Camionnage

Le colosse québécois TFI entre à Wall Street

C’est jeudi que l’entreprise de camionnage québécoise TFI International fait son entrée à Wall Street avec l’inscription de ses actions à la cote de la Bourse de New York. Alain Bédard, président du conseil et chef de la direction de TFI, procédera au traditionnel son de cloche en ouverture de séance. La Presse a joint M. Bédard à New York pour discuter de cette nouvelle étape. 

Pourquoi cette émission d’actions et cette inscription à la Bourse américaine ?

« Le marché américain du camionnage représente maintenant près de la moitié du chiffre d’affaires total de TFI (5,17 milliards en 2019), ainsi que son principal potentiel de croissance pour les prochaines années.

« Il devenait donc stratégique dans le plan d’affaires de TFI qu’elle se constitue une plus grande base d’investisseurs et d’analystes spécialisés en transports aux États-Unis. Cette couverture accrue parmi les investisseurs américains pourrait être à l’avantage de tous les actionnaires de TFI, au Canada et aux États-Unis.

« D’ailleurs, nous sommes très fiers du groupe de firmes financières de renom à Wall Street qui ont mené notre émission d’actions et notre inscription à la Bourse de New York, dont les Morgan Stanley, J.P. Morgan, Credit Suisse et UBS, notamment. »

Vous faites part d’un avantage pour tous les actionnaires de TFI. De quel ordre, au juste ?

« En Bourse canadienne, TFI est évaluée aux environs de 10 fois le bénéfice par action alors qu’aux États-Unis, les entreprises américaines semblables à TFI sont évaluées autour de 18 fois leur bénéfice par action. 

« Pourquoi cet escompte de valeur boursière entre TFI et ses vis-à-vis américaines ? Je crois qu’il découle d’une relative incompréhension du marché du camionnage dans le milieu boursier au Canada, ce qui n’est pas du tout le cas aux États-Unis. 

« D’ailleurs, ça fait un bout de temps que nos interlocuteurs financiers aux États-Unis nous disent que cet escompte de valeur boursière envers TFI ne fait plus de sens considérant l’importance de ses activités et son potentiel de développement dans le marché américain. 

« C’est dans ce contexte que l’on s’attend à ce que l’inscription des actions de TFI à la Bourse de New York puisse favoriser un rehaussement de la valeur attribuée à l’entreprise, à l’avantage de tous ses actionnaires. »

Cette première émission de six millions d’actions en Bourse américaine rapportera l’équivalent de 275 millions CAN au bilan de TFI. À quoi serviront ces fonds ?

« Dans un premier temps, cet apport permettra à TFI de rehausser à tout près de 1 milliard CAN sa capacité financière d’acquisitions. TFI aura donc plus de flexibilité pour continuer son rythme d’investissement en acquisitions de 200 à 250 millions par an, qui constitue un élément-clé de notre stratégie de croissance.

« Dans un second temps, même s’il s’agit très petit deal du point de vue américain, cette première émission d’actions aux États-Unis et leur inscription à la Bourse de New York pourraient faciliter l’accès de TFI auprès d’autres capitaux américains lors d’éventuels gros projets d’expansion ou d’acquisition aux États-Unis.

« Enfin, l’inscription des actions de TFI à la Bourse de New York pourrait en rehausser la valeur d’échange si ça s’avérait nécessaire en guise de paiement complémentaire lors de futurs projets d’acquisition d’actifs ou d’entreprises aux États-Unis. »

Ce qu’en disent des analystes

Fadi Chamoun, analyste principal des transports chez BMO Marchés des capitaux (Banque de Montréal), à Toronto

« L’émission de six millions d’actions aux États-Unis renforcera les fonds disponibles chez TFI pour d’autres projets de fusion et acquisition à hauteur d’environ un milliard CAN, et pourrait mieux positionner TFI pour une acquisition de grande taille.

« Entre-temps, l’inscription de TFI à la Bourse de New York pourrait attirer davantage d’investisseurs américains vers ses actions, qui se négocient encore au Canada à une valeur insuffisante à mon avis. »

Konark Gupta, analyste principal des transports chez Scotiabank Global Banking and Markets Research, à Toronto.

« Cette première émission d’actions de TFI aux États-Unis pourrait agir comme un catalyseur positif pour sa valeur boursière, étant donné que ses actions se négocient à une valeur d’escompte par rapport aux entreprises américaines comparables.

« Je crois aussi que l’inscription des actions de TFI à la Bourse de New York pourrait être suivie d’une acquisition d’importance aux États-Unis. »

TFI INTERNATIONAL EN BREF

(Exercice terminé le 31 décembre 2019)

Activités : entreprise de camionnage en lots complets et fractionnés ; transport et livraison de colis et messageries

Effectif : 17 150 employés (dont 8500 conducteurs) et 17 600 camions-remorques en exploitation directe ou contractuelle parmi 380 terminaux et bases d’opération situés au Canada, aux États-Unis et au Mexique

Siège social : Montréal

Revenu total : 5,17 milliards CAN (+ 1 % sur un an)

Bénéfice opérationnel : 511 millions CAN (+ 18 % sur un an)

Bénéfice net : 310 millions CAN (+ 6 % sur un an)

Capitalisation boursière : 3,7 milliards CAN (au 12 février)

Sources : TFI, Bourse de Toronto

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.