Testé Insteon Hub V2

Le vétéran se met à la page

Dès 2005, avant même l’avènement des téléphones intelligents, Insteon proposait des ampoules, interrupteurs et détecteurs de toutes sortes contrôlables à distance. La vénérable entreprise américaine a décidé de se mettre à la page en devenant récemment compatible avec le Google Home. Un bel effort, qui rend cette gamme encore plus utile.

On aime

Insteon, un produit de la californienne Smartlabs, est une institution pour les amateurs de domotique. Son fondateur, Joe Dada, est aussi celui qui a mis sur pied le catalogue SmartHome en 1992. Les vrais mordus aiment les configurations infinies qu’on peut apporter aux appareils connectés avec Insteon, la facilité pour créer des « scènes », et même jusqu’à tout récemment, la capacité de contrôler des modules X10. Pour les plus jeunes, précisons qu’il s’agit des dinosaures de la domotique, des modules qu’on branche dans le mur et qui reçoivent les commandes par le réseau électrique.

Smartlabs a mis sur le marché il y a plus d’une décennie un système de domotique reprenant cette idée d’utiliser le réseau électrique, en lui ajoutant des signaux radio. Chaque module reçoit puis retransmet les signaux de commande. Le résultat : une fiabilité absolument incomparable, qui assure qu’on peut éteindre ou allumer à tout coup une lampe, un moteur de piscine, ou recevoir les signaux d’alarme d’un détecteur de fuite ou de mouvement. Nous avons testé la première version de l’interface Insteon depuis 2012 et l’avons grandement appréciée.

On peut contrôler tous les appareils à partir d’un ordinateur ou d’un appareil mobile, de l’extérieur ou de l’intérieur de la maison.

En 2014, on a mis sur le marché la deuxième version de l’interface, l’Insteon Hub V2, dont le grand avantage était de simplifier énormément la configuration. Et en février dernier, on lui a apporté l’ajout ultime, la compatibilité avec le Google Home.

C’est cette nouvelle version que nous présentons. Insteon estime offrir quelque 200 modèles d’appareils de domotique. Nous en avons essayé trois : une ampoule intelligente, un module pour lampe à intensité variable et un module pour appareils standards.

On peut maintenant d’un ordre verbal allumer toutes les lampes d’un étage ou ordonner de diminuer l’intensité de l’ampoule du salon. « Mets la lumière de la chambre à 10 % » donne un éclairage tout doux, et « Allume le garage » démarre la chaufferette dans cette dernière pièce. La compatibilité entre Google Home et l’interface Insteon est très bonne, la compréhension du français de notre assistant vocal nous permettant de donner des noms dans cette langue aux appareils. Notons cependant que l’application elle-même n’est offerte qu’en anglais.

L’interface Insteon V2 est effectivement plus facile à configurer, surtout pour les commandes de l’extérieur de la maison, pour lesquelles il fallait auparavant aller fouiner dans les préférences du routeur. Fini tout cela.

L’application Insteon, à défaut d’être jolie, est plutôt claire. On peut y voir en un coup d’œil tous nos appareils, leur état allumé ou éteint, et programmer des « scènes » qui combinent plusieurs appareils. Une des possibilités qui est pratiquement unique à Insteon, c’est qu’on peut demander qu’une ampoule s’allume très graduellement, par exemple pendant huit minutes, à une heure précise. Idéal pour les réveils en douceur.

On aime moins

On a souligné à quel point l’application gagnerait à être redessinée, mais il s’agit d’un symptôme d’un mal plus général. En fait, malheureusement, Insteon semble en perte de vitesse depuis quelques années : les produits qu’on trouvait notamment dans tous les BestBuy ne sont plus offerts qu’en ligne au Canada.

On trouve tout de même facilement cette gamme de produits sur de nombreux sites. Un constat évident, c’est qu’on y ajoute à peine un nouveau produit par année. Encore là, pas de quoi donner une impression de grand dynamisme.

L’interface Insteon V2 a beau être plus simple d’utilisation, elle a perdu une fonction qui était appréciée : la compatibilité avec les modules X10. Ils ont beau être préhistoriques, bien des adeptes de la première heure en domotique les utilisent encore – et nous nous incluons dans le groupe.

Insteon annonce régulièrement la compatibilité de sa plateforme avec d’autres systèmes, notamment l’Echo d’Amazon. Mais le Canada est négligé et ces options tardent à traverser la frontière.

On aime beaucoup la possibilité d’allumer graduellement une lampe, mais la fonction est capricieuse. Il est parfois difficile d’éteindre ensuite rapidement cette lampe simplement avec la touche OFF.

L’ampoule intelligente que nous avons testée avait de la difficulté à gérer les intensités variables. Même si elle accepte théoriquement toutes les intensités entre 0 et 100 %, elle semble en réalité bloquée sur quatre intensités, 0 %, 10 %, 50 % et 100 %.

On achète ?

Malgré quelques petits défauts, Insteon offre un ensemble domotique très attirant, à des prix compétitifs qui satisferont amplement ceux qui souhaitent tout commander à distance dans la maison. Oui, pour la qualité et le prix, cette gamme en vaut la peine. Des années d’essais nous permettent de témoigner de sa fiabilité.

Notre seule réserve, c’est pour l’avenir de cette entreprise. Il est en effet indispensable pour ce type d’interface de pouvoir compter sur une plateforme infonuagique. Si l’entreprise disparaît, on se retrouve avec des appareils inutilisables. Et comme Smartlabs ne semble pas exactement avoir le vent dans les voiles, on a des raisons légitimes de s’inquiéter.

Insteon Hub V2

Fabricant : Smartlabs

Prix : 99,99 $ (en vente notamment à Aartech.ca)

Note : 4,5 sur 5

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.