ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU

« L’ESPOIR AU LIEU DE LA PEUR »

Les leaders qui exploitent la peur de la population au profit de « votes faciles » font fausse route, a soutenu hier Justin Trudeau lors de son premier discours devant l’Assemblée générale des Nations unies. Le premier ministre, qui en a appelé à l’ouverture et à la tolérance, s’est défendu d’avoir voulu cibler le candidat républicain à la Maison-Blanche, Donald Trump. Le président Barack Obama, lui, a été plus explicite dans son allocution, faisant maintes fois allusion au « populisme grossier » du magnat de l’immobilier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.