si vous vous demandez de quoi je parle quand je mentionne de l’éclat dans un vin, goûtez celui-ci. Assemblage de grenache et de syrah, il a tout le fruit mûr et le caractère joufflu d’un vin de soleil, avec une complexité apportée par des notes animales, de garrigue et florales. Mais la bouche se distingue par cet éclat : une impression que le fruit éclate sous la dent et une sensation d’énergie, de vitalité. Beaucoup de matière, et une certaine chaleur, mais tout est équilibré et harmonieux. Les saveurs perdurent en finale, avec de légers tanins, eux aussi dodus. Encore meilleur après un passage en carafe ou quelques heures d’ouverture. Sûrement très polyvalent à table, il sera aussi bon avec un gigot d’agneau ou un tajine qu’avec un bon hamburger maison.

Garde : de 3 à 5 ans

Rémi Pouizin Native Côtes du Rhône-Villages Visan 2017, 21,50 $ (12517832), 14 %, bio

Magnifique riesling d’Alsace

Autre grand coup de cœur pour ce magnifique riesling d’Alsace. Décidément, les vins d’Ostertag ne déçoivent jamais. Ce qui ne devrait pas surprendre vu le travail irréprochable fait à la vigne et au chai. Issu de 13 différentes parcelles, toutes installées sur le grès rose des Vosges – la pierre de la cathédrale de Strasbourg. Le nez est envoûtant, riche et mûr, avec des accents de pêche confite, de cire d’abeille, de miel. La bouche impressionne par sa combinaison de richesse, de fraîcheur et d’éclat. À l’aération, il devient de plus en plus épicé. Un vin complexe et complet, savoureux et fondu. Fait pour la table, il est à déguster pas trop froid (de 10 à 12 °C), avec des acras de morue, des poissons fumés, des poissons ou fruits de mer en sauce, des ris de veau.

Garde : de 8 à 12 ans

Ostertag les Jardins Riesling Alsace 2017, 31,25 $ (11459984), 13 %, bio

Gourmand

À boire

Parce que le monde du vin est en constante effervescence, la journaliste spécialisée Karyne Duplessis Piché vous offre une sélection hebdomadaire de nouvelles du monde des liquides.

Tchin

Tout nouveau, tout beau, ce gin est élaboré à Granby par un groupe de passionnés de spiritueux. La Distillerie de la Chaufferie, installée dans une ancienne usine de l’Imperial Tobacco, produit un gin et une vodka. L’alcool de base est préparé avec des céréales du Québec, encore peu communes dans l’industrie. Le gin vient tout juste d’arriver à la SAQ. Bien qu’il ne surprenne pas par ses arômes très classiques de genévrier, sa texture grasse, presque huileuse en bouche, enchante. On y découvre aussi des notes de poivre, de cannelle et d’orange. Si vous n’arrivez pas à mettre la main sur une bouteille, faites un détour par Granby. L’entreprise a aménagé un bar adjacent à son site de production et propose même une visite des installations.

Distillerie de La Chaufferie London Dry Gin Furlong, 48 $ (14022497)

Sous l’étiquette

Si vous aimez le hockey et le whisky, ce produit risque de vous plaire. La société Corby a créé des spiritueux à l’image de trois légendes du hockey, soit Wendel Clark, Lanny McDonald et Guy Lafleur. Seul le whisky conçu pour le démon blond est vendu au Québec. Les premières bouteilles ont été mises en vente l’automne dernier et elles ne sont pas restées longtemps dans les rayons. Élaboré avec de l’alcool de maïs, puis vieilli dans des fûts de bourbon, de scotch et de rhum, le spiritueux est simple et accessible, tout comme le reflète son prix. Il s’ouvre sur des parfums de caramel, de tabac et d’écorce d’orange. La société devrait bientôt proposer trois nouveaux spiritueux, pour trois anciens joueurs. Les rumeurs vont bon train, mais il semble que Paul Coffey, Larry Robinson et Darryl Sittler ont été choisis.

J.P. Wiser’s The Alumni Édition unique Guy Lafleur, 45 $ (13909547)

Insolite

Les fûts de chêne servent habituellement au vieillissement du vin ou des spiritueux. Or, de plus en plus de vignobles et d’hôtels trouvent un usage inusité à ces grands contenants de bois : ils sont transformés en chambre. Le magazine anglais The Drink Business a récemment publié la liste de huit endroits où il est possible de dormir dans des barriques. Parmi eux, l’entreprise Coup 2 foudres a posé deux grands fûts dans les vignes du Château Bonhoste à Saint-Émilion. On y propose une nuitée dans un cadre magique, pour environ 180 $CAN. Même concept au domaine Quinta da Pacheca, dans la vallée du Douro, de même qu’aux Pays-Bas, au Chili et même en Slovénie. Le magazine ne fait toutefois pas mention d’un petit hébergement aux abords du lac Érié, en Ontario. Une région viticole méconnue qui regroupe une vingtaine de domaines et où l’on peut dormir dans un foudre de chêne posé sur l’eau. De quoi rendre le séjour mémorable.

En fermentation

Il faudra bientôt ajuster les manuels de sommellerie. Le terroir de la Bretagne n’est plus réservé au cidre, ni celui de la Normandie au calvados. Après plus d’un siècle d’absence, la vigne est en train de renaître dans ces régions du nord de la France. Grâce à une nouvelle réglementation et à un coup de pouce des changements climatiques, les premières bouteilles de vin breton seront produites cette année, selon un article de la Revue du vin de France. Près de Saint-Malo, l’association des vignerons de Garo espérait cette relance depuis des années. Le groupe de passionnés a défriché une parcelle entourée de murs datant du Moyen Âge à Saint-Suliac et a planté du chenin blanc et du rondo, un cépage rouge surtout planté en Europe de l’Est et dans le Nord.

À déguster

Le printemps est enfin à nos portes. Et ce rouge d’Autriche est une bonne façon de le célébrer. La famille Michlits assemble dans cette cuvée les trois cépages rouges typiques du pays, soit le zweigelt, le blaufrankish et le saint-laurent. Elle procède en partie à une macération carbonique, une méthode de vinification qui met en évidence le côté fruité des raisins. C’est réussi. Le tout rappelle la framboise, la mûre et les fleurs sauvages. Sur les papilles, la fête continue. L’attaque est juteuse, remplie de fruits mûrs et gouleyante. Un rouge sec, à 12 % et bio, ça fait du bien ! À déguster à l’apéritif ou avec un tartare de bœuf.

Meinklang Burgenland Neusiedlersee 2017, 20 $ (13971164)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.