Sortir

À la carte

Le Montréal gastronomique se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, chefs qui changent d’enseigne, événements… Chaque semaine, nos journalistes vous présentent ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

En vedette

Un bijou de brasserie

Chez Henri, nous n’avons goûté qu’au plat de carotte jaune d’Hochelaga – fort délicieux, cela dit – et ne pouvons donc commenter le menu franco-québécois du jeune chef Romain Abrivard (Les 400 coups, M.Mme). On y trouve des classiques très classiques, tandis que d’autres sont marqués par un petit accent québécois, comme le tartare à l’huile de sapin et l’omble aux boutons de marguerite. Nous pouvons toutefois commenter le décor, grandiose, de la brasserie du chic hôtel Birks. Il est signé Zébulon Perron, de plus en plus habitué à concevoir des restaurants d’hôtel, après Les Cousins du Alt+ de Brossard et le Marcus du Four Seasons (à venir au printemps 2019).

Cossue à souhait, avec ses colonnes, ses hauts plafonds aux moulures raffinées, ses banquettes de velours et, surtout, ses spectaculaires vitraux, la brasserie est dépaysante comme peu de restaurants montréalais réussissent à l’être. Pour diriger le bar, on a recruté Eddy Germain, un ancien du Lab, copropriétaire du 4e mur. La carte propose classiques et créations en parts égales. Mais l’équipe derrière le zinc étant très, très solide (le vieux routier Chris Natale, l’excellente Marine Paniz), on saura sans doute vous concocter le plus obscur des cocktails sur demande. Côté vin, c’est le traditionnel qui l’emporte, avec des références principalement françaises et italiennes. Le lunch du temps des Fêtes entre amis ou avec grand-maman, c’est ici qu’il se prend ! (Ève Dumas)

1240, square Phillips, Montréal

Actualités

De Régine à Janine !

C’est désormais officiel : Régine, ce populaire café déjeuner établi rue Beaubien Est, dans Rosemont, a désormais une sœur, Janine, dans Verdun ! Ouvert lundi dernier, l’endroit partage évidemment une filiation évidente avec Régine, mais tout en ayant sa propre personnalité. « On ne voulait pas faire un copier-coller, mais un endroit unique avec son propre menu et décor », détaille Pierre-Luc Chevalier, l’un des propriétaires. Pour le service des brunchs haut de gamme sept jours sur sept, Janine compte 80 places et présente un décor inspiré des salons de thé anglais avec ses fauteuils antiques et papiers peints rétro. Parmi les particularités de l’endroit, notons l’apparition de plusieurs options végétariennes et même véganes et quelques nouveautés, dont la gaufre de maïs au poulet frit avec purée de mangue. Alors, on déjeune ? (I.G.-P.)

3900, rue Wellington, Verdun

Café

Faro à Montréal

Les Brûleries Faro font leur petit bonhomme de chemin depuis 1982. Et voilà que l’entreprise de Sherbrooke vient d’ouvrir un premier café à Montréal, équipé d’un rutilant Modbar (cafetières espresso dissimulées). Ici, on met de l’avant les torréfactions dites « limitées », pour amateurs de cafés de terroir. Mais on peut également acheter des grains pour emporter, issus de tout le spectre possible de la cuisson, du blond au très noir. Viennoiseries, pâtisseries, quiches, sandwichs et salades de divers fournisseurs sont au menu, pour les étudiants et travailleurs du coin souhaitant casser la croûte. Parallèlement, Faro lance la série Découvertes du chef, avec Danny St Pierre. Liscio est un mélange de trois origines (Costa Rica, Tanzanie, Inde), tandis que Waykan est un café provenant du Guatemala, à la torréfaction plus légère. On trouve ces deux « éditions spéciales » dans plusieurs épiceries, dont les supermarchés Metro. (È.D.)

1440, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal

Ouverture

Un « p’tit baveux » dans Villeray

Le chef Luca Cianciulli et son amoureuse Maxime Landry se sont rencontrés quand ils travaillaient tous les deux dans les cuisines du Toqué !. Le jeune couple vient d’ouvrir Moccione, un restaurant de quartier d’inspiration italienne, à l’angle de Villeray et Saint-Denis. « Dans mon dialecte italien, moccione veut dire “petit baveux”, nous a écrit Luca en début de semaine. C’est aussi le surnom qu’on attribue à ma famille en Italie, ce qui te donne un peu une idée de nos personnalités ! Au restaurant, on travaillera les produits du Québec le plus possible, en bouffe et en alcool. On veut offrir ce qu’il y a de mieux, à bon prix. Et puis la cuisine est tellement ouverte qu’on a l’impression de rentrer chez nous, à la maison. » Avec l’impeccable Maxime Lavallée (anciennement au Toqué !, puis au Manitoba) comme gérant de salle et sommelier, ça promet. (È.D.)

380, rue Villeray, Montréal

Au calendrier

Le retour de Miracle Montréal

Ah, la magie des Fêtes ! Envie d’y plonger ? Direction Miracle Montréal, qui est de retour pour la troisième année dans la métropole. L’idée de ce bar éphémère, née en 2014 à New York, est simple : un bar à cocktails où les saveurs des Fêtes sont à l’honneur, le tout dans un décor où la surenchère d’étoiles, lumières, guirlandes et autres classiques de Noël est complètement assumée. Cette année, c’est l’équipe du Coldroom et d’El Pequeno bar, dont le mixologue Pierre-Hugues Marois, qui s’occupe de la carte et y ajoute l’option « Grinch » pour ceux qui veulent s’éloigner des cocktails kitsch et aller davantage du côté de créations plus raffinées.

À découvrir jusqu’au 30 décembre, au 139, rue Saint-Paul Ouest. (I.G.-P.)

La Tête d’allumette en visite

Fana des bières de La Tête d’allumette, cette chouette microbrasserie installée au bord du fleuve dans la région du Kamouraska, inscrivez la date du 6 décembre à votre agenda ! Pour un soir seulement, l’équipe débarque en ville, au bar Pit Caribou, pour un « tap takeover ». La seule brasserie au feu de bois au Canada y prendra le contrôle des lignes, en plus de proposer aussi quelques bouteilles. À noter : on promet aussi la présence, au 951, rue Rachel Est, des délicieux pogos de l’adresse du Bas-Saint-Laurent ! (I.G.-P.)

Palmarès

Normand Laprise parmi les meilleurs chefs du monde

Depuis 2015, le magazine français Le Chef publie un palmarès des 100 meilleurs chefs du monde. Dévoilée au Chefs World Summit 2018 à Monaco, l’édition 2019 a honoré le chef Arnaud Donckele, du restaurant La Vague d’or, sur la Côte d’Azur, en première place, mais a aussi inscrit au palmarès, pour la première fois, un chef canadien en la personne de Normand Laprise, qui arrive au 100e rang. (I.G.-P.)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.