LE MONDE EN BREF

Des Somaliens craignent des représailles

Des Somaliens du Minnesota ont exprimé hier leur crainte de représailles après l’attaque au couteau revendiquée par le groupe État islamique (EI) qui aurait été perpétrée par un Somalien. L’assaillant a fait neuf blessés samedi dans au centre commercial de St. Cloud avant d’être abattu. « Nous condamnons fermement ce qui s’est passé », a dénoncé Haji Yussuf, cofondateur du groupe militant #UniteCloud, lors d’une conférence de presse. Ceci ne reflète pas notre communauté, ce n’est pas ce que nous sommes. » — AFP

« Si je pouvais, je remonterais le temps de plusieurs années en arrière afin que nous puissions [...] mieux nous préparer à la situation qui nous a pris un peu de court à la fin de l’été 2015. »

— La chancelière allemande Angela Merkel, qui a reconnu hier certaines erreurs de sa politique d’immigration, tout en défendant son plan d'accueil des réfugiés. Son parti a encore essuyé, dimanche, un revers électoral par la droite populiste. (AFP)

625 000 $

Rançon qui aurait été versée aux islamistes philippins du groupe Abou Sayyaf pour la libération, samedi, du Norvégien Kjartan Sekkingstad, selon des experts en sécurité. M. Sekkingstad avait été enlevé en septembre 2015 avec trois autres otages, dont les deux Canadiens qui ont été exécutés au printemps.

— AFP

Raid meurtrier contre un convoi humanitaire

Un raid aérien a touché un convoi humanitaire et tué 12 bénévoles du Croissant-Rouge et conducteurs de camion qui devaient acheminer de l’aide dans la province d’Alep, hier, quelques heures après que l’armée syrienne eut déclaré la « fin » de la trêve des combats.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui a avancé ce bilan, n’était pas en mesure de préciser de quelle nationalité étaient les avions qui ont mené les frappes, mais aucun groupe rebelle syrien ne dispose de force aérienne.

Au total, au moins 36 civils ont péri à Alep et dans sa province dans des raids, selon la même source. Dans la métropole du nord syrien, six civils ont été tués, tandis que quatre autres sont morts dans l’est de la province du même nom.

Dans l’ouest de la province, 26 civils sont morts. Parmi eux figurent 12 bénévoles du Croissant-Rouge et des conducteurs de camion d’aide humanitaire.

L’ONU a indiqué que le raid avait endommagé au moins 18 camions chargés d’aide humanitaire, mais n’était pas en mesure de fournir un bilan des éventuelles victimes.

Ces camions faisaient partie d’un convoi de 31 véhicules de l’ONU et du Croissant-Rouge syrien qui livrait de l’aide à 78 000 personnes à Orum al-Koubra, a précisé le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric.

« FIN DU GEL DES COMBATS »

« Plus de 40 frappes aériennes » ont été menées depuis que Damas a déclaré la « fin » du cessez-le-feu, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Car hier, une semaine après son entrée en vigueur, l’armée du régime de Bachar al-Assad a annoncé « la fin du gel des combats qui a débuté à 19 h le 12 septembre conformément à l’accord États-Unis – Russie ».

Devant la gravité de la situation, le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui rassemble depuis novembre 2015 une vingtaine de pays et d’organisations internationales – dont les États-Unis, la Russie, l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Iran –, se réunira aujourd’hui à New York, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, a annoncé hier la diplomatie américaine.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.