Québecor peut « certainement » électrifier ses véhicules sans aide de Québec

L’entreprise investit 17,5 millions pour électrifier une partie du parc de véhicules de Vidéotron et du Groupe TVA

Québecor a « certainement » les moyens d’électrifier son parc de véhicules sans une aide financière du gouvernement du Québec, convient son grand patron Pierre Karl Péladeau.

L’entreprise a annoncé mercredi son intention d’investir 17,5 millions de dollars d’ici cinq ans pour électrifier une partie du parc de véhicules de Vidéotron (200 véhicules sur 900) et la plupart des véhicules du Groupe TVA (58 véhicules).

Québecor demande une aide financière d’environ 5 millions de dollars au gouvernement du Québec pour son projet d’électrification de son parc de véhicules. Questionné pour savoir si le projet d’électrification irait de l’avant sans subvention gouvernementale, le grand patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, est resté évasif. « Il y a un programme, Brousseau-Pouliot, il existe, on va comme n’importe quelle autre entreprise [s’en prévaloir] », a dit le président et chef de la direction de Québecor, en réponse à une question du journaliste de La Presse.

L’annonce de Québecor survient alors que le gouvernement Legault ne cache pas son intention de bonifier les programmes d’aide financière à l’électrification des transports, notamment pour aider les entreprises à électrifier leurs parcs de véhicules.

« On est pour l’électrification des transports, on prône l’électrification des flottes [de véhicules d’entreprises], que ce soit les IGA ou les Vidéotron, laisse savoir Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec. On va le regarder attentivement, ce sera un programme qu’on va réviser avec TEQ [Transition énergétique Québec] pour voir comment on peut l’améliorer à la lumière des demandes [de Québecor]. »

En point de presse à Québec, le ministre Julien a estimé que la demande de Québecor « doit passer par les programmes [gouvernementaux] de TEQ ».

Québecor n’a pas dévoilé publiquement le détail de ses demandes.

L’entreprise se dit à l’aise avec l’idée de recevoir une aide financière de l’État pour la conversion de son parc de véhicules.

« Lorsque vous remplacez un véhicule [à essence par un véhicule électrique], […] vous consommez de l’électricité. Qui vend de l’électricité ? Hydro-Québec. À qui appartient Hydro-Québec ? Aux Québécois et aux Québécoises. »

— Pierre Karl Péladeau, patron de Québecor

En août dernier, Pierre Karl Péladeau avait traité de « quêteux » les éditeurs de médias écrits favorables à un soutien de l’État. Québec a accordé une aide financière de 50 millions par an pour les médias écrits. Cette fois-ci, Québecor demande une aide financière d’environ 5 millions pour l’électrification de son parc de véhicules. Est-ce justifié ? « Vous êtes hors d’ordre », a répliqué M. Péladeau.

UN EFFET D’ENTRAÎNEMENT

En annonçant publiquement son intention d’électrifier son parc automobile, Québecor espère entraîner d’autres entreprises à faire de même. « C’est l’fun d’y penser [à l’environnement] et d’en parler, mais le plus important, c’est d’agir », a dit M. Péladeau.

« Avec son plan annoncé aujourd’hui, Québecor révolutionne littéralement la gestion des parcs de véhicules, estime Sarah Houde, PDG de Propulsion Québec – Grappe des transports électriques et intelligents. C’est la première grande entreprise canadienne à poser un geste de cette envergure. Cette audace distingue le Québec. Je souhaite que cet engagement en influence plus d’un. »

Vidéotron, qui a un parc de 900 véhicules, entend investir 14 millions pour transformer plus de 200 véhicules d’ici cinq ans.

L’entreprise utilisera notamment les services d’une PME québécoise, Ecotuned Automobile, pour remplacer les moteurs à essence de ses camions légers par un moteur électrique (qui pourra être réutilisé plus tard sur un autre camion léger). Vidéotron veut transformer ou remplacer ses 700 autres véhicules à essence « à terme », sans préciser l’année en question. La technologie actuelle ne permet pas de convertir certains types de véhicules lourds, selon Vidéotron.

De son côté, le Groupe TVA électrifiera 100 % de son parc automobile (58 véhicules) d’ici cinq ans (à l’exception des véhicules lourds des studios MELS). Québecor (qui comprend Vidéotron et le Groupe TVA) possède déjà 30 voitures électriques.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.