Molson

À vendre : un site historique

Molson Coors met en vente dès aujourd’hui le terrain de 12 hectares où la bière Molson est brassée depuis 1786. Les employés en ont été informés hier, selon ce que rapporte Radio-Canada. Molson Coors déménagera ses activités à Longueuil en 2021, et la Ville de Montréal voudrait que le site accueille des résidences et offre un accès au fleuve pour les Montréalais. — La Presse

Portrait

Prem Watsa livre quelques secrets à Montréal

Surnommé le « Warren Buffett canadien » ou le « roi des causes perdues » pour ses investissements dans des entreprises en difficulté comme BlackBerry et Toys “R” Us, l’investisseur ontarien d’origine indienne Prem Watsa a fait une rare sortie publique, hier, à Montréal.

L’homme d’affaires dont la fortune personnelle est évaluée à environ 1 milliard de dollars est venu faire partager la recette qu’il utilise depuis plus de 30 ans pour bâtir le holding financier Fairfax, une société active dans l’assurance et la réassurance, mais aussi dans plusieurs autres secteurs. Sa règle d’or : « Toujours traiter les autres de la façon dont on aimerait être traité. »

Peu connu des Québécois en raison notamment de sa grande discrétion, Prem Watsa a pourtant investi – directement ou indirectement – dans plusieurs grandes entreprises de la province.

Il y a deux ans, Cara (aujourd’hui Recipe), dont le principal actionnaire est Fairfax, a acheté les Rôtisseries St-Hubert. L’an passé, un consortium dirigé notamment par Fairfax a mis la main sur les actifs du fabricant d’équipement de hockey de marque Bauer, dont le Centre d’innovation est situé à Blainville. Des investissements dans le détaillant Reitmans et les sociétés forestières Résolu et Tembec ont aussi notamment été réalisés dans le passé.

Invité par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain à donner une conférence, Prem Watsa a énuméré quelques principes ou valeurs qui l’ont guidé pour avoir du succès en affaires.

Penser à long terme

« Nous n’offrons pas de prévisions trimestrielles ou annuelles. Nous ne faisons jamais d’autopromotion [l’exception étant ce discours pour présenter Fairfax]. Nous croyons que les actionnaires et investisseurs doivent faire leur travail eux-mêmes et analyser les résultats. L’entreprise n’est pas à vendre et ne peut être vendue, afin qu’on puisse continuer de la bâtir. »

Favoriser la décentralisation

« Il n’y a que 35 employés au siège social de Fairfax. C’est étonnant, tout ce qu’on peut accomplir en éliminant la bureaucratie. Je réalise à quel point responsabiliser les dirigeants dans toutes les filiales de l’entreprise a de l’impact. »

Prioriser la famille

« Il est primordial que la réussite ne soit pas enregistrée aux dépens de la famille. La vie est parfois difficile. Il faut prendre soin de sa famille. Le travail pourra toujours attendre à plus tard. »

Cultiver l’esprit d’équipe

« J’aime particulièrement une citation de l’ex-président des États-Unis Ronald Reagan, qui a déjà dit que tout est possible si vous ne vous souciez pas de la personne qui obtient le mérite. »

Redonner à la communauté

« Nous avons pour politique de donner de 1 à 2 % de nos profits avant impôts à des organismes caritatifs. Lorsqu’une entreprise réussit, tout le monde peut en profiter. C’est très stimulant de pouvoir aider son prochain et de contribuer à améliorer la vie d’autrui. »

Faire preuve d’honnêteté en tout temps

« Ne jamais compromettre son intégrité. Par exemple, ne jamais tenter de modifier une entente après avoir donné une poignée de main à la suite d’un accord pour une transaction. Agir ainsi devient un avantage à long terme, car les gens développent une confiance et veulent brasser des affaires avec vous. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.