NFL

La NFL a de quoi se réjouir

C’est un double jeu pour la NFL. En changeant certains de ses règlements afin d’améliorer la sécurité des joueurs, le circuit Goodell a par le fait même largement favorisé le jeu offensif. Et, typiquement, les amateurs préfèrent les festivals offensifs aux guerres de tranchées qui se terminent 13-10.

Dire qu’il y a une explosion du jeu aérien et de l’attaque dans la NFL cette année n’est pas exagéré, loin de là. Les points et les touchés abondent, et les fans aiment ça.

La preuve, c’est que dans un univers télévisuel en profonde mutation, les cotes d’écoute de la NFL sont en hausse de 3 % cette saison, selon la maison Nielsen. D’autres facteurs expliquent cette augmentation, mais l’avalanche de points que l’on peut observer depuis septembre est sûrement le plus important.

Le journaliste Mike Sando, d’ESPN, a écrit un article sur l’explosion du jeu aérien il y a quelques jours. Avant le match de jeudi entre les Eagles de Philadelphie et les Giants de New York, un total de 272 passes de touché avait été lancé cette saison. C’était 25 de plus après les 77 premiers matchs de n’importe quelle autre saison depuis 2002, nous a appris ESPN.

Comme l’a fait remarquer Sando, la qualité des quarts-arrières y est pour quelque chose. Andrew Luck est de retour au jeu ; Patrick Mahomes et Mitchell Trubisky jouent particulièrement bien à leur deuxième saison ; et les recrues Baker Mayfield et Sam Darnold tirent leur épingle du jeu. De nos jours, très peu d’équipes ne comptent pas sur un passeur de bon calibre.

Cela étant dit, il fait peu de doute que la principale raison derrière le phénomène offensif de cette saison est les difficultés qui ont été posées aux défenses. Les changements aux règlements et l’application plus sévère de certains autres, notamment ceux qui doivent servir à assurer la protection des quarts et des receveurs, ont rendu la tâche des défenses quasi impossible.

Les quarts et les ailiers espacés sont moins craintifs. Des séries offensives qui auraient jadis pris fin se poursuivent grâce à des pénalités qui ne font pas l’unanimité. Et c’est sans parler du fait que les demis défensifs ne peuvent pas toucher aux receveurs après une distance de 10 verges.

Des records et des records

En septembre, Ryan Fitzpatrick a établi une nouvelle marque de la NFL en obtenant 400 verges ou plus par la passe dans trois matchs consécutifs. Pas Dan Marino, pas Kurt Warner, pas Drew Brees, mais bien Fitzpatrick, un quart médiocre de 35 ans qui a joué pour sept équipes et qui sera de retour sur le banc, demain, alors que c’est Jameis Winston qui sera le partant des Buccaneers de Tampa Bay à Atlanta.

À une époque pas si lointaine, un match de 300 verges était considéré comme une excellente journée de travail pour un quart. C’est moins le cas aujourd’hui. Trois cents verges, c’est presque devenu la norme.

De 1966 à 2017, les quarts-arrières atteignaient le plateau des 300 verges tous les 3,8 matchs. Dans les cinq premières semaines de la saison, c’est plutôt à chaque 1,4 match (57 fois avant le match de jeudi soir).

Selon la NFL, le coefficient d’efficacité des quarts-arrières était en moyenne de 84,2 entre 2002 et 2017. Il était de 93,4 avant la rencontre qui a opposé les Eagles aux Giants, un saut de presque 10 points… Démentiel !

Kirk Cousins, lui, est devenu le premier joueur de l’histoire à réussir 30 passes ou plus dans 4 matchs consécutifs. Mais les Vikings du Minnesota n’ont gagné qu’une seule de ces parties !

Dans toute l’histoire de la NFL, il n’y avait jamais eu plus de deux semaines au cours d’une même saison dans lesquelles les quarts-arrières avaient totalisé 8000 verges de gains par la passe. Il y en a déjà eu trois lors des cinq premières de cette année…

Plus de touchés dans les 5 premières semaines d’une saison

1. 424 (2018)

2. 404 (2015)

3. 396 (2011)

4. 395 (2014)

Plus de points dans les 5 premières semaines d’une saison

1. 3739 (2018)

2. 3566 (2013)

3. 3566 (2011)

4 - 3562 (2015)

Au diable le jeu défensif ?

