ADF a souffert de la menace des tarifs sur l’acier 

L’incertitude entourant l’imposition de tarifs douaniers sur l’acier par les États-Unis a pesé sur le Groupe ADF au premier trimestre, qui a été forcé d’abaisser la cadence de production à son usine de Terrebonne.

« La croissance du carnet de commandes est essentielle à notre succès et malheureusement, l’incertitude sur les tarifs a changé la donne pour plusieurs de nos clients, ce qui nous a compliqué la tâche pour mener à terme d’importants dossiers au premier trimestre », a expliqué le chef de la direction du Groupe ADF, Jean Paschini, hier, au cours d’une téléconférence.

À la fin du mois de mars, la société de charpentes métalliques avait annoncé une cinquantaine de mises à pied. Depuis lundi, environ 120 de ses employés ont vu leurs heures de travail réduites de 40 à 60 %. Ils pourront bénéficier du programme d’assurance-emploi pour compenser cette baisse.

Groupe ADF estime que cette mesure, qui a reçu l’approbation du gouvernement fédéral, lui permettra de gérer ses coûts d’ici à ce que l’étape de fabrication des projets récemment annoncés débute.

« Alors que la politique commerciale des États-Unis à l’endroit de l’acier est devenue plus claire et que l’incertitude s’est prolongée pendant quelques semaines, nous avons néanmoins été en mesure de décrocher 95 millions en nouveaux contrats au sud de la frontière », a expliqué M. Paschini aux analystes.

Depuis le 1er juin, le Canada, le Mexique et l’Europe ne sont plus exemptés des droits d’importation de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium qui avaient été imposés pour la première fois en mars.

Lundi, le gouvernement Couillard a annoncé une enveloppe de 100 millions en prêts et garanties de prêts destinée aux plus petits acteurs des secteurs visés par les droits tarifaires de l’administration Trump.

M. Paschini n’a pas fait mention de ce plan d’aide, mais a affirmé que le Groupe ADF allait faire tout ce qui était en son pouvoir afin d’améliorer la productivité de ses usines.

Des reculs marqués

Au premier trimestre terminé le 30 avril, l’entreprise établie à Terrebonne a plongé dans le rouge en affichant une perte nette de 910 000 $, ou 3 cents par action, alors que ses revenus ont plongé de plus de 40 %.

À la même période lors de l’exercice précédent, Groupe ADF avait engrangé un profit de 354 000 $, ou 1 cent par action.

Le chiffre d’affaires est passé de 48,6 millions à 28,5 millions en raison d’une baisse des volumes, notamment parce que des projets récemment signés n’ont pas encore débuté.

Pour sa part, le carnet de commandes était de 158,7 millions en date du 30 avril, par rapport à 85,5 millions au 31 janvier. Cela tient compte des commandes de 95 millions aux États-Unis qui ont été annoncées le 23 avril dernier.

En plus de son usine à Terrebonne, Groupe ADF exploite des sites à Great Falls, au Montana, ainsi qu’à Miami, en Floride.

Revue boursière

La Fed freine les ardeurs de Wall Street

Wall Street a terminé dans le rouge hier, lestée par une banque centrale américaine se montrant plus optimiste sur l’économie, et donc plus disposée à resserrer sa politique monétaire, ainsi que par la menace de nouvelles sanctions sur la Chine.

Un duo féminin aux commandes de GM

General Motors (GM), unique constructeur automobile dirigé par une femme en la personne de Mary Barra, s’est donné hier une vice-présidente finances, visage de l’entreprise pour les milieux d’affaires. Dhivya Suryadevara, 39 ans, assurera ses nouvelles fonctions à compter du 1er septembre. Diplômée de l’Université Harvard et de l’Université de Madras, en Inde, Mme Suryadevara s’est jointe à GM en 2005. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.