Dans la cour

Une terrasse de bois belle longtemps

Une terrasse de bois exige de l’entretien. Si on s’astreint à la teindre, on veut qu’elle reste belle longtemps. Voici quelques trucs pour ne pas avoir à recommencer de sitôt.

Nettoyer

« Plus on accorde de temps à la préparation de la surface de bois, plus longue sera la durée de vie du produit appliqué », indique Tristan Flanagan, chef de la mise en marché du service de la peinture chez Rona. Il faut nettoyer la surface pour enlever la saleté accumulée. Sinon, la teinture adhérera moins bien, précise-t-il. Il faut rincer à l’eau après avoir utilisé le produit nettoyant. Sur du bois neuf, un produit ravivant et neutralisant enlève le glacis appliqué en usine, souligne Sophie Bergeron, directrice, couleur et design, chez Benjamin Moore. « Quand on ne sait pas ce qui a été appliqué avant, on ne prend pas de risque, on décape. »

Prendre des précautions

Si on rince avec une laveuse à pression, mieux vaut ne pas approcher la buse trop près du bois. « Si on mouille en profondeur, l’eau va pénétrer dans le bois, avertit Tristan Flanagan. La teinture scelle la surface. S’il reste de l’humidité dans le bois, celle-ci va chercher à sortir et va faire lever la teinture. » Sophie Bergeron recommande d’arroser généreusement la végétation autour de la terrasse avant et après l’étape du nettoyage. « Si les plantes sont gorgées d’eau, elles ne boiront pas autant les liquides utilisés, précise-t-elle. Si on met, par ailleurs, un plastique à l’extrémité du patio, les résidus qui se détachent pendant l’arrosage se ramasseront plus facilement. »

Attendre le beau temps

Les experts ne cessent de le répéter : le bois doit être sec en profondeur avant qu’on applique teinture ou peinture. Le recours à un hygromètre permettra de mesurer avec précision le taux d’humidité du bois, qui doit être inférieur à 15 %. L’application doit se faire dans des conditions idéales, tôt le matin ou en fin d’après-midi. Pas en plein soleil, à 32 °C. Il importe d’avoir un bon pinceau, fait exprès pour ce type de travail, recommande Sophie Bergeron. « S’il est trop dur, il fera des lignes, dit-elle. S’il est trop mou, il ne favorisera pas une bonne pénétration. » Enfin, avant de se lancer, il importe d’avoir sablé uniformément la surface de bois.

Choisir le produit approprié

Des teintures translucides, semi-transparentes, semi-opaques et opaques sont offertes, selon qu’on veut voir ou non la couleur originale du bois ou son grain. « Un fini translucide est légèrement teinté et permet de voir le veinage, explique Sophie Bergeron. L’effet est magnifique, mais cela demande plus d’entretien qu’un fini plus opaque. Plus une teinture est opaque, meilleurs sont son rendement et sa protection contre les rayons UV. » Le choix est très personnel. « Il y en a qui n’aiment tellement pas la préparation qu’ils préfèrent appliquer un produit clair chaque année », constate Tristan Flanagan, de chez Rona. Lorsque la surface est moins belle, une teinture opaque, dissimulant le grain du bois, permet d’avoir la même couleur partout.

Cas par cas

Beaucoup de facteurs extérieurs influent sur la durée de vie des produits, fait remarquer Sophie Bergeron, de chez Benjamin Moore. « La longévité varie selon l’exposition au soleil et aux intempéries, selon la distance du sol, bien drainé ou non, selon la proximité d’arbres fruitiers ou la présence d’une profusion de plantes souvent arrosées », précise-t-elle. Une surface horizontale, comme une terrasse, résiste moins longtemps qu’une surface verticale, comme une clôture. Mais le plus gros problème, insiste Tristan Flanagan, demeure le manque de préparation…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.