MUSIQUE

Spectacle à C2MTL

Plus de 14 mois ont passé depuis notre visite au studio B-12.

Nous sommes à l’Arsenal pour la soirée de clôture de la conférence C2 Montréal.

Devant un public de gens créatifs et influents, Valaire présente les chansons de son nouvel album, Oobopopop, qui doit sortir en septembre et dont deux extraits ont été dévoilés, Whisky Dew et Apata Palace.

Valaire accueille sur scène les Montréalais Pierre Kwenders et Alan Prater, ainsi que le New-Yorkais Kahli Abdu, qui ont tous le rythme dans le sang et le sens du spectacle (et qui figurent tous sur Oobopopop). Il règne une ambiance funk dans le décor de forêt tropicale animée par des sons de cuivres dansants.

« C’est un public difficile, mais cela a très bien été, se réjouit Luis le lendemain. Nous avons eu un mois pour monter nos nouvelles chansons avec un nouveau set-up d’équipement. »

Pour Valaire, c’est mission accomplie. « Le côté léger et funky, que nous avons vu beaucoup en show en Louisiane, fait du bien au monde. Après l’album Bellevue, nous voulions revenir à cela. »

Alan Prater aura un grand rôle à jouer sur Oobopopop. Le grand public ne le connaît pas, mais il a l’admiration de nombreux musiciens de Montréal. Les mercredis soir, son groupe The Brooks et lui enflamment le club jazz de la rue Saint-Denis, le Dièse Onze.

« Alan, avec qui nous avons tourné, incarne tellement les bonnes raisons de faire de la musique, note Luis. Alors que l’on peut être blasé par la routine en tournée, il nous ramène aux sources et il nous rappelle que nous sommes chanceux de faire cela dans la vie. C’est le chanteur le plus incarné que je connaisse. »

Depuis son séjour au studio B-12 à Valcourt, Valaire a changé le plan de match de la sortie de son cinquième album. « Nous avons décidé de le sortir plus tard, car il y avait l’histoire du changement de nom. »

En avril dernier, Misteur Valaire a en effet annoncé qu’il s’appelait désormais Valaire. « Nous y pensons depuis longtemps. C’est un nom que nous avions choisi au cégep et ça devenait lourd de toujours l’épeler », précise Luis.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.