Culture jeunesse

35

La Maison Théâtre a dévoilé il y a quelques jours la programmation de sa 35saison. Au total, ce sont 16 spectacles jeune public qui seront montés. Parmi les pièces à ne pas manquer : Marco bleu, de Larry Tremblay, créée par le Théâtre de l’œil ; Une lune entre deux maisons, grand succès de Suzanne Lebeau produit par Le Caroussel ; Conte du Soleil, dernier volet d’un triptyque de Philippe Soledevila ; la production italienne Pigiami (Pyjamas), programmée pendant les Fêtes, ou encore Je suis William, de Rébecca Déraspe (voir texte sur Les coups de théâtre).

— Jean Siag, La Presse

festival Les coups de théâtre

De bons coups à venir

Le programme audacieux conçu par Rémi Boucher, directeur artistique des Coups de théâtre, démarre le 20 mai. Danse, théâtre, marionnettes, etc., les productions destinées aux 7 à 17 ans sont prometteuses. Deux pièces particulièrement intéressantes y figurent : Cardamone de Daniel Danis et Je suis William de Rébecca Deraspe.

Le chant du Dire-Dire, Kiwi, Rosépine, le dramaturge de Québec Daniel Danis revient souvent à ses thèmes de prédilection : les jeunes déplacés, exilés ou plus simplement laissés pour compte. 

Cette fois, il propose un conte baptisé Cardamone, du nom d’une jeune fille qui échappe à une guerre territoriale (non désignée), mais qui se retrouve seule, sans parents, vivotant comme elle peut en vendant les bédés qu’elle dessine. 

L’adolescente d’environ 15 ans fera la rencontre d’un autre jeune, Curcuma, avec qui elle cheminera. Il sera aussi question d’une certaine Camomille… Un troisième personnage, « une petite sans nom » – représentée par une marionnette –, complète le tableau. 

Comme dans Kiwi où les personnages portaient des noms de fruits, Cardamone puise dans le répertoire des épices. 

« Je ne veux pas qu’on associe mes personnages à une région ou à une origine, nous dit le dramaturge. Ces jeunes déplacés pourraient être n’importe qui, et ils pourraient venir de n’importe où, ça n’a pas d’importance. » 

Daniel Danis, qui passe toujours beaucoup de temps en France, a écrit cette pièce pour l’actrice Julie Pilod, qui avait joué dans sa pièce e, roman-dit, il y a plusieurs années, et qui interprétera à la fois le rôle de Cardamone et celui de la petite sans nom. « C’est une actrice brillante, subtile dans sa manière de transmettre une parole. » 

Daniel Danis décrit sa pièce mise en scène par Véronique Bellegrade, une autre amie, comme une « fable sur la métamorphose, la recherche de lumière et la force de l’imaginaire ».

À la maison de la culture Frontenac, les 23 et 24 mai

Shakespeare et sa sœur

L’auteure du Merveilleux voyage du Réal de Montréal  (des Bouches décousues) ou de Partout ailleurs  (Théâtre de l’Avant-Pays), Rébecca Déraspe, a écrit une fiction historique sur William Shakespeare et sa sœur Margaret. 

« On ne sait rien sur l’adolescence de Shakespeare, nous dit la dramaturge de 32 ans. Le metteur en scène Sylvain Scott, du Théâtre Le Clou, m’a donc proposé d’imaginer cette période-là de sa vie. Je me suis demandé ce que je pouvais bien dire… J’avais envie de parler de ma condition d’autrice et je me suis mise à penser : si j’avais été une femme dramaturge à l’époque de Shakespeare [dans les années 1570], qu’est-ce qui me serait arrivé ? À une époque où les femmes n’ont même pas le droit de monter sur scène ! » 

De ce point de départ, Rébecca Déraspe a créé le personnage de Margaret, sœur de William Shakespeare. Une jeune femme dont l’amie meurt assassinée par des « chasseurs de sorcières ». « Margaret écrit secrètement une pièce de théâtre sur cette histoire, détaille Rébecca Déraspe. Son frère, qui lit ce texte, n’en revient pas. Sa sœur a un talent d’écriture extraordinaire. Comme les femmes n’ont pas le droit à cette époque d’écrire, William prétend en être l’auteur pour que le texte de sa sœur voie le jour. » 

Qu’est-ce qui en fait une pièce jeune public ? « D’abord, les héros sont des adolescents, répond Rébecca Déraspe, dont la pièce vient d’être présentée en France et en Espagne, et je crois que leurs quêtes sont aussi proches de leurs préoccupations. L’histoire se passe en 1577, mais il y a un effet miroir où l’on fait des parallèles avec ce qui se passe aujourd’hui. »

Au Théâtre rouge du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, les 23 et 24 mai

Culture jeunesse

Concert gratuit mercredi midi au Complexe Desjardins

La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) invite le public à assister à un concert gratuit, ce mercredi à midi, sur la Grande-Place du Complexe Desjardins, à Montréal. Les musiciens seront 150 élèves inscrits au projet Compositeurs en herbe. Ces enfants présenteront leurs créations, notamment inspirées de l’œuvre du compositeur montréalais d’origine espagnole José Evangelista. Ils interpréteront aussi des pièces de Chantons nos compositeurs, recueil de partitions pour chœur scolaire commandé par la Société. Près de 40 000 enfants et adolescents ont participé aux activités pour la jeunesse de la SMCQ cette année au Canada – un nombre record.

— Marie Allard, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.