JEUX VIDÉOS

Le cyberpunk de Montréal

Avec Denis Villeneuve à la réalisation de la suite de Blade Runner et Eidos Montréal qui réalise la série Deus Ex, on peut penser que le Québec est en voie de devenir un expert du cyberpunk. Enfin, c’est bien parti car Deus Ex : Mankind Divided est selon nous le jeu le plus marquant de la rentrée. Il s’agit d’un jeu de tir à la première personne qui fait la jonction entre nos pouvoirs, l’infiltration, le jeu de rôle et l’action, pour ainsi offrir des dizaines de façons d’aborder les situations. Mankind Divided se déroule en 2029, alors que le transhumanisme est au cœur des sujets de la société. On renfile les augmentations mécaniques d’Adam Jensen, deux ans après les malheureux événements du volet Human Revolution. Une ségrégation à l’égard des humains modifiés ne cesse de grandir. Jensen, maintenant au service de la division antiterroriste d’Interpol, devra mener son enquête afin de retrouver le ou les responsables d’un attentat meurtrier contre la ville de Prague.

Verdict 

La jouabilité de Deus Ex : Mankind Divided marche dans les pas du titre précédent. Nous l’avons testé sur PC, de sorte que nous avons pu profiter au maximum de l’excellente direction artistique appliquée à cette architecture de niveau où les choix foisonnent. Tenterons-nous d’y aller de front, incognito par les conduits d’aération, ou essayerons-nous de trouver un code pour libérer un passage en piratant un ordinateur ? Voilà des choix qui se présentent tout au long de l’enquête. L’univers visuel et sonore y est détaillé et riche et pousse toujours plus l’immersion. Le scénario principal, moins frappant que celui de Human Revolution, ainsi que les quêtes secondaires nous tiennent en haleine jusqu’au générique final. Qui arrive, après une quinzaine d’heures, beaucoup trop rapidement. On en aurait voulu plus.

Concepteur :  Eidos Montréal

Éditeur : Square Enix

Plateformes :  PC, PS4, Xbox ONE 

Cote : M (17 +) 

Jeu en français

4 étoiles

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.