Old Town Road de Lil Nas X

Le hit country dont Nashville ne voulait pas

D’abord retirée du palmarès country du magazine Billboard parce qu’elle n’était « pas assez country », la chanson Old Town Road du chanteur Lil Nas X vient de se hisser au sommet du palmarès global. La controverse initiale suscitée par Billboard en dit long sur la réticence du milieu country à s’ouvrir, sur la redéfinition des genres musicaux, mais aussi sur l’éternelle division raciale aux États-Unis.

Popularité instantanée

Lil Nas X – Montero Hill de son vrai nom – s’est d’abord fait connaître grâce aux réseaux sociaux. Sur son compte Twitter consacré à la rappeuse Nicki Minaj, le jeune homme de 19 ans a développé une large base d’abonnés. Fin 2018, il a sorti le titre Old Town Road sur Soundcloud, qui est devenu rapidement viral. En un rien de temps, la chanson s’est classée dans le Hot 100 du Billboard, mais aussi au 19rang du palmarès country et au 36e rang de la catégorie R&B/hip-hop. Une illustration de la tendance à l’éclatement des genres, de plus en plus omniprésente dans la musique en général. « Tout fusionne depuis 10 ans. Les genres musicaux n’ont jamais été aussi fluctuants », constate Danick Trottier, musicologue et professeur à l’UQAM. Étant un artiste hip-hop avant tout – un genre « fluide, qui peut intégrer tous les autres genres » –, Lil Nas X a fait « un travail très typique du rap », note-t-il. Toutefois, la fusion du rap et du country est encore plutôt inaccoutumée, signale le professeur, bien que le hip-hop se soit déjà mélangé au métal, au rock et, évidemment, à la pop.

Pas assez country

Old Town Road a fait long feu au classement des chansons country les plus populaires. Fin mars, Billboard a pris la décision de la retirer tout bonnement du classement country, en toute discrétion, sur l’insistance des purs et durs de Nashville. Billboard a expliqué sa décision au magazine Rolling Stone : « Bien que Old Town Road incorpore des références à des images country et de cow-boys, elle ne contient pas assez d’éléments de la musique country d’aujourd’hui pour pouvoir figurer [au classement] dans sa version actuelle. »

Musicologue et chargée de cours à l’Université de l’Alberta, Natalie Boisvert considère pour sa part qu’il s’agit d’une chanson country. Mais elle fait une nuance importante. « Il s’agit plus d’une juxtaposition que d’un mélange », dit-elle, car si le refrain a à peu près tout de la ritournelle country, l’enrobage est beaucoup plus ancré dans le rap. « Il joue vraiment avec les limites du genre. Mais si une musique pop a une introduction qui est un pastiche classique, on n’ira pas la mettre dans la catégorie musique classique pour autant. » En entrevue avec le Time, Lil Nas X a indiqué que pour lui, Old Town Road est une chanson « country trap ». « Elle n’est pas d’un genre plus que de l’autre. Elle est des deux », a déclaré le rappeur originaire d’Atlanta.

Le nouveau country n’est pas prêt à tout

Le country est très prompt, dans sa forme contemporaine, à intégrer de la pop et du rock, explique Natalie Boisvert. Ce qui a pu « froisser certaines sensibilités » dans le milieu country, mis à part les tonalités, ce sont tout d’abord les valeurs véhiculées par les paroles, selon l’experte. Alors que les codes country tournent beaucoup autour de « valeurs de l’Amérique blanche et chrétienne », Lil Nas X parle d’adultère, de Porsche et de seins. Le parler du rappeur, qui « chante sans vergogne avec un accent noir urbain », jure aussi avec le cadre country traditionnel, observe Mme Boisvert. « Aux États-Unis, ils sont très sensibles aux accents, qui sont révélateurs de la classe sociale et de la provenance », explique-t-elle.

Décision raciste ?

Au cours des dernières semaines, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer le choix de Billboard d’éjecter Old Town Road du classement country et pour attribuer cette décision à du racisme pur et dur. Billboard a nié avoir basé sa décision sur la couleur de la peau de l’artiste. Mais les experts consultés par La Presse sont d’avis qu’il faut inévitablement prendre en considération le facteur racial. « Aux États-Unis, on ne peut pas mettre l’élément du racisme de côté », soutient Natalie Boisvert. Les Afro-Américains ne font pas de cas de voir les genres se marier, alors qu’on se révèle beaucoup plus protecteur du côté country. « Les enjeux d’identité sont très forts » et la musique country « cherche à préserver ses valeurs », explique Danick Trottier. Face à ce hip-hop qui « recycle » le country tout en le reléguant au second plan, « [le milieu country] sent qu’on joue sur son territoire ». « Cette protection [du genre] est un peu dépassée », croit le professeur, qui ajoute que Billboard devrait repenser son classement par catégories musicales, alors qu’on s’abstient de plus en plus d’étiqueter les chansons.

Un coup de pouce de Billy Ray Cyrus

Après la controverse générée par la décision de Billboard, un nouvel acteur s’est amené dans cette histoire. Le chanteur country Billy Ray Cyrus, qui s’était rangé derrière Lil Nas X lorsque la polémique a fait surface, a prêté sa voix à une nouvelle version d’Old Town Road, dans laquelle il interprète le refrain et un couplet.

Attirant encore plus d’attention sur la chanson, cette collaboration a permis au titre de grimper, cette semaine, au sommet du classement général de Billboard. « Pour des raisons tout à fait malheureuses, […] la présence de Billy Ray Cyrus a rendu tout ça plus acceptable, remarque Natalie Boisvert. Ça a réaffirmé la ligne raciale. La “subversion” disparaît et on ne voit plus là un artiste noir qui tente de rentrer dans un genre qu’on lui refuse. » Notons d’ailleurs que sur les plateformes de diffusion, la version originale d’Old Town Road est classée dans la catégorie hip-hop, tandis que le remix avec Billy Ray Cyrus se trouve plutôt sous l’étiquette country.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.