Banc d’essai/Porsche Macan

Coup de plumeau

La mise à niveau d’un véhicule à succès est une opération beaucoup plus délicate qu’il n’y paraît. Souvent, l’affaire tient du casse-tête. Après quatre ou cinq ans de carrière, il faut en faire suffisamment pour donner d’évidents gages de