Montréal

Pourparlers sur le prolongement du REM vers l’est 

Québec pourrait solliciter la Caisse « très bientôt »

Dans son désir de donner un nouvel élan à l’est de Montréal, le gouvernement de François Legault a entrepris des discussions avec la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) sur la possibilité d’y déployer une ligne du Réseau express métropolitain (REM), a appris La Presse.

« Il y a des discussions, mais je ne peux pas parler de conclusion. On regarde les options », a confirmé hier, lors d’un entretien téléphonique, la ministre déléguée aux Transports et responsable de la métropole, Chantal Rouleau. Selon elle, la décision de solliciter officiellement la Caisse et sa filiale CDPQ Infra, responsable du projet initial de train, sera connue « très bientôt ».

Dans l’immédiat, aucune demande formelle n’a été transmise à CDPQ Infra, qui aura, le cas échéant, 30 jours pour décider si elle se lance ou non dans l’aventure. Environ deux ans d’études de faisabilité suivraient. L’analyse pour l’est de Montréal s’ajouterait à celles déjà annoncées concernant un prolongement du REM vers le nord, jusqu’à Mirabel, et vers le sud, jusqu’à Chambly.

REM ou tramway

Le prolongement du REM vers l’est de l’île de Montréal constitue un des scénarios qui pourraient être analysés, au même titre que le projet de tramway le long de la rue Notre-Dame, mis de l’avant jusqu’à maintenant. La ministre Rouleau préfère d’ailleurs utiliser l’expression plus générale de « mode de transport structurant », laissant ainsi la porte ouverte aux différentes technologies, que ce soit un tramway ou un système de train léger sur rail comme le REM.

La réflexion est amorcée depuis déjà quelques semaines, reconnaît la ministre, qui insiste sur le fait que le financement et « une évaluation juste des coûts » d’un tel projet sont au cœur des préoccupations de l’équipe gouvernementale. Du côté de CDPQ Infra, la rentabilité est l’objectif de tout investissement. Dans l’immédiat, la réussite du projet initial du REM, avec ses 67 km de rails qui relieront la Rive-Sud, le centre-ville, l’aéroport Trudeau, l’Ouest-de-l’Île et la couronne nord, demeure la priorité, a rappelé le mois dernier le président et chef de la direction de CDPQ Infra, Macky Tall.

Chantal Rouleau dit constater un engouement « fantastique » pour donner un second souffle à l’est de Montréal, auquel pourrait participer le REM. 

« Il y a une conjoncture favorable. […] Il y a un consensus évident pour l’est de Montréal : la Chambre de commerce, les sociétés de développement, les industriels, les commerçants, les grappes industrielles et les gens du monde du savoir tant du niveau collégial qu’universitaire. Tout le monde est au rendez-vous. »

— Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports

Elle rappelle également l’implication de l’administration de la mairesse Valérie Plante en faveur de la mobilité.

Le 1er mars dernier, la Chambre de commerce de l’Est de Montréal a écrit au premier ministre Legault pour l’inviter à soumettre une demande formelle à la Caisse de dépôt et placement pour qu’elle analyse et évalue la pertinence d’un déploiement du REM dans l’est de Montréal. Deux semaines plus tôt, le conseil d’administration de la Chambre avait adopté à l’unanimité une résolution dans ce sens.

« L’Est devrait être considéré. Cela donnerait clairement un coup d’accélérateur au développement économique », estime la directrice de la Chambre, Christine Fréchette.

Selon elle, la rapidité d’exécution du chantier du REM milite en faveur du prolongement de ce mode de transport vers l’est. « On parle de délais de réalisation qui n’ont rien à voir avec ce que l’on peut connaître notamment avec le prolongement de la ligne bleue du métro, qui se compte en décennies. Lorsque l’on regarde du côté du REM, c’est un autre modèle d’affaires qui est beaucoup plus rapide », constate Mme Fréchette.

Carte blanche

En effet, la construction du projet du REM se fait selon le mode « design-build », c’est-à-dire que les plans sont effectués et précisés au fur et à mesure que le chantier avance. Par ailleurs, CDPQ Infra est exemptée de l’obligation de se soumettre aux règles d’urbanisme et aux demandes de permis de construction auprès des municipalités : CDPQ Infra est un mandataire de l’État en vertu d’une loi lui accordant carte blanche. Si la situation engendre de la grogne au sein des municipalités concernées – rarement exprimée publiquement, compte tenu d’une clause de confidentialité –, le résultat escompté suscite beaucoup d’espoir auprès de plusieurs acteurs économiques comme la Chambre de commerce de l’Est de Montréal.

Déjà, en novembre dernier, la ministre Rouleau avait démontré de l’ouverture à l’idée d’implanter le REM plutôt qu’un tramway dans l’Est, ce qui avait été présenté lors d’un dîner-conférence organisé par la Chambre. Le président de la Société de développement Angus, Christian Yaccarini, s’était fait l’écho de gens d’affaires pour inviter le nouveau gouvernement fraîchement élu à réfléchir au REM.

Le prolongement proposé se ferait dans la rue Notre-Dame, mais également au nord, sur Henri-Bourassa. Un des arguments mis de l’avant par M. Yaccarini était « l’iniquité dont [le] territoire fait les frais depuis 40 ans » comparativement à l’ouest de Montréal. Le REM prévoit traverser l’arrondissement de Saint-Laurent avec cinq stations, dont une au Technoparc, qui bénéficiera ainsi d’un intérêt pour l’installation d’entreprises, avait alors rappelé M. Yaccarini.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.