Tourisme

« Montréal n’a jamais été aussi international depuis l’Expo »

La métropole est en voie de battre un record, avec 11,2 millions de visiteurs cette année

Encore un été, encore des records pour Montréal, où le nombre de touristes qui y mettent les pieds atteint des sommets. La métropole continue de surfer sur la vague de son 375e anniversaire, tandis que la situation semble se stabiliser ailleurs au Québec après des années de forte croissance.

Quiconque s’est promené dans le Vieux-Port de Montréal ces jours-ci l’aura constaté : les touristes et les Montréalais se marchent sur les pieds. Ils viennent des quatre coins du monde pour dépenser leur argent au casino, boire un coup sur les terrasses du Vieux-Port et se perdre dans les centres commerciaux du centre-ville. En 2018, ils ont fait pleuvoir près de 5 milliards de dollars sur la ville, estime le Conference Board du Canada.

Tout indique que 2019 est en voie de dépasser cette somme. Alors que la métropole avait reçu 11 millions de touristes l’année dernière, Tourisme Montréal s’attend à en recevoir 11,2 millions cette année, conformément aux prédictions faites plus tôt cette année.

« Montréal n’a jamais été aussi international depuis l’Expo ou les Olympiques », déclare Yves Lalumière, PDG de Tourisme Montréal. Le flux international à l’Aéroport de Montréal (ADM) a augmenté de 10 % par rapport à 2018, soutient-il.

Parmi les touristes les plus actifs, Montréal semble avoir particulièrement la cote auprès des Français : les chiffres de l’ADM montrent une augmentation de 9 % de personnes en provenance de la France au mois de mai, selon M. Lalumière. Le phénomène n’est pas propre à la France, car « on sent que la majorité des pays de la Francophonie développent un intérêt pour Montréal », précise-t-il.

Par ailleurs, les Mexicains font partie du groupe international dont la présence augmente de façon spectaculaire. Par rapport à l’année dernière, il y a une hausse de 100 % en avril, de 41 % en mai et de 35 % en juin. « On a des similitudes culturelles, et notre côté latin contribue à ce rapprochement », estime M. Lalumière.

Les chiffres pointent vers une bonne saison pour l’industrie hôtelière, malgré une légère baisse du taux d’occupation par rapport à l’année dernière, selon Ève Paré, PDG de l’Association des hôtels du Grand Montréal. Cependant, cette baisse est en partie due à l’ajout de 650 chambres dans la grande région de Montréal en 2019, ainsi qu’à l’offre toujours plus grande de logements sur les plateformes Airbnb, HomeAway et Sonder. De plus, les baisses sont partiellement compensées par d’importantes augmentations dans la fréquentation des mois d’avril et de juin cette année.

Saison des festivals foisonnante

Sans pouvoir avancer de chiffres à ce stade-ci, Yves Lalumière s’attend à d’excellents retours des grands évènements estivaux qui animent la ville. Il précise que la Formule 1 était une « super édition », que ça a « explosé » cette année grâce à une clientèle hors Québec très nombreuse.

Juste pour rire a fait un « retour en force », dit-il. Son pendant anglophone, Just for Laughs, « a été un réel succès ». Même son de cloche pour les 40 ans du Festival international de jazz.

« La scène des festivals cette année a été un gros succès, et je pense qu’il y en a beaucoup qui auront des chiffres record. »

— Yves Lalumière

Avec l’ajout des festivals Oasis et Metro Metro dans le parc du Stade olympique, la scène supplémentaire du Festival de jazz à Verdun et la présence de logements locatifs dans le Plateau Mont-Royal et le Mile End, le flux touristique tend à se disperser dans l’île, même s’il reste principalement concentré dans le centre-ville et le Vieux-Montréal.

D’autres indicateurs pointent vers une augmentation du nombre de visiteurs. Les attraits de Montréal, comme les musées, le casino ou encore la Biosphère, ont connu une fréquentation supérieure de 29 % en juin par rapport à l’année dernière. Cette augmentation découle notamment de spectacles spéciaux comme PY1 et de la présence du Cirque du Soleil dans le Vieux-Port.

Finalement, M. Lalumière fait remarquer qu’il y a 50 % plus de gens qui se présentent aux kiosques d’information que l’année dernière.

« Je vois mal notre destination ralentir dans les trois prochaines années, » conclut-il.

Tourisme

D'autres régions

Québec

Après avoir vécu deux années record de suite, en 2017 et en 2018, le taux d’occupation des hôtels à Québec a connu une légère baisse en juillet comparativement à l’année dernière, selon Éric Bilodeau, directeur des communications de l’Office du tourisme de Québec. Les attraits sont aussi en baisse de 3 % depuis le début de l’année. Il faut par contre noter que le G7 de l’année dernière a probablement fait croître les données. « On est encore au sommet de la vague », assure-t-il.

Laurentides

La majorité des entrepreneurs de la région disent connaître une « bonne » saison, soit en légère hausse ou à un niveau similaire, selon Maïthé Levasseur, directrice adjointe au développement chez Tourisme Laurentides. Bon nombre de touristes hors Québec, surtout dans les secteurs de Mont-Tremblant et de Saint-Sauveur, proviennent de l’Ontario. « Le nombre de visiteurs américains et allemands sur notre site web a doublé par rapport à l’année passée », note Mme Levasseur.

Charlevoix

Le taux d’occupation dans la région de Charlevoix a connu un recul de 13,6 % en juin par rapport à l’année dernière. Normal : le G7 s’y est tenu. Comparativement au niveau de 2016, il y a eu une augmentation de 6,6 %. « C’est une saison un peu plus lente par rapport aux dernières années », dit Mitchell Dion, directeur général de Tourisme Charlevoix. « On était en forte croissance dans les trois dernières années. »

Cantons-de-l’Est

La région située à la frontière américaine semble profiter du taux de change avantageux : dans un communiqué de presse publié au début du mois d’août, Tourisme Cantons-de-l’Est souligne que les hébergements de la région ont connu une hausse de 30 % de leur clientèle américaine. On se félicite d’une augmentation de l’achalandage des attraits touristiques et prévoit que la tendance se poursuivra au cours de l’année. « On mise beaucoup sur les activités de bien-être, de plein air et de contemplation », déclare Francine Patenaude, directrice générale de l’organisation.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.