RENTRÉE CULTURELLE

Les choix de Larry Tremblay

Pour conclure ce numéro, nous avons demandé à Larry Tremblay ce qu’il avait envie de lire et de voir cet automne. Boulimique, il a décortiqué les saisons littéraire et théâtrale pour nous faire part de ses choix.

THÉÂTRE

Une femme à Berlin

À Espace Go, du 25 octobre au 19 novembre

« Une adaptation mise en scène par Brigitte Haentjens du journal intime d’une femme, Marta Hillers, écrit en 1945 lorsque les Soviétiques ont envahi Berlin. Je n’ai pas lu ce livre, même si je l’ai chez moi quelque part, mais je suis fan de Brigitte Haentjens de toute façon, je la suis depuis longtemps. Et le sujet m’intéresse, puisque c’est les conflits, la guerre, et le corps de la femme comme territoire de la guerre. »

1984

Au Théâtre Denise-Pelletier, du 9 novembre au 7 décembre

« Cette adaptation du roman de George Orwell par le metteur en scène Éric Patenaude a été présentée à Québec l’an dernier. J’ai beaucoup aimé le roman, et comme j’ai moi-même adapté il n’y a pas longtemps L’orangeraie, ça m’intéresse de voir comment on peut passer du roman à la scène. Et puis, c’est avec Maxim Gaudette, que j’aime beaucoup comme acteur. »

Tartuffe

Au TNM du 27 septembre au 22 octobre

« C’est sûr que je le verrai, pour le travail de Denis Marleau à la mise en scène et la qualité des acteurs choisis, comme Monique Miller, Carl Béchard, Anne-Marie Cadieux et Emmanuel Schwartz, qui va faire Tartuffe et que j’aime beaucoup. »

La délivrance

Au Théâtre d’Aujourd’hui du 20 septembre au 15 octobre

« Cette pièce de Jennifer Tremblay est le troisième volet d’un triptyque, après La liste et Le carrousel. C’est le même metteur en scène, Patrice Dubois, et c’est encore avec Sylvie Drapeau, que j’adore comme actrice. J’ai tellement de motivations pour aller voir ça ! »

Le royaume des animaux

Au Théâtre de Quat’Sous, jusqu’au 1er octobre

« J’ai déjà vu une pièce de cet auteur allemand, Roland Schimmelpfennig. L’idée que les comédiens vont avoir l’aspect d’animaux, ce rapport à la psychologie de l’animal m’intéressent. La mise en scène est d’Angela Konrad : j’avais raté son Macbeth de Michel Garneau, qui sera repris à l’usine C du 29 novembre au 15 décembre, et que j’irai voir aussi. »

LITTÉRATURE

Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne

de Kaoutar Harchi

« C’est un titre que je veux vraiment lire. Dans cet essai sur cinq auteurs algériens, dont Kamel Daoud et Boualem Sansal, la sociologue Kaoutar Harchi tente de répondre à cette question : c’est quoi, un écrivain français ? Car ces cinq écrivains parlent français, mais n’ont jamais eu de reconnaissance littéraire pleine et entière. Comme s’il y avait deux catégories d’écrivains : les Français et ceux de la francophonie. Cet essai devrait sonner des cloches à des auteurs québécois qui écrivent en français, c’est pour ça que j’ai envie de le lire. C’est un sujet qui m’intéresse depuis que j’ai écrit The Dragonfly of Chicoutimi. »

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits

de Salman Rushdie

« Ce titre rappelle les Mille et une nuits, évidemment. Je vais le lire parce qu’il parle d’obscurantisme, de fanatisme, de terrorisme, de tous les sujets d’actualité. Salman Rushdie a toujours eu une intelligence et une audace dans sa réflexion. »

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE

« Je vais lire le nouveau Simon Roy, Owen Hopkins, Esquire, car j’avais bien aimé Ma vie rouge Kubrick. Le poids de la neige de Christian Guay-Poliquin : j’avais lu son premier, Le fil des kilomètres, et je veux lire son second. Chez Alto, le nouveau Serge Lamothe, je le suis, j’ai lu ses précédents, c’est toujours assez original et fantastique. Le dernier Mavrikakis, bien sûr, j’ai tout lu d’elle. Et une réédition de Marie-Hélène au mois de mars de Maxime-Olivier Moutier : je ne l’avais pas lu lors de sa sortie il y a 20 ans. J’applaudis les rééditions, ça fait partie de mon combat : il faut rééditer des titres, rejouer des pièces. »

FESTIVAL INTERNATIONAL DE LITTÉRATURE

« Je ne veux pas rater le spectacle pour les 100 ans de la naissance d’Anne Hébert, et celui pour les 50 ans de la publication de L’avalée de avalés. »

CINÉMA

« Comme tout le monde, j’irai voir Juste la fin du monde de Xavier Dolan. Je n’ai pas vu la pièce, mais je connais Lagarce, j’aime ce qu’il fait. Je veux voir ça, et aussi Embrasse-moi comme tu m’aimes, le nouveau Forcier. Et Snowden d’Oliver Stone aussi, et La reine-garçon de Mika Kaurismäki, l’adaptation de la pièce de Michel Marc Bouchard. »

MUSÉE

« L’expo des photos de Robert Mapplethorpe, qui est présentée au Musée des beaux-arts de Montréal, m’intéresse. L’an passé, j’avais adoré l’exposition de David Altmejd, au Musée d’art contemporain. J’ai appris qu’une de ses œuvres, The Flux and the Puddle, a été achetée par le Musée national des beaux-arts de Québec et qu’elle y sera exposée pendant 10 ans. Pour ceux qui n’ont pas pu voir l’expo incroyable de l’an passé, il y a donc toujours moyen d’aller voir cette œuvre. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.