Grand Prix du Canada

« Nous pouvons faire beaucoup mieux »

Table ronde avec Paddy Lowe, directeur technique exécutif chez Williams

Qu’est-ce qui se passe avec la voiture ?

Nous avons des problèmes que nous n’avons pas réglés. Ça prend du temps. Il n’y a rien de nouveau avec ça. Les problèmes que nous avons aujourd’hui ont été les mêmes toute la saison. Nous allons nous en occuper, le plus tôt possible.

Quels sont ces problèmes ?

C’est surtout une question d’aérodynamique.

Êtes-vous en mesure de comprendre les problèmes du côté aérodynamique ?

Nous comprenons le problème. Mais plusieurs de nos problèmes n’ont pas été faciles à comprendre, encore moins à régler dernièrement.

À quel point est-ce difficile d’assister à des journées comme celle-ci où manifestement la voiture n’est pas à la hauteur ?

C’est difficile. Surtout pour l’équipe en piste. Elle doit faire le même travail, que la voiture soit lente ou rapide. On a besoin qu’elle fasse un excellent travail quand même, pour maintenir un moral élevé et un haut niveau de concentration. Mais ça devient difficile quand la voiture n’est pas ce qu’elle devrait être.

Comment évaluez-vous le travail de Lance Stroll et Sergey Sirotkin dans de telles conditions ?

Ils font un bon boulot. Tout le monde doit continuer à travailler fort, rester calme et se concentrer sur la tâche à accomplir. C’est un milieu difficile. Tu ne dois jamais baisser ta garde, même lorsque la situation n’est plus aussi bonne qu’elle l’a déjà été. Plus encore, tu dois continuer à améliorer la voiture sans cesse. Sinon, tu recules encore plus.

Est-ce plus difficile à gérer parce que les pilotes sont jeunes ? [Stroll a 19 ans, Sirotkin en a 22.]

Je ne sais pas si c’est un avantage ou un désavantage. À l’évidence, si tu as une mauvaise voiture et que tes pilotes s’attendent à gagner, ce n’est jamais une situation joyeuse.

Est-ce frustrant de savoir que vous vous battez contre des écuries avec beaucoup plus de moyens que vous ?

C’est une frustration dans toute la F1, mais ce n’est pas lié directement à nos problèmes actuels. Nous pouvons faire beaucoup mieux, en fonction de nos moyens et de nos ressources. Alors je dirais non, car ce n’est pas lié à notre manque de performance. C’est un problème dans tout notre sport. Certains magazines ont même commencé à parler d’une classe A et d’une classe B sur la grille de départ. C’est très mauvais signe. Mais ce n’est pas lié aux problèmes de notre voiture.

Est-ce difficile de garder les pilotes motivés ? Lance a même déjà demandé en pleine course si ça valait la peine de continuer.

C’est typique des pilotes. Ils sont très motivés. Il n’y a aucun problème, aucun manque d’énergie ou baisse d’attention. Il arrive souvent qu’en pleine course, dans un tel contexte, un pilote se laisse envahir par l’émotion et dise des choses comme ça. J’ai travaillé avec de grands pilotes qui disaient exactement la même chose en pleine course. Et ils ont gagné des courses et des championnats. Ça ne m’inquiète pas du tout. Il y a certaines situations qui surviennent en course qui peuvent être démoralisantes. C’est notre travail de sortir les pilotes de cet état d’esprit et de les aider à se concentrer sur ce qu’ils ont à faire.

À quoi ressemble votre relation avec Lawrence Stroll, le père de Lance ? Il est toujours dans l’entourage de l’équipe et semble très impliqué dans les affaires de son fils.

J’ai une très bonne relation avec lui. C’est une bonne personne à avoir autour de l’équipe. Vous savez, il n’est pas si impliqué que ça. Il laisse Lance faire son travail et il garde une saine distance avec tout ça. C’est une bonne chose. Lance a besoin de son espace pour travailler. Lawrence n’est pas aussi impliqué que certains peuvent penser dans la gestion quotidienne des activités de Lance.

Lance nous a dit qu’il n’hésitait pas à demander conseil à un vétéran comme Robert Kubica [pilote d’essais chez Williams] dans les moments difficiles. Que pensez-vous du rôle de Kubica auprès de ses jeunes collègues ?

C’est l’une des raisons pour lesquelles on l’a embauché, pour qu’il aide les jeunes pilotes. Je crois que ça fonctionne très bien jusqu’ici.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.