Projet Tak Village

Créer une communauté « scandinave » dans Rosemont

Les promoteurs immobiliers DevMcGill et KnightsBridge unissent leurs forces pour créer Tak Village et apporter une véritable bouffée d’air frais dans Rosemont. Ils s’apprêtent à métamorphoser un ancien terrain industriel, l’un des derniers qui restent à revitaliser aux confins du Technopôle Angus, pour le rendre vert. Dans plusieurs sens du terme.

Un projet réinventé

Un autre projet devait voir le jour sur le terrain de l’ancienne usine Solotech, au sud du boulevard Saint-Joseph. Un plan d’aménagement avait même déjà été approuvé. « DevMcGill a décidé de le revoir pour mieux s’intégrer dans le quartier et respecter davantage la volonté des familles, qui désirent avoir des maisons avec des cours et de l’espace autour pour élever leurs enfants, explique François W. Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Le nouveau projet est moins dense que le précédent. Le verdissement est plus important pour favoriser une meilleure qualité de vie. »

L’union fait la force

Afin de créer Tak Village, à l’esprit scandinave, les deux entreprises mettront chacune leur expertise à profit. « On voulait attirer diverses clientèles pour créer une communauté », révèle Stéphane Côté, président de DevMcGill. Il y aura aussi du logement social sur une autre partie du terrain. DevMcGill construira ainsi 160 condos répartis dans trois immeubles de béton de six étages, surmontés de mezzanines. Ils auront notamment des toitures blanches pour minimiser les îlots de chaleur. Un soin particulier sera accordé à l’efficacité énergétique et à la qualité de l’air intérieur. Sont entre autres prévus : un système central d’eau chaude et un système de climatisation.

Des maisons LEED Or

KnightsBridge s’intègre pour la première fois dans un projet d’envergure. « C’est une occasion unique d’apprendre d’un promoteur comme DevMcGill, qui a toujours été très innovant », indique Simon G. Boyer, cofondateur et associé principal de KnightsBridge. L’entreprise bâtira 89 maisons en rangée. Certaines auront quatre étages et d’autres, superposées, en compteront deux. Toutes viseront une certification écologique LEED Or. Elles auront une toiture blanche et un revêtement de bois carbonisé Shou sugi ban (un ancien procédé japonais). Leur conception « prête pour le solaire » facilitera l’installation de panneaux solaires si désiré.

Pas de voitures en surface

Puisque le stationnement sera souterrain, 40 % de l’espace sera couvert de végétation. Une placette, avec un bac à sable et des jeux pour enfants, sera aménagée. « On a rendu le site moins dense pour respirer un peu plus, précise Stéphane Côté. On s’est entendus avec l’arrondissement pour éviter de faire une rue. » Les voitures demeureront donc en périphérie. Un parc linéaire de 1500 m2 sera aménagé, où la séparation entre les espaces publics et privés sera transparente, confirme le maire Croteau. Ce lien vert, où se croiseront piétons, cyclistes et amateurs de patins à roues alignées, comportera aussi des stations d’exercice.

Mise en vente

L’agence Forme Studio Architectes réalise les plans des immeubles en copropriété, en béton, tandis que Provencher_Roy se charge de la conception des maisons en rangée, qui auront une structure de bois. Les espaces verts ont été confiés à Hodgins et associés architectes paysagistes (HETA). Une cinquantaine de condos a déjà été mise en vente (à partir de 185 000 $, taxes en sus). Le 15 novembre, 24 maisons en rangée superposées de deux étages chacune et 13 maisons en rangée de quatre étages seront offertes, respectivement, à partir de 515 000 $ et 695 000 $ (taxes incluses). La construction devrait commencer au printemps.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.