Vêtements d’extérieur

Manteau d’hiver : comment le choisir  ?

Les températures dégringolent et les jours se font de plus en plus courts… Aucun doute : l’hiver s’en vient, et c’est le temps de penser au manteau chaud. Mais il y a tant de choix sur le marché qu’on ne sait plus où donner de la tête. Pour faciliter votre magasinage, voici un petit aide-mémoire qui permet de mieux s’y retrouver devant les principales matières et caractéristiques des manteaux d’hiver.

Long ou court  ?

On passe beaucoup de temps en voiture  ? Un manteau mi-long qui couvre les hanches et peut aller jusqu’aux genoux est le plus pratique. Avec les fréquentes ouvertures et fermetures, on opte pour des boutons et une fermeture à glissière d’excellente qualité et solidement cousus. Personne ne veut d’un manteau qui ne s’attache plus par moins 25…

Les déplacements à pied exigent un manteau long et chaud. Ce n’est pas une raison pour avoir l’impression de porter une armure  ! On le préfère donc léger et compressible, surtout si on emprunte souvent le transport en commun. Autres éléments incontournables : il doit couper le vent en plus d’être imperméable.

Dans tous les cas, on proscrit complètement le manteau très court et le blouson qui laissent le bas du dos et le ventre à l’air. Sincèrement, qui tient absolument à grelotter  ?

La matière

La laine est chic et offre davantage de coloris que la plupart des doudounes. On la porte par temps doux et pour de courtes périodes de temps à l’extérieur. Elle fait un manteau assez chaud, mais pas imperméable et qui ne coupe pas le vent. Autre inconvénient : elle exige un nettoyage à sec.

Le duvet, c’est le confort par excellence par temps froid et sec. Plus il est léger, plus il est de qualité. Choisir un manteau de duvet et non de plumes est préférable, et le duvet d’oie est plus chaud que celui du canard. Le duvet possède l’avantage non négligeable de se laver à la machine au cycle délicat.

Les manteaux de tissus synthétiques sont moins chers que ceux en duvet en plus d’être lavables. Ils protègent bien en conditions humides.

Les poches

Téléphones portables, clés et gants qu’on veut facilement accessibles nécessitent de grandes poches. Les plaquées sont les plus pratiques, surtout si elles se ferment.

Les poches passepoilées se prêtent parfois moins aux activités de tous les jours. Certaines contiennent à peine un mouchoir de poche  ! En magasin, lors de l’essayage, les tester avec ses objets usuels peut être une bonne idée. Elles doivent être de la bonne taille, solides et se fermer, sinon, mieux vaut choisir les poches plaquées.

Les manches

Elles sont plus chaudes lorsqu’elles sont munies d’ourlets élastiques qui protègent du vent, de la pluie et de la neige. Même si à l’essai, les manches ont l’air faites pour une géante, leur longueur contribue à mieux protéger les mains.

Le col

En tricot ou en polar, c’est plus chaud. Boutons ou fermeture à glissière doivent bien se rendre jusqu’au col pour protéger la gorge. Qu’il soit droit ou tombant, il doit absolument avoir des dimensions pratiques. C’est une partie du manteau souvent oubliée, mais une des plus importantes.

Le capuchon

Principal critère : la bonne taille. Il faut donc absolument l’essayer. Trop petit, il relègue inévitablement la plus belle coiffure au rang de souvenir. Trop grand, il tombe à la moindre brise, laissant la tête exposée au grand vent. Dans ce cas, le capuchon avec cordon de serrage est le bienvenu. On le choisit bordé de fourrure naturelle ou synthétique pour mieux protéger le visage contre les intempéries.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.