LE CANADIEN

Fleischmann bientôt membre à part entière ?

Tomas Fleischmann n’est pas encore un membre à part entière du Canadien, mais autant ses performances que le fait qu’aucun jeune attaquant n’a forcé la main de Marc Bergevin devraient inciter ce dernier à offrir bientôt un contrat au Tchèque de 31 ans.

« Nous devrons nous assurer d’être sur la même longueur d’onde que le Canadien avant de nous entendre sur un contrat, a prévenu Rich Evans, agent de Fleischmann, en entrevue avec La Presse.

« Mais nous avons bon espoir que quelque chose pourra se faire avec Montréal. »

En principe, n’importe quelle équipe est libre de soumettre une offre à un joueur bénéficiant d’un essai professionnel. Dans les derniers jours, le défenseur Mark Fraser a été remercié par les Maple Leafs de Toronto, mais il a signé un contrat la même journée avec les Sénateurs d’Ottawa, qui l’avaient visiblement à l’œil.

Mais le clan Fleischmann n’entend pas utiliser l’intérêt que pourrait avoir une autre formation pour mettre de la pression sur le Tricolore ou pour le forcer à lui soumettre plus rapidement une offre de contrat.

« Nous avons discuté avec des équipes durant tout l’été, a rappelé Rich Evans. En fin de compte, nous avons décidé que la meilleure option était d’aller à Montréal sur la base d’un essai professionnel. D’autres équipes étaient intéressées, mais nous étions d’abord intéressés par Montréal. » 

« Si ça débloque avec le Canadien, tant mieux. Si, pour une raison ou une autre, ça ne fonctionne pas, on sait que d’autres équipes sont intéressées. »

— Rich Evans, agent de Tomas Fleischmann

Suffisamment, en tout cas, pour que Fleischmann n’ait pas à signer un contrat à deux volets. « J’ai bon espoir que Tomas joue dans la Ligue nationale cette année », a assuré l’agent.

L’IMPACT DU PLAFOND SALARIAL

Depuis l’instauration du plafond salarial, les équipes de la LNH ont découvert à quel point le fait d’avoir dans leur formation des jeunes qui écoulent leur premier contrat professionnel pouvait être précieux. Elles en sont venues à les privilégier aux dépens de joueurs plus aguerris. Résultat : la classe moyenne n’est plus aussi prospère qu’autrefois.

Mais cette année, c’est toute une gamme de vétérans qui voit la croisée des chemins arriver plus vite que prévu.

« Il y a plusieurs joueurs autonomes comme moi qui ont dû se contenter d’un essai professionnel. »

— Tomas Fleischmann

C’est le résultat d’un plafond salarial qui n’a pas beaucoup augmenté cet été, doublé d’une crainte qu’à l’avenir – entre autres en raison du dollar canadien – le plafond ne s’élève pas davantage.

Seulement chez les attaquants, on relève une belle brochette de jeunes trentenaires qui, dans plusieurs cas, ont eu des saisons plus de 25 buts (voir tableau). Or, jusqu’ici, seuls Steve Bernier (Islanders de New York) et Brad Boyes (Toronto) ont signé des ententes d’un an avoisinant les 700 000 $. D’autres ont déjà été libérés par les équipes qui les avaient invités.

Dans les circonstances, Fleischmann est l’un de ceux qui se tirent le mieux d’affaire. « Le Canadien l’a placé avec de bons joueurs, comme il avait promis de le faire, et tout le monde en a bénéficié jusqu’ici », note Rich Evans.

PLUSIEURS CHANGEMENTS

Après quelques saisons décentes avec les Capitals de Washington, c’est avec les Panthers de la Floride que Fleischmann a connu ses meilleures campagnes. Or, au cours des deux dernières saisons, on a amorcé une ère de renouveau à Sunrise, et il est devenu clair que le vétéran de 31 ans n’allait pas en faire partie.

« Il y a eu plusieurs changements à la formation et je changeais constamment de joueur de centre, a-t-il expliqué. Je pense que c’est la principale raison pour laquelle ma production a diminué. Mais il y a la confiance aussi... »

Fleischmann a connu sa saison la plus difficile avec seulement 7 buts et 21 points en 52 matchs avec les Panthers, avant que ceux-ci ne l’envoient à Anaheim pour terminer la saison, où il s’est contenté d’un but et 6 points en 14 rencontres.

Toutefois, ses statistiques de possession de rondelle, sa production par tranches de 60 minutes et même ce bon vieux différentiel (+ 12) laissent croire que l’ailier gauche en a moins arraché qu’on voudrait bien le penser.

Il semble que le Canadien est prêt à lui offrir un nouveau départ. Il aime son jeu défensif et la chimie offensive semble s’établir avec David Desharnais. Sans compter que Fleischmann était jadis un joueur très efficace en supériorité numérique.

Selon les sources, on évalue entre 2,6 et 2,9 millions l’espace que détient le Canadien sous le plafond salarial. Il en a amplement pour se payer Fleischmann.

DES ATTAQUANTS À L’ESSAI

(C) : a signé un contrat (L) : a été libéré

Steve Bernier - 30 ans

ISLANDERS DE N.Y. (C)

L’an dernier : 16 buts, 32 points en 67 matchs

Meilleure saison : l’an dernier !

David Booth - 30 ans

FLORIDE

L’an dernier : 13 points en 59 matchs

Meilleure saison : 31 buts, 60 points en 72 matchs en 2008-2009

Brad Boyes - 33 ans

TORONTO (C)

L’an dernier : 38 points en 78 matchs

Meilleure saison : 33 buts, 72 points en 82 matchs en 2008-2009

Curtis Glencross - 32 ans

TORONTO (L)

L’an dernier : 35 points en 71 matchs

Meilleure saison : 26 buts, 48 points en 67 matchs en 2011-2012

Scott Gomez - 35 ans

ST. LOUIS

L’an dernier : 7 buts, 34 points en 58 matchs

Meilleure saison : 33 buts, 84 points en 82 matchs en 2005-2006

Martin Havlat - 34 ans

FLORIDE

L’an dernier : 14 points en 40 matchs

Meilleure saison : 29 buts, 77 points en 81 matchs 2008-2009

Thomas Kopecky - 33 ans

CHICAGO (L)

L’an dernier : 8 points en 64 matchs

Meilleure saison : 15 buts, 42 points en 81 matchs en 2010-2011

Derek Roy - 32 ans

WASHINGTON

L’an dernier : 32 points en 72 matchs

Meilleure saison : 32 buts, 81 points en 78 matchs en 2007-2008

Devin Setoguchi - 28 ans

TORONTO (L)

L’an dernier : 0 point en 12 matchs

Meilleure saison : 31 buts, 65 points en 81 matchs en 2008-2009

Lee Stempniak - 32 ans

NEW JERSEY

L’an dernier : 28 points en 71 matchs

Meilleure saison : 27 buts, 52 points en 82 matchs en 2007-2008

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.