SANTÉ MENTALE

Quand le stress devient détresse

Hésitante, Geneviève Fortin-Blanchard s’est avancée devant la classe, ses notes à la main. Elle a commencé son exposé oral et, en voyant tous ces yeux rivés sur elle, elle a flanché. « Ma vision est devenue embrouillée, je me suis mise à faire de l’hyperventilation, je transpirais beaucoup et, comme un réflexe, je me suis roulée en boule, en position de fœtus. Ç’a été le moment le plus humiliant de toute ma vie », raconte la cégépienne de 19 ans. Élève modèle, elle a néanmoins échoué à son cours.

Plus du tiers des élèves au collégial vivent de l’anxiété, selon de nombreuses études récentes. Une enquête menée dans huit cégeps auprès de 12 200 élèves le confirme : 35,1 % des cégépiens souffrent d’anxiété souvent ou tout le temps et 17,4 % vivent beaucoup ou énormément de détresse psychologique. C’est davantage le cas chez les filles que chez les garçons. Les résultats de la recherche, financée par le collège de Bois-de-Boulogne, ont été présentés en octobre 2015 au Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES).

« Ces résultats sont préoccupants. Selon nos données, l’anxiété et la détresse sont avant tout liées à la pression associée à la performance scolaire », note Marc-André Gosselin, coauteur de l’enquête et enseignant en psychologie au collège de Bois-de-Boulogne. L’anxiété, associée à la dépression et aux idées suicidaires, augmente le risque d’abandon scolaire. 

Les 18-25 ans sont particulièrement vulnérables à l’anxiété, affirme Diane Marcotte, professeure au département de psychologie de l’UQAM.

« Ces adultes émergents vivent une période de grande instabilité dans leur vie personnelle. Ils doivent faire des choix alors que les possibilités sont de plus en plus nombreuses. Ils évoluent dans une société où tout est contrôlé, prédictible, instantané. Ils tolèrent mal l’incertitude. »

— Diane Marcotte, professeure au département de psychologie de l’UQAM

Et les élèves québécois travaillent beaucoup, souligne Mme Marcotte. « Un sur cinq travaille plus de 20 heures par semaine. C’est un gros facteur de stress qui handicape la performance. »

ANXIÉTÉ À LA HAUSSE 

Les demandes de consultation en santé mentale connaissent une hausse phénoménale chez les élèves. « On remarque une tendance à la hausse depuis une dizaine d’années au Québec, comme partout en Amérique du Nord, dit Diane Marcotte. Dans les écrits scientifiques, on note que les jeunes qui arrivent du secondaire sont les plus à risque d’anxiété et de dépression. En intervenant tôt, pour dépister les jeunes qui ont besoin d’aide, on peut prévenir les troubles de santé mentale et le décrochage. » 

Quand un diagnostic est établi, un élève peut recevoir du soutien du service d’aide à l’intégration des étudiants (SAIDE) de son cégep et bénéficier de conditions favorisant la réussite. Toutefois, en raison de la pénurie de ressources, les intervenants peinent à accompagner les élèves et les SAIDE débordent, indique-t-on à la Fédération des cégeps. 

Entre 2007 et 2013, le nombre d’élèves en situation de handicap a augmenté de 770 %. « Depuis 2010, le taux de croissance annuel moyen du nombre d’étudiants en situation de handicap est de 33,4 % […]. Cette hausse concerne […] plus particulièrement ceux qui présentent un trouble d’apprentissage, un trouble de santé mentale et un trouble du déficit de l’attention […] », indique la Fédération, dans un mémoire déposé en octobre 2015 relatif à la Politique québécoise de la jeunesse. « C’est sans compter ceux qui n’ont pas de diagnostic ou qui en ont un, mais ne le déclarent pas. »

En l’absence d’un diagnostic, l’anxiété n’est pas toujours facile à détecter, estime Steve Meideros, enseignant de sociologie au cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu. « Avec l’expérience, nos antennes deviennent plus aiguisées. Certains étudiants anxieux auront besoin d’une attention constante, tandis que d’autres seront oppositionnels, sur la défensive. Des élèves vivent tellement d’anxiété qu’ils ne remettent pas leurs travaux, ne se présentent pas aux examens. La peur de l’échec les paralyse et, malheureusement, ils abandonnent le cours sans laisser de traces. »

