DÉCO

Pantone propose la couleur Mousseux anglais

N’en déplaise aux Champenois, le mousseux élaboré en Angleterre fait un malheur dans un autre marché : celui de la décoration. Après le rose Champagne et les rouges Bourgogne et Bordeaux, l’Institut américain Pantone vient d’ajouter le mousseux anglais à sa gamme de couleurs. La couleur English sparkling a été développée par Pantone en collaboration avec le marchand de vin anglais Laithwaite’s Wine. Si les vins effervescents anglais sont peu connus au Québec, la production a explosé au cours des dernières années en Angleterre. Ils sont élaborés selon la même méthode et avec les mêmes cépages que les champagnes. La teinte douce et de couleur crème de l’English sparkling se distingue toutefois du rose Champagne.

— Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale

Lu

Rénovations
Comment éviter la catastrophe

Ceux qui se lancent pour la première fois dans un projet de réno sont souvent terrifiés ou téméraires, constate le journaliste et auteur Jean-Benoît Nadeau, qui vient de lancer Le guide de la rénovation heureuse, rédigé en collaboration avec l’architecte Paul Bernier.

« Ils ne sont pas conscients que c’est une grande aventure qui ne finit pas toujours bien pour le couple ou les finances personnelles, poursuit-il. Parfois, cela ne finit pas du tout. »

La clé du succès ? La planification, martèlent les deux auteurs, qui consacrent les trois quarts du guide aux nombreuses étapes à franchir avant que ne commencent les travaux.

D'abord, un plan

Le plan constitue un élément très important, qui amène à réfléchir à ses besoins, ses valeurs, son implication et son budget, expliquent les deux amis de longue date. Mais la préparation nécessaire va bien au-delà, allant de l’embauche d’un concepteur et d’un entrepreneur aux questions de l’échéancier, du budget, du financement, des permis, des assurances, des appels d’offres, du contrat, etc. Un chapitre est aussi consacré aux autoentrepreneurs.

« On propose un remède à la pensée magique », estime M. Nadeau, qui a lui-même mené plusieurs projets de rénovation, petits et grands, sans y laisser sa chemise ou mettre en péril sa vie personnelle.

« Un projet de réno, cela ne se fait pas de même. Il y a plein de questions à se poser. Est-ce qu’on peut habiter l’espace pendant les travaux, quel sera mon rôle, qui va surveiller le chantier, etc. »

— Jean-Benoît Nadeau

Exemples concrets à l’appui, chaque étape est clairement expliquée. La lecture est facilitée par la présentation de nombreuses listes, comme les 7 questions de base à se poser avant d’entamer un projet, les 7 points à clarifier avec la municipalité, les 10 questions à poser à l’entrepreneur, les 25 clauses à insérer dans un contrat de rénovations, etc.

Dans presque chaque chapitre, par ailleurs, Paul Bernier, qui travaille principalement dans le secteur résidentiel, met sa vaste expérience à profit pour prodiguer des conseils plus pointus. On retrouve le fruit de ses réflexions dans des encadrés bleus sous le titre « Parole de Paul ».

L'aspect juridique

M. Nadeau est particulièrement fier du travail qu’il a effectué pour rassembler différentes informations et permettre de mieux comprendre le cadre juridique régissant le domaine de la rénovation, de la construction (dans le cas d’un agrandissement) et de l’autoconstruction. Mais que dire de l’avant-dernier chapitre consacré au paiement (versements échelonnés, paiement final, retenue pour créance et hypothèque légale), sinon qu’il faut absolument le lire pour mieux se protéger.

Jean-Benoît Nadeau et Paul Bernier ont sciemment choisi de parler de « rénovation heureuse ». Heureuse par sa conclusion, malgré les imprévus, la saleté et les nombreuses contraintes. Car quand un projet a été bien pensé, qu’il répond aux besoins et que les travaux ont été bien planifiés, soulignent-ils, il ne reste ensuite que le bonheur de profiter des transformations apportées.

Le guide de la rénovation heureuse

Jean-Benoît Nadeau avec Paul Bernier, architecte

Éditions du Trécarré

208 pages, 22,95 $

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.