MUSIQUE

Valaire en trois temps

Il faut désormais parler de Valaire pour décrire le groupe qui a décidé de retrancher le « Misteur » de son nom. Vendredi dernier, le quintette a lancé son cinquième album, Oobopopop, dont La Presse a suivi le processus de création depuis avril 2015. Entrevue en trois temps.

Studio B-12 de Valcourt

« Nous sommes à Valcourt, au cœur des Cantons, dans le manoir des Bombardier, où est née la motoneige », lance Luis (Louis-Pierre B. Phaneuf), avec l’humour parfois déroutant propre à son groupe.

Le studio B-12 est en effet l’ancienne maison de l’un des fils du célèbre inventeur Joseph-Armand Bombardier. Son petit-fils Louis-Armand assure aujourd’hui la gestion de ce qui est devenu « une résidence créative ».

« Nous passons deux semaines à compléter l’enregistrement de l’album après être allés en Louisiane. Nous voulions un album ensoleillé, donc il fallait quitter le froid », indique Luis sous un doux soleil qui annonce le début du printemps.

Deux mois plus tôt, les membres du groupe ont roulé vers le sud dans un camion loué et vécu moult péripéties pour se retrouver dans une maison de Lafayette appartenant à un homme louche. « Après souper, nous sortions le bourbon et nous mettions nos idées individuelles du jour en commun. Et la fin de semaine, nous allions fêter à La Nouvelle-Orléans ! », relate Jules (Julien Harbec).

Avant d’écrire de nouvelles chansons, Valaire avait un son en tête. « À la base, nous avons voulu faire un contraste avec notre dernier album, Bellevue, qui était plus introspectif, détaille Tô (Thomas Hébert). Nous avions envie d’aller dans ce qu’on appelle les rythmes du monde avec quelque chose de chaud et de facile à écouter. »

« Qui tombe dans les hanches », ajoute France (François-Simon Déziel).

En avril 2015, Valaire (qui s’appelle toujours Misteur Valaire à ce moment-là) n’est « pas loin d’avoir un album ».

« Est-ce qu’on continue à faire plus de matériel ou on a assez de trucs pour piger dedans ? C’est la question qu’on aura à se poser en revenant de Valcourt, explique Luis. La dernière étape est d’ajouter des voix. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.