Imbritech Industries 

Deux sœurs à la conquête du marché américain 

L’entreprise familiale d’usinage Imbritech Industries, à Laval, a un élément bien différent de ses concurrents : elle est dirigée par deux femmes. Et cela ne passe pas inaperçu aux États-Unis, un marché de plus en plus important pour la PME.

Imbritech Industries exporte chez nos voisins du Sud des pièces en différents métaux fabriquées sur mesure pour un grand client actif dans le domaine de l’hydroélectricité.

« Nos liens d’affaires étaient présents dès la création d’Imbritech parce que mon père faisait déjà affaire avec ce client dans sa précédente entreprise, mais l’an dernier, ma sœur et moi sommes allées les rencontrer pour la première fois et ça a beaucoup aidé à développer davantage notre relation d’affaires », explique Susy Imbriglio, vice-présidente d’Imbritech Industries.

À la fin de 2017, l’entreprise décrochait avec ce client le plus important contrat de son histoire qui est à livrer cette année.

« Grâce à ce projet, les États-Unis comptent pour 35 % de notre chiffre d’affaires jusqu’à maintenant pour 2018, alors que c’était 11 % l’an dernier », indique Cathy Imbriglio, présidente d’Imbritech Industries, qui détient un baccalauréat en génie mécanique et a travaillé chez Pratt & Whitney avant de se joindre à l’entreprise familiale en 2012.

Réussir à mettre la main sur des contrats de cette importance fait toute une différence pour la PME dirigée par les deux sœurs dans la trentaine qui ont commencé à travailler avec leur père en usinage alors qu’elles étaient adolescentes.

« Ce genre de contrat nous tient occupés pendant des mois, affirme Cathy Imbriglio. Aux États-Unis, tout est gros et c’est pourquoi c’est si intéressant de développer ce marché. »

Pour se lancer dans de si grands projets, Imbritech Industries a obtenu de l’aide financière de BDC afin d’acheter la machinerie et les fournitures nécessaires pour livrer la marchandise.

Développer davantage le marché américain

Il est encore tôt pour voir l’impact des nouveaux tarifs douaniers de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium imposés par le président américain Donald Trump. Mais Imbritech Industries poursuit ses efforts afin de continuer à faire croître ce marché. Un élément joue d’ailleurs en sa faveur : l’entreprise est à propriété féminine.

« Il y a des mesures incitatives aux États-Unis pour faire affaire avec des entreprises appartenant à des minorités, et comme femmes, nous entrons dans cette catégorie. » 

— Cathy Imbriglio, présidente d’Imbritech Industries

L’entreprise ne connaissait pas ces incitatifs jusqu’à ce qu’elle se joigne au Réseau des femmes d’affaires du Québec, à la recommandation de BDC. Pour en bénéficier, la PME Imbritech Industries est donc allée chercher la certification internationale d’entreprise à propriété féminine WEConnect et celle des États-Unis WBENC.

« Nous participons maintenant à différents événements de ces réseaux qui mettent en lien des entreprises dirigées par des femmes avec des organisations qui cherchent à faire affaire avec des entreprises dirigées par les minorités, indique Susy Imbriglio. À la suite d’un événement à Las Vegas, nous avons fait une deuxième rencontre avec un client potentiel. Les gens veulent développer des relations avant de faire des affaires. Il faut prendre le temps. »

L’entreprise participe aussi à des missions commerciales aux États-Unis organisées par la Ville de Laval.

« Nous nous concentrons sur le marché américain en raison du coût du transport de nos produits qui sont lourds », indique Cathy Imbriglio.

L’entreprise vient aussi de réaliser des soumissions pour deux autres contrats pour leur grand client américain. Des projets qui seraient à réaliser en 2019 et qui permettraient à Imbritech Industries de continuer sur sa lancée aux États-Unis.

Imbritech Industries en bref

Nombre d’employés : 12

Siège social : Laval

Fondation de l’entreprise en 2009 par Teresa, Benny et leur fille Susy Imbriglio

Transfert de l’entreprise en 2014 aux sœurs Susy et Cathy Imbriglio

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.