Pointe d’humour

Se chercher est le nouveau normal

Je viens de le décréter. Sortez le gros livre en cuir de la vie et écrivez-le dedans : Se chercher est le nouveau normal. Je me suis longtemps battue contre cet ordre mondial qui vise à nous faire croire que savoir est bon, douter ne l’est pas. On a tous en tête un héros fort et droit, empli de certitudes qui se tiendrait debout et reluisant comme le top du Chrysler Building.

« Je sais ce que je vaux et je sais ce que je veux dans la vie ! », entonnerait-il, les deux mains sur les hanches avec une face de Clark Kent. Bravo pour vous. Mais on est une couple à savoir fuck all ce qu’on fait. C’est très populaire de vouloir faire de la vie une ligne droite. Un fleuve tranquille. Tu sors de l’école, t’as étudié dans la bonne affaire, tu trouves un travail dans ton domaine, tu rencontres quelqu’un au bureau, vous vous mariez, vos deux salaires font que vous pouvez acheter une maison. Vous vivez heureux. Vous mourez. Fin.

TADAM ! J’ai réussi ma vie ! Pourquoi ça n’arrive pas de même ? Ça n’arrive jamais de même. Et je suis tannée qu’on pense que oui.

Je marchais l’autre soir vers le Bordel Comédie Club, établissement bien connu du centre-ville pour faire des blagues, et je me disais tout bonnement : maudit que le sentiment qui me quitte jamais, c’est d’être dans l’inconnu. Il y a une grande part d’incertitude dans tout ce que je fais. Je ne sais pas si les blagues vont marcher, je ne sais pas si j’élève mes enfants de la bonne manière, je ne sais pas si je vais me faire frapper par un autobus, j’improvise beaucoup dans bien des domaines. Et je vous regardais ce soir-là, vous, les gens dans la rue, et je me disais : « Regarde-les comme y ont l’air de savoir où ils s’en vont. » Et après, je vous ai regardés de plus près et je me suis dit : « Naaaah. Personne ne sait où il s’en va. »

Non, y a une grande part d’inconnu dans tout ce qu’on fait. Et être vivant est accepter le contrat. Ne pas savoir.

Bon, je sais que Passe-Partout aurait pu vous faire le même speech à la fin d’un épisode, si elle n’avait pas été si fâchée que quelqu’un l’ait bousculée dans l’autobus, mais je suis juste tannée de voir plein de gens (beaucoup de femmes) se trouver cons de se chercher. De ne pas savoir ce qu’ils veulent. D’hésiter. De se dire qu’ils sont girouettes de changer d’idée. De regarder trop longtemps le menu au restaurant. Who cares ? ! Moi, je trouve ça plus lâche de faire croire à tout le monde que tu sais ce que tu fais que d’avoir le guts d’admettre que tu ne le sais pas et de prendre le temps de chercher.

Mais fais attention. Si tu cherches, ça se peut que tu trouves, et là, va falloir que tu réalises tes rêves et ça va te demander ben de la job. C’est ce que j’ai fait pour mon métier, c’est ce que j’ai fait pour trouver mon mari et maintenant, regarde-moi, TADAM ! J’ai réussi ma vie !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.