Secteur aéronautique

Héroux-Devtek devient sous-traitant d’une société qui lui a arraché un contrat

Héroux-Devtek a conclu une entente qui lui permet de récupérer une partie d’un contrat qui n’avait pas été renouvelé l’an dernier par l’armée de l’air des États-Unis pour ensuite être accordé à un concurrent américain.

Ce contrat de quatre ans, annoncé hier, pourrait rapporter plus de 65 millions de dollars au spécialiste québécois des trains d’atterrissage. Il a été conclu avec AAR Corp., une entreprise de l’Illinois.

En devenant sous-traitant d’AAR, Héroux-Devtek sera notamment responsable de la remise à neuf et de la gestion des trains d’atterrissage de l’avion de ravitaillement KC-135. La société fabriquera aussi des pièces de rechange pour le KC-135, l’appareil de transport de cargaison Hercules C-13, ainsi que d’autres composants de train d’atterrissage.

« Nos décennies d’expérience avec le gouvernement américain seront mises au service de cet important contrat », a souligné le vice-président et chef de l’exploitation chez Héroux-Devtek, Martin Brassard, dans un communiqué.

Il y a un peu plus d’un an, l’entreprise avait été secouée à la Bourse de Toronto après avoir annoncé que son contrat avec l’armée de l’air américaine – qui incluait de la gestion pour l’appareil de surveillance Boeing E-3 – n’avait pas été renouvelé.

La diminution de la charge de travail découlant de cette annonce avait forcé Héroux-Devtek à procéder à une soixantaine de mises à pied à ses installations de Longueuil et à comptabiliser une charge de restructuration de 5 millions au quatrième trimestre.

Bien qu’elle récupère une partie du contrat qui lui a échappé, l’entreprise n’a pas voulu préciser l’ampleur.

Nouveau client

Les analystes financiers ont accueilli favorablement l’annonce, en soulignant qu’elle permettait à Héroux-Devtek d’ajouter une nouvelle entreprise à sa liste de clients, ce qui devrait avoir des répercussions positives sur son action.

« Cela pourrait mener à d’autres ententes à plus long terme, a indiqué Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note envoyée par courriel. Ce contrat va solidifier l’exposition de la société au secteur américain de la défense, où les perspectives sont solides. »

Selon Derek Spronck, de RBC Marchés des capitaux, cet « important contrat » avec AAR viendra ajouter environ 4 % aux revenus annuels de 400 millions générés par Héroux-Devtek.

En plus de ses installations à Longueuil, Laval et Saint-Hubert, Héroux-Devtek exploite des usines en Ontario, dans l’État de l’Ohio, au Kansas, à Washington ainsi qu’au Royaume-Uni. Son effectif total est d’environ 1365 employés.

Sur le parquet torontois, le titre du spécialiste des trains d’atterrissage se négociait à 15,60 $ à la fermeture des marchés, en hausse de 18 cents, ou 1,17 %.

Revue boursière

Wall Street rebondit

Wall Street a terminé en hausse hier, reléguant au second plan les inquiétudes concernant les tensions géopolitiques et la montée des taux d’intérêt pour se concentrer sur les résultats encourageants de la chaîne de magasins Macy’s et un indicateur solide. Son indice vedette, le Dow Jones, a gagné 0,3 % et le NASDAQ s’est apprécié de 0,6 %.

Chine

140 millions

Une entreprise pharmaceutique chinoise autorisée à produire un générique du Viagra a vu son action bondir en Bourse hier, après avoir souligné l’immense potentiel du marché en Chine, où 140 millions d’hommes souffriraient selon elle d’impuissance. La déclaration n’est pas passée inaperçue : l’action de l’entreprise, Changshan Biochemical, a ainsi gagné 10 % (la limite maximale autorisée) à la Bourse de Shenzhen. Une de ses filiales vient de décrocher l’autorisation de fabriquer les fameux comprimés destinés à traiter l’impuissance. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.