Livre jeunesse  La mouche dans l’aspirateur

Une histoire qui fait mouche

La plume derrière les personnages Chester et Frisson l’écureuil, Mélanie Watt, se paye la traite pour ses 40 ans, et nous arrive avec l’album le plus fourni, et probablement le plus travaillé de sa carrière : La mouche dans l’aspirateur. Nous l’avons rencontrée pour lui poser quelques questions, et surtout, pour voir si elle était aussi drôle en vrai.

Si je comprends bien, vous ne vous destiniez même pas à faire de la littérature jeunesse ?

Non ! J’étudiais en design graphique à l’UQAM et j’ai fait un projet dans un cours d’illustration. C’était mon avant-dernière année. Mon professeur m’a encouragée à envoyer le projet à une maison d’édition.

Vous pensiez aller en publicité ?

Oui, pas en illustration nécessairement. J’ai étudié en marketing plusieurs années. Mais à l’UQAM, tous mes travaux de session ont ensuite tourné autour de l’idée des livres pour enfants. C’est à ce moment-là que j’ai eu l’idée de me lancer là-dedans. (…) Vous savez, le chat Chester, le premier dessin, je l’ai fait à l’UQAM !

Et là, ce nouveau livre, c’est le cadeau de vos 40 ans ?

En fait, ça fait 10 ans que je veux le faire. L’idée m’est venue en aspirant une mouche. Je me suis posé la question : est-ce qu’elle se demande ce qui se passe ? Est-ce qu’elle sait qu’elle est dans un aspirateur ? Et ça m’a fait penser aux cinq étapes du deuil. Toutes ces émotions. Alors je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose avec ça, pour les enfants. Mais avec Frisson l’écureuil et Chester, je reportais toujours ce projet. Or là, c’était la bonne année pour ça. L’année de mes 40 ans, il y a eu beaucoup de décès dans ma famille. Cinq personnes. Des tantes proches. Ç’a été un choc.

Vous avez visiblement beaucoup d’imagination. D’où viennent toutes ces idées ?

Je n’aime pas dire ça (rires), mais j’ai été élevée à avoir peur de tout. Attention sur ta bicyclette, attention tu vas te faire mal, etc. C’était un peu exagéré. Mais c’est cette idée de la peur, autour de nous, dans notre société, qui m’a inspiré le personnage de Frisson. (…) Je trouvais intéressant d’avoir un personnage avec un talent caché [un écureuil volant] qui ne le sait pas, parce qu’il n’a jamais pris de risque. C’est une belle métaphore.

Malgré tout votre humour, il y a toujours un petit quelque chose de pédagogique dans vos livres. Pourquoi ?

Oui. Ça me donne une raison. Je veux faire réfléchir les gens. Les enfants posent des questions. Moi, je ne veux pas dire aux gens quoi faire, mais j’aime l’idée de lancer la discussion, entre les enfants et les adultes. Pourquoi Frisson a peur des requins dans une rivière, ça ne se peut pas ! (…) Avec la mouche, on dit qu’on a le droit d’avoir des émotions, qu’on n’est pas seul comme ça, que tout le monde passe par des moments difficiles, qu’il faut garder espoir. Pour moi, ç’a été une thérapie, pendant une période difficile.

Êtes-vous drôle, dans la vraie vie ? Qu’est-ce qui vous fait rire, vous ?

Euh. Peut-être ? Je pense, oui. Mon premier Frisson, je n’étais pas trop sûre s’il était drôle. Mais mon éditrice m’a beaucoup encouragée. Je ne suis pas du genre à vouloir attirer l’attention. Il faudrait demander à quelqu’un d’autre si je suis drôle. Ce qui me fait rire ? Bonne question. L’humour intelligent, l’ironie. J’aime regarder les comportements des enfants, ça me fascine. J’aime observer les animaux. J’aime la franchise. Euh… Je ne sais pas pourquoi je dis ça ! (rires)

Une mouche et un aspirateur

La mouche dans l’aspirateur, c’est l’histoire d’une mouche qui, vous l’aurez deviné, se fait aspirer par un aspirateur. Mais, comme souvent chez Mélanie Watt, le récit est aussi un formidable prétexte pour aborder une foule d’émotions, notamment… le deuil ! La mouche traverse ainsi différents stades, illustrés avec humour et légèreté : le déni, la colère, le désespoir, puis l’acceptation. Jamais une mouche ne vous aura paru aussi touchante, comique, bref, sympathique.

Mélanie Watt, La mouche dans l’aspirateur, Scholastic, 2015

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.