SCIENCE

L’EXODE DE L’AFRIQUE DÉMYSTIFIÉ

La migration de l’Homo sapiens hors de l’Afrique pour peupler le reste du monde s’est produite en quatre vagues successives, la principale d’entre elles ayant eu lieu il y a 50 000 ans, affirment quatre études publiées hier dans la revue Nature.

« Il y a eu quatre vagues de migration hors de l’Afrique depuis 110 000 ans », explique Axel Timmermann, océanographe à l’Université d’Hawaii, auteur principal de l’étude climatique de Nature (les trois autres études sont génétiques). 

« Des changements climatiques à ces quatre moments ont verdi le nord de l’Afrique du Nord, permettant l’expansion de la population humaine vers l’est de la Méditerranée. Mais il y a eu un aller-retour entre l’Afrique et le Moyen-Orient dans deux des premières vagues. L’installation définitive de l’Homo sapiens en Europe et en Asie ne date que de 40 000 ans, ce qui est compatible avec les données archéologiques. Les humains qui sont parvenus auparavant en Europe et en Asie se sont probablement éteints. »

Les trois études génétiques de Nature concluent qu’il y a eu un goulot d’étranglement génétique dans la population non africaine mondiale il y a environ 50 000 ans. L’une d’entre elles mesure toutefois que 2 % des autochtones australiens ont un génome beaucoup plus ancien.

Un éditorial accompagnant l’étude climatique hawaïenne note que certaines preuves archéologiques contestées – notamment quelques fossiles sibériens, chinois et roumains ainsi qu’un crâne au Laos – semblent montrer que l’Europe et l’Asie ont été peuplées bien avant la période située 50 000 ans avant aujourd’hui. L’éditorial affirme toutefois que les preuves archéologiques de la présence de l’Homo sapiens au Moyen-Orient il y a plus de 100 000 ans sont bien établies, ce qui renforce la thèse de faux départs de l’Afrique des chercheurs de l’Université d’Hawaii.

Le verdissement de l’Afrique du Nord est dû à un changement dans l’axe de rotation de la Terre, qui survient tous les 20 000 ans. L’éditorial note qu’il y a 10 000 ans, le Sahara était luxuriant et densément peuplé, mais que ses habitants ont fui ailleurs après la désertification qui a commencé il y a 5000 ans.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.