Chronique

Massacres made in China

Il y a 30 ans, les étudiants chinois occupaient une place au nom imprononçable à Pékin. Ils réclamaient la démocratie. J’étais en cinquième secondaire, et l’un de nos enseignants les plus allumés parlait des étudiants chinois avec émotion en classe.

Nous avions 17 ans et ne connaissions pas grand-chose à la Chine ni aux rouages du monde. Mais nous comprenions que ce combat pacifique, dans une dictature, constituait un évènement historique…

Et dangereux.

J’oublie qui a demandé au prof Roger Leymonerie son opinion sur la suite des choses. Mais je n’ai pas oublié sa réponse : « Ils vont se faire massacrer. »

Il avait totalement raison.

Le 4 juin 1989, la dictature chinoise a lâché ses soldats à la place Tiananmen. Les militants prodémocratie armés de banderoles et de slogans se sont fait massacrer par des soldats armés comme le sont les soldats d’une armée régulière.

On ignore à ce jour combien de ses enfants la dictature chinoise a massacré. La Chine a réussi à faire disparaître ce fait, comme tous les faits qui lui déplaisent : 30 ans plus tard, on dit que les jeunes Chinois ignorent tout de ce massacre, censuré par l’internet chinois.

Je parle de Tiananmen parce qu’il devient de plus en plus évident que les militants prodémocratie de Hong Kong risquent de subir le même sort, 30 ans plus tard, aux mains du même régime communiste sanguinaire.

Hong Kong, territoire chinois sous contrôle britannique jusqu’à sa rétrocession à la Chine en 1997, est maintenant une « région administrative spéciale » de ce pays (comme Macao). En vertu du curieux principe d’« un pays, deux systèmes », Hong Kong jouit en effet d’une liberté qui n’existe pas en Chine continentale (1).

À preuve, ces manifestations qui ont commencé en avril par des protestations contre un traité d’extradition qui aurait permis à la Chine de piétiner le système judiciaire de Hong Kong. Juste le fait que ces manifs existent est en soi extraordinaire dans le contexte dictatorial chinois.

À l’heure où j’écris ces lignes, des affrontements ont lieu entre les manifestants prodémocratie et la police de Hong Kong. La police fesse dans le tas. Et non loin, en Chine continentale, le régime communiste a commencé à mobiliser son armée à Shenzhen (2) en vue d’une intervention à Hong Kong.

Quand un jour on écrira la notice nécrologique de la démocratie, j’espère que des esprits encore libres se pencheront sur la stupidité des États démocratiques face à des dictatures comme la Chine, dans les années 90, dans les années qui ont suivi la chute du bloc communiste mené par l’URSS.

On a permis à la Chine de se « libéraliser », d’avoir accès aux marchés de l’Occident et de participer aux institutions qui régissent le commerce international sans aucune concession démocratique de sa part. Sans que la Chine soit obligée de respecter les droits de la personne les plus élémentaires de ses concitoyens. Quel marché de dupes.

Je suis assez vieux pour me souvenir de ce mantra qui tenait lieu de vérité absolument incontournable : permettre à la Chine de participer au grand jeu du commerce international allait fatalement faire émerger la démocratie dans ce pays…

C’était totalement faux.

La Chine, qui est devenue cet immense marché – et cette manufacture de l’humanité –, n’a rompu ni avec la dictature ni avec le communisme. Si ça se trouve, la Chine s’est encore plus radicalisée dans la dictature en s’enrichissant.

La libéralisation du commerce n’a donc pas libéré la vie politique chinoise, comme les élites politiques et économiques occidentales des années 90 l’avaient promis-juré-craché. La Chine s’est ouverte au commerce, mais le régime qui la dirige est plus paranoïaque et répressif que jamais.

J’allais dire que l’Occident a été naïf face à la Chine, post-1990. Mais ce serait trop charitable. L’Occident a vu un marché en proverbiale émergence et n’a rien vu d’autre. C’était l’époque où des intellectuels croyaient que la chute de l’empire soviétique marquait la « fin de l’Histoire », entre autres niaiseries, sans doute les mêmes qui trouvaient que Pinochet était un grand démocrate.

Trente ans après Tiananmen, on se réveille donc avec une Chine droguée par son propre pouvoir… Et qui ne s’est jamais libéralisée. Qui ne se libéralisera jamais. La Chine est toujours gouvernée par des dirigeants corrompus et insécures, un pays où la règle de droit est une farce.

Une farce ? En ce moment même, deux citoyens canadiens sont retenus en otages – c’est l’expression juste – en Chine par pure vengeance parce que le Canada a arrêté une dirigeante de la société Huawei à la demande des États-Unis, conformément à nos obligations en vertu d’un traité d’extradition. Ils s’appellent Michael Spavor et Michael Kovrig.

Leur détention est un scandale, et toutes les chancelleries occidentales sont timides dans leurs dénonciations, effrayées par la réaction que Pékin pourrait opposer à quiconque protestera vigoureusement. En prison, les geôliers de Kovrig ont ajouté la cruauté à l’injustice : ils lui ont confisqué ses lunettes de lecture.

La dictature chinoise exige la libération de Meng Wanzhou, qui risque l’extradition aux États-Unis. Les Chinois ne comprennent pas – pardon, les Chinois ne veulent pas comprendre – que le premier ministre du Canada ne peut pas simplement appeler un juge ou la police et exiger la libération de quelqu’un, à cause de ce détail du nom de « règle de droit », détail qui distingue les démocraties des dictatures.

Le simple fait que les Chinois exigent cela d’une démocratie devrait inquiéter tous ceux qui ont un minimum d’estime pour l’idée démocratique.

Trente ans après Tiananmen, la preuve est faite : quand les démocraties accommodent les dictatures au seul nom du commerce, sans rien exiger en retour, les dictatures ne deviennent pas forcément des démocraties, comme par magie. Bien au contraire : la Chine est en train de développer un système de contrôle des êtres et de leurs pensées digne du 1984, d’Orwell (3).

Trente ans après Tiananmen, oui, la preuve est faite : ne pas punir un régime dictatorial qui massacre ses enfants qui osent demander plus de démocratie, cela ne fait qu’encourager cette dictature à recommencer à massacrer ceux qui osent demander plus de démocratie…

Parlez-en à ceux qui sont prêts – au moment même où vous lisez ces lignes – à mourir dans les rues de Hong Kong plutôt que de capituler devant les dirigeants de la plus grande dictature de l’Histoire du monde moderne. Un pays dont on dit que le XXIsiècle lui appartient.

Trente ans plus tard, je regarde les nouvelles qui nous viennent de Hong Kong, et les paroles de monsieur Leymonerie résonnent encore clairement à mes oreilles.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.