L’autre passion d’Alexandre Burrows

Aucun doute, Alexandre Burrows est passionné de hockey. Ça prend en effet un amour sans borne du hockey pour annoncer sa retraite et passer directement derrière le banc d’une équipe, sans même s’accorder une petite pause.

Ceux qui le côtoient de près ont également tous une histoire ou deux à raconter sur la fine connaissance qu’a Burrows des joueurs de la LNH, jusqu’aux plus obscurs.

Mais le nouvel entraîneur adjoint du Rocket de Laval est mordu d’un autre sport : le tennis. Pour s’en convaincre, écoutons-le parler de sa relation avec les joueurs canadiens.

« Je connais bien Vasek [Pospisil], qui vient de Vancouver. J’ai rencontré Milos [Raonic], Pete Polansky aussi. Il s’entraîne à Tampa, donc quand j’allais jouer là-bas, on allait toujours souper ensemble. Il jouait à Los Cabos cette semaine, maintenant il s’en vient à Toronto », a raconté Burrows, rencontré samedi lors d’un match amical de hockey-balle au stade IGA.

« [Philip] Bester, qui est rendu coach de la fille de Wayne Gretzky, a-t-il ajouté. Et Martin Laurendeau est devenu un bon ami. Je les voyais tous à Vancouver et ici, quand je venais à la Coupe Rogers. »

Et les deux vedettes montantes, Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime ? « Je les ai rencontrés dans le lounge des joueurs l’an passé. Je suis leurs résultats constamment. Shapo est rendu top 30, Félix va avoir 18 ans et il monte. Ce sont de bons joueurs et de bonnes personnes en dehors du tennis.

« Des fois, je regarde des matchs en ligne, mais avec mes trois enfants à la maison, je manque un peu de temps ! Mais je regarde toujours les résultats, je regarde les tableaux des tournois. J’essaie de suivre ça le plus possible. »

Ses 12 saisons passées à Vancouver lui ont permis de rester près de ce sport, puisque l’équipe canadienne y a disputé de nombreuses manches de la Coupe Davis au fil des années.

Multisports

Si certains jeunes joueurs de hockey se consacrent à leur sport 12 mois sur 12, Burrows, lui, a longtemps privilégié une pluralité de disciplines.

« Quand j’étais jeune, plusieurs sports m’intéressaient. J’ai joué au tennis, au soccer, au ping-pong. J’adorais Pete Sampras et Andre Agassi. J’en mangeais. À 12-13 ans, je prenais ma bicyclette, j’allais sur le terrain de 8 ou 9 h le matin jusqu’à l’heure du souper. On jouait, on frappait des balles. J’ai même participé aux Jeux du Québec. Je tripais tennis ! Rendu à 15 ans, je me suis plus concentré sur le hockey. »

Le « vrai » travail commencera bientôt pour Burrows, avec le tournoi des recrues auquel participeront les espoirs du Canadien, du 7 au 9 septembre, à Laval. Mais d’ici là, Burrows se promet un programme ambitieux au tennis.

« Je vais venir au tennis avec Joël [Bouchard] une journée, avec mes amis une journée, avec ma femme un autre jour. C’est super. Quand il ne fait pas trop chaud, on est vraiment bien ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.