pointe-aux-trembles

Le PQ choisit Jean-Martin Aussant

Dans une course à l’investiture très suivie, les membres du Parti québécois (PQ) de Pointe-aux-Trembles ont choisi l’ex-député Jean-Martin Aussant dans une proportion de 64 %, contre 36 % pour l’avocat et président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Maxime Laporte.

Après l’annonce de sa victoire, M. Aussant a tenu à saluer le travail qu’ont mené Maxime Laporte et son équipe. « Ce n’était pas une rivalité. Nous sommes tous du même parti », a-t-il dit en entrevue avec La Presse.

« Je suis convaincu que l’énergie qu’on a vue ici, la vitalité, va faire en sorte qu’on va réussir à garder le comté [aux prochaines élections], a-t-il ajouté. Les bonnes nouvelles, il est temps qu’on en ait à Pointe-aux-Trembles. En termes de transport et de développement économique et social, il y a beaucoup de choses à faire ici. Il y a un potentiel fantastique. »

Jean-Martin Aussant a relevé le fait que le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, avait nommé l’actuelle mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP–PAT), Chantal Rouleau, comme candidate de la circonscription en vue des prochaines élections provinciales.

« M. Legault l’a dit à plusieurs reprises, il veut entrer dans l’île de Montréal en passant par Pointe-aux-Trembles. Moi, je suis convaincu qu’en mobilisant tout le monde, on va résister à ça et qu’on va résister au Parti libéral également. »

Après l’annonce de sa défaite, Maxime Laporte a dit qu’il continuerait de militer au sein du parti.

« Je suis fier de notre campagne. J’ai fait 53 jours de porte-à-porte, j’ai rencontré des centaines de personnes. », a-t-il dit

« La démocratie a parlé, et je félicite Jean-Martin Aussant. Contrairement à la CAQ, qui nomme ses candidats, nous, ce sont les membres qui décident, et je pense que c’est honorable. »

— Maxime Laporte, candidat défait à l’investiture du PQ dans Pointe-aux-Trembles 

L’ex-premier ministre Bernard Landry, qui était à Pointe-aux-Trembles hier et qui appuyait le candidat défait Maxime Laporte, a pris la nouvelle de la victoire d’Aussant avec philosophie. « Les membres ont parlé, le parti les écoute. C’est ça qui est important. Ils avaient le choix entre deux très bons candidats et ils ont fait leur choix. Maintenant, on travaille en vue des élections du 1er octobre. »

La circonscription de Pointe-aux-Trembles est représentée par le Parti québécois depuis sa création, en 1988. Aux élections de 2014, Nicole Léger avait remporté l’élection avec plus de 43 % des voix contre son rival caquiste Mathieu Binette, qui avait récolté un peu plus de 24 % du vote.

En campagne dès aujourd’hui

L’exercice des derniers mois a donné l’occasion à M. Aussant, qui avait claqué la porte du Parti québécois pour fonder le parti Option nationale en 2011, de prendre le pouls des militants péquistes de la pointe est de Montréal.

« Ça nous a permis de rencontrer les membres en accéléré. En l’espace de quelques mois, on a rencontré les 530 membres ou on leur a parlé au téléphone. Ça peut bâtir des liens qui vont être utiles tout au long de la campagne, qui commence [ce] matin dans mon cas. »

Dans les prochains jours, Jean-Martin Aussant souhaite rencontrer plusieurs intervenants économiques, socioéconomiques et communautaires de sa circonscription.

« Je n’ai pas eu le temps de les voir, car on se concentrait sur les membres du PQ. Je veux connaître leur portrait du territoire, leurs besoins. À partir de là, on va bâtir une superbe plateforme locale. »

— Avec La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.