VOYAGE Mongolie

Un été au pays des nomades

La Mongolie, vaste pays d’Asie centrale, récompensera le voyageur prêt à troquer son confort contre des expériences et des paysages inédits. Du désert de Gobi jusqu’aux steppes, en s’arrêtant dans les camps de yourtes, le royaume de Gengis Khan ne risque pas de décevoir les baroudeurs.

Oulan-Bator : une étonnante capitale

Entourée de montagnes, la capitale abrite la moitié de la population du pays, soit 1,5 million de personnes. Le style soviétique domine l’architecture d’Oulan-Bator, mais quelques gratte-ciel et temples bouddhistes viennent briser les lignes sévères de l’époque communiste. Au dernier étage du State Department Store, un centre commercial devenu institution depuis son ouverture en 1921, on aperçoit la rue Tserendorj, l’une des plus jolies de la ville, coiffée au bout par l’édifice du Cirque de Mongolie.

L’été, c’est fait pour jouer

À la mi-juillet, pendant trois jours, le pays tout entier s’arrête pour jouer. Le Naadam est un festival haut en couleur et riche en traditions, une fête nationale qui célèbre l’indépendance de la Mongolie par rapport à la Chine. Le savoir-faire sportif est mis à l’honneur : archers, cavaliers et lutteurs s’affrontent dans leur discipline respective autant au Stade national des sports d’Oulan-Bator que dans les steppes du pays. Les Mongols arborent fièrement leurs costumes traditionnels et posent pour les touristes rassemblés sur la place Gengis-Khan, au cœur de la capitale. Les célébrations sont arrosées de lait de jument fermenté – estomacs sensibles, s’abstenir – et les festivaliers sont invités à casser la croûte avec des dumplings à la viande de mouton (buzz) et des chaussons farcis d’un mélange de viande et de gras (khuushuur).

Préférer les rails au réseau routier

Le Transmongol, connecté au Transsibérien, permet de traverser la Mongolie de la Russie à la Chine, ou en sens inverse. En été, il est recommandé de réserver vos billets, car les files d’attente peuvent s’étirer longtemps à la gare. En échange d’un léger supplément, la société Mongolia Train Tickets offre de les acheter pour vous et de les livrer à votre hôtel. Les cabines contiennent quatre couchettes, plutôt confortables, et des draps propres sont fournis. C’est l’occasion de prendre le temps d’échanger avec d’autres voyageurs tout en observant défiler la vastitude du territoire.

Choisir le déplacement constant

Environ 30 % des Mongols sont des éleveurs nomades. Ils promènent leurs troupeaux et leur yourte, ger en mongol, au gré des saisons. Ce mode de vie autosuffisant, loin du confort qu’offre la modernité, perd des adeptes chaque année en raison notamment des hivers rigoureux dans la steppe. En été, des familles ajoutent des huttes à leurs campements pour loger les touristes et partager leur quotidien avec eux. Équitation et randonnées à dos de chameau sont généralement au programme.

Gobi : suivez le guide

Même pour le plus aventurier des voyageurs, compte tenu de l’absence de routes et de la mobilité des campements de nomades, il sera ardu de s’aventurer seul dans le Gobi. Les paysages du vaste désert mongol sont divers : vallées verdoyantes, dunes et falaises s’entremêlent. Pour naviguer à travers cette pluralité sans tracas, les touristes optent pour le voyage organisé. Plusieurs agences offrent des circuits d’environ une semaine au départ d’Oulan-Bator, les prix oscillent entre 550 $ pour une personne qui se joint à un groupe à plus de 11 000 $ pour deux personnes en formule privée. Les guides parlent bien anglais, ce qui facilite les communications avec les hôtes.

Les avantages de l’inconfort

À moins de choisir les options les plus luxueuses, il faut s’attendre à des conditions de vie rudimentaires dans les ger. Prévoyez de renoncer à vous laver pendant plusieurs jours et de dormir sur des matelas dont la dureté se compare adéquatement à celle des roches. Véganes, pensez à apporter des protéines végétales, puisque la viande et les produits laitiers sont à la base de l’alimentation nomade. Ces contraintes repoussent pour le moment le tourisme de masse loin de la Mongolie. Vous aurez donc la chance de profiter paisiblement des immenses étendues qu’offre le pays le moins densément peuplé au monde. Même en pleine saison touristique, vous pouvez rouler longtemps dans le désert sans jamais croiser un autre véhicule, mais en saluant au passage des troupeaux de chameaux.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.