Environnement

Les changements climatiques inquiètent la Banque du Canada

La Banque du Canada a fait part hier de ses préoccupations croissantes face aux défis posés par les changements climatiques pour l’économie et le système financier. Pour la première fois, la revue du système financier de la banque centrale souligne que les changements climatiques entraînent une vulnérabilité importante, en plus de réitérer ses inquiétudes persistantes au sujet de la dette des ménages et de l’appréhension du marché de l’habitation. Cette évaluation fait partie du bulletin annuel de la banque qui explore les principaux points faibles et les risques liés à la stabilité du système financier. L’institution a indiqué que les risques liés aux changements climatiques – notamment les phénomènes météorologiques extrêmes et le passage complexe à une économie moins soumise au carbone –  étaient maintenant intégrés à ses recherches. — La Presse canadienne

Technologies

« Je suis inquiet au sujet de l’Europe, inquiet des inquiétudes de l’Europe. » 

— Jack Ma, président d’Alibaba, s’est amusé hier du fait que, quand l’Europe a des problèmes avec les nouvelles technologies, « elle fait des règles et des lois ». « Pourquoi vous inquiétez-vous ? », a-t-il encore glissé en prenant l’exemple de l’intelligence artificielle. « Les méchants utilisent l’intelligence artificielle pour faire de mauvaises choses, nous l’utilisons pour arrêter les méchants. Si vous pensez que la révolution technologique est un problème, je suis désolé de dire qu’il ne fait que commencer », a-t-il conclu. (AFP)

Walmart

Des résultats solides, mais une ombre au tableau

Walmart est en train de rattraper son retard sur Amazon dans le commerce en ligne : le géant mondial de la distribution a annoncé hier une flambée de 80 % de son bénéfice au premier trimestre, alimentée par les ventes sur l’internet.

L’enseigne doit toutefois composer avec la nouvelle poussée de fièvre dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui perturbe sa chaîne d’approvisionnement et devrait probablement la conduire à augmenter ses prix pour préserver ses marges.

Le bénéfice net a augmenté de 80 % à 3,84 milliards de dollars au premier trimestre achevé le 27 avril. 

Outre un gain de 837 millions lié à sa participation dans la plateforme de commerce en ligne chinoise JD.com, Walmart a pu compter également sur les consommateurs américains qui lui ont permis d’enregistrer la meilleure croissance des ventes pour un premier trimestre aux États-Unis depuis neuf ans.

Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 3,4 % aux États-Unis, contre une hausse de 3,3 % anticipée.

La facture moyenne a augmenté de 2,3 % dans les magasins américains, tandis que les ventes sur l’internet ont, elles, explosé de 37 % aux États-Unis, contre 33 % à la même période il y a un an. Cette croissance est supérieure à l’objectif de 35 % que s’est fixé l’entreprise pour l’ensemble de l’exercice 2019-2020.

« Walmart est maintenant un acteur majeur dans le commerce en ligne, capable de prendre des parts de marché à Amazon et à d’autres », en déduit Neil Saunders, expert chez GlobalData Retail.

Hausse des prix

Pour cet expert, la performance trimestrielle de Walmart montre que le groupe, connu pour ses prix bas et ses hypermarchés, séduit désormais au-delà de sa clientèle traditionnelle et attire les milléniaux (17-34 ans) et une clientèle aisée.

Walmart investit tous azimuts dans le commerce en ligne et livre une bataille féroce à Amazon sur la livraison, le nerf de la guerre, car les consommateurs veulent recevoir le plus tôt possible le produit commandé en ligne.

Seul hic pour Walmart : la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine risque de mettre à mal sa réputation de distributeur de prix bas auprès des consommateurs, car le groupe dispose de fournisseurs en Chine.

« Avec les surtaxes douanières, nous allons sans doute augmenter les prix pour nos clients, mais nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter cette hausse », a déclaré Brett Biggs, directeur financier, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.