Deux incendies majeurs en quelques heures

Soirée épuisante pour les pompiers de Montréal

« Honnêtement, on est épuisés. » Les pompiers du Service de sécurité incendie de Montréal n’ont pas eu de répit, hier soir, alors que deux incendies majeurs ont éclaté en quelques heures à peine au centre-ville de la métropole, ce qui a provoqué tout un branle-bas.

À 16 h 39, un premier incendie s’est déclaré au sommet de l’imposante Tour Bell Média, en pleine heure de pointe. En moins d’une heure, la cinquième alarme incendie – l’alarme générale – était sonnée par les autorités. Plus de 200 sapeurs ont été mobilisés pour contenir les flammes sur le toit de l’immeuble situé sur l’avenue McGill College.

Le brasier, qui a fait deux blessés mineurs, était tout juste maîtrisé qu’un deuxième incendie s’est enflammé sur la terrasse d’un bâtiment de la faculté de médecine de l’Université McGill, quelques centaines de mètres plus loin. Des pompiers qui venaient d’être libérés du premier incendie ont rapidement été déployés pour combattre le nouveau feu.

« On peut dire qu’on est saturés en ce moment », a confié à La Presse le chef des opérations Robby Lagacé, essuyant la sueur sur son front. Il était de garde, hier soir, et avait travaillé toute la journée.

« Je vais être ici encore une heure ou deux pour donner un coup de main à mes collègues et après ça, je retourne chez nous. »

— Robby Lagacé

L’incendie à l’Université McGill a été maîtrisé plus rapidement que le précédent. « Disons qu’heureusement que celui-là est moins complexe que l’autre », a indiqué M. Lagacé. Il faut dire que les pompiers qui se sont activés au brasier de la Tour Bell Média ont dû gravir les 30 étages du bâtiment en empruntant les escaliers pour se rendre au toit.

« Nous avons aménagé des aires de repos entre les étages pour prendre des pauses et éviter de redescendre chaque fois », a-t-il précisé. 

Reste que la soirée était chaude hier à Montréal. L’indice humidex atteignait 28. Cette haute température n’a d’ailleurs pas été étrangère au fait que l’alarme générale pour le premier feu a été déclenchée rapidement.

« Je ne suis pas en action, je vous parle et je sue déjà », a illustré le chef des opérations, Francis Leduc, lors d’un premier point de presse près de la Tour Bell.

« [Ces circonstances] sont très, très difficiles pour les pompiers », a-t-il dit. Vers 21 h 30, plusieurs pompiers étaient toujours affairés à éteindre les flammes du côté de l’Université McGill.

Devant le pavillon en feu, une vingtaine d’entre eux étaient assis ou étendus sur le sol, tentant de reprendre des forces. « C’est l’adrénaline qui embarque », a affirmé un des pompiers. Certains distribuaient des bouteilles d’eau glacée à leurs camarades. « On essaye de faire plus de rotations, de bien s’hydrater », a expliqué M. Lagacé.

Le toit en feu

L’incendie qui s’est déclaré au sommet de la Tour Bell Média a blessé deux travailleurs qui réalisaient des travaux sur la couverture. L’appel 9-1-1 a été fait à 16 h 39 au Service de sécurité incendie de Montréal pour signaler la présence de fumée au 1800, avenue McGill College. Autour de 17 h, une épaisse colonne de fumée s’échappait du bâtiment.

La ventilation de l’immeuble se trouvant sur le toit, la fumée s’est rapidement répandue sur tous les étages où des centaines de travailleurs s’apprêtaient à partir pour le week-end. Tout le bâtiment a été évacué sans heurts. Un large périmètre de sécurité a aussi été érigé par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ce qui a compliqué les déplacements dans le secteur.

Six couvreurs menaient des travaux sur le toit au moment où le brasier a éclaté. Deux d’entre eux ont été conduits à l’hôpital parce qu’ils éprouvaient des difficultés respiratoires. Les quatre autres travailleurs ont reçu des soins sur place. Urgences-santé a confirmé en soirée qu’un employé de l’immeuble a aussi été incommodé et transporté à l’hôpital.

Il est trop tôt pour déterminer si les travaux exécutés ont un lien avec le déclenchement de l’incendie, a affirmé le chef des opérations, Francis Leduc. 

Pour l’heure, rien ne porte à croire que des éléments de nature criminelle seraient en cause. Vers 18 h, les flammes étaient contenues au toit et au comble. La Tour Bell Média devrait être rouverte pour le retour au travail, lundi.

Terrasse en flammes

Du côté de l’Université McGill, le brasier a éclaté vers 20 h 30 sur la terrasse située au cinquième étage de la faculté de médecine, située dans le secteur de la promenade Sir-William-Osler et de l’avenue Docteur-Penfield. La quatrième alarme a été sonnée, ce qui a mobilisé des dizaines de pompiers sur les lieux.

Selon les premières informations, l’incendie n’aurait fait aucun blessé. Quant à la cause, elle était toujours inconnue en fin de soirée, mais dans ce cas-ci également, la thèse selon laquelle une main criminelle serait à l’origine du brasier est peu probable. Le pavillon touché abrite notamment une grande bibliothèque qui contient des ouvrages ancestraux.

Il a été impossible de vérifier si des dommages ont été causés ailleurs que sur la terrasse.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.