Cette transformation du jeu aura des répercussions sur la façon dont les équipes construiront leur formation au cours des prochaines années. Tandis que les quarts-arrières et les receveurs continueront d’empiler des dizaines de millions, les joueurs qui évoluent à d’autres positions risquent de faire de moins en moins d’argent.

Pourquoi payer un chasseur de quart 10 millions par saison s’il ne peut plus vraiment plaquer le quart ou s’il est puni la moitié du temps lorsqu’il le fait ? La valeur d’un bloqueur à gauche sera-t-elle aussi grande maintenant que les quarts sont aussi bien protégés grâce aux règlements ?

Les secondeurs étaient déjà de moins en moins imposants, et il y a de plus en plus de demis défensifs sur le terrain. Ça ne changera évidemment pas de sitôt.

Compte tenu de la situation actuelle, il y aura de moins en moins de joueurs défensifs de 275 à 325 lb dans la NFL. Ça aussi, ça devrait aider la santé des joueurs en général. On verra moins de collisions entre poids lourds et, on peut présumer, un peu moins de produits dopants.

Les prédictions de Miguel Bujold

Tampa Bay à Atlanta : Atlanta

Pittsburgh à Cincinnati : Cincinnati

Chargers de LA à Cleveland : Cleveland

Chicago à Miami : Chicago

Arizona au Minnesota : Minnesota

Indianapolis chez les Jets de NY : Jets de NY

Caroline à Washington : Caroline

Buffalo à Houston : Houston

Seattle à Oakland : Oakland

Rams de LA à Denver : Denver

Jacksonville à Dallas : Jacksonville

Baltimore au Tennessee : Tennessee

Kansas City en Nouvelle-Angleterre : Nouvelle-Angleterre

San Francisco à Green Bay : Green Bay

La semaine dernière : 9-5

Total de la saison : 45-26-2

TROIS MATCHS À NE PAS RATER

Pittsburgh à Cincinnati, demain 13 h

Ces deux rivaux de division ne s’aiment pas du tout. Les coups salauds et la grave blessure qu’a subie Ryan Shazier lors de la dernière visite des Steelers à Cincinnati ont malheureusement marqué la rivalité depuis quelques années. Les Bengals auront l’occasion de prendre les commandes de la division Nord de l’Américaine en défaisant les Steelers, demain. Ils auraient alors déjà vaincu Pittsburgh et Baltimore en plus de détenir le premier rang de la section.

Rams de Los Angeles à Denver, demain 16 h

Les Broncos ont perdu leurs trois derniers matchs et leurs chances de participer aux éliminatoires s’envoleront rapidement s’ils ne parviennent pas à mettre un frein à cette mauvaise séquence. Leur mission de demain sera imposante : infliger un premier revers aux explosifs Rams de Sean McVay. Jared Goff et la ligne offensive des Rams subiront un bon test contre Von Miller et compagnie. Il reste que Case Keenum et l’attaque des Broncos devront absolument connaître un bon match. Si leur ligne offensive fait le boulot, les ailiers espacés devraient obtenir du succès aux dépens de la tertiaire amochée des Rams.

Kansas City en Nouvelle-Angleterre, demain 20 h 15

Les Patriots disputeront une troisième rencontre de suite à Foxborough et auront eu 11 jours pour se préparer en cette sixième semaine d’activité dans la NFL. La motivation ne manquera certes pas pour Bill Belichick et sa troupe. Ils se sont inclinés 42-27 et 41-14 lors de leurs deux derniers matchs en saison contre les Chiefs ; les Patriots ont toutefois gagné un affrontement en séries entre ces deux défaites. Belichick a vanté Patrick Mahomes cette semaine et il sera très intéressant de voir s’il aura trouvé une façon de ralentir le jeune quart des Chiefs et son arsenal.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.