ENSEIGNANTS EN PREMIÈRE LIGNE 

Élève en techniques d’éducation à l’enfance au cégep Marie-Victorin, Valérie Ciccone, 21 ans, a fait sa première crise d’angoisse en classe de français, il y a trois ans. « Quand l’enseignante a remis les travaux et que j’ai vu ma note, 53 %, j’ai éclaté en sanglots. » Elle a quitté la classe en trombe. Son enseignante est partie à ses trousses et l’a retrouvée effondrée dans les toilettes, tremblante, un pot de pilules à la main. « Je n’en pouvais plus de tout ce stress. »

Symptômes de l’anxiété, les crises d’angoisse (ou troubles paniques) s’invitent de plus en plus en classe. Les enseignants deviennent, malgré eux, des intervenants de première ligne.

« Dans un cours de théâtre, une étudiante est entrée en convulsions et s’est évanouie. Comment doit-on gérer ça en classe ? On n’a plus d’infirmière, on n’a plus de psychologue. On a dû appeler l’ambulance », raconte Annie Gingras, coordonnatrice du département de français au cégep de Saint-Laurent. 

« Quand une étudiante fond en larmes, qu’elle est prise de tremblements et qu’elle a de la difficulté à respirer, je dois désamorcer la crise, tout en rassurant le reste du groupe », dit Mariane Parent, enseignante en techniques d’intervention en loisir au cégep de Saint-Laurent. Dans ses cours, 30 % des élèves ont des troubles d’apprentissage et une anxiété en comorbidité. 

« Quand, dans une journée, j’ai géré deux crises d’anxiété en classe et reçu un étudiant en pleurs, qui m’offre du soutien ? »

— Mariane Parent, enseignante en techniques d’intervention en loisir au cégep de Saint-Laurent

Elle a tenté un projet-pilote de rencontres individuelles avec les élèves en difficulté, mais elle a rapidement mesuré les limites des connaissances. 

Les enseignants adaptent leur enseignement à la pièce. « Des médecins prescrivent des exemptions d’exposés oraux alors que c’est une compétence du Ministère, note Annie Gingras. Nous n’avons pas de ligne directrice, nous tentons des accommodements, mais nous devons être équitables. Nous en discutons entre collègues, c’est toujours un questionnement. » La consommation grandissante d’anxiolytiques [qui peuvent occasionner de la somnolence et une perte de concentration] est aussi une préoccupation. « Ça reste un problème assez récent et, avec tout ce qu’on a à gérer, on a du mal à prendre le pas. »

Les enseignants manquent d’outils pour soutenir ces élèves, souligne-t-on à la Fédération des cégeps. « En voulant être accueillants, les enseignants dépassent parfois leur mandat. Ça peut les placer dans des situations délicates, en conflit de loyauté, indique Philippe Boucher, psychoéducateur et conseiller en services adaptés au cégep de Saint-Jérôme. Comment mettre un échec à un étudiant qui a confié avoir des idées suicidaires ? Ils devraient les adresser aux services adéquats. »

POUR DES ÉLÈVES ZEN

Directrice du Laboratoire de recherche sur la santé mentale des jeunes en contexte scolaire, Diane Marcotte croit qu’il faut d’abord outiller adéquatement les enseignants. Son équipe a mis au point le programme d’intervention Zenétudes, actuellement testé par 10 enseignants et 288 élèves du cégep de Sorel-Tracy. Les résultats préliminaires sont encourageants. « Un atelier de sensibilisation offert en classe permet de répondre aux besoins de 85 % des étudiants. Les étudiants qui ont davantage besoin d’aide sont dirigés vers une intervention clinique en petits groupes. » Elle aimerait que Zenétudes soit implanté dans les cégeps de la province dès l’automne 2017. 

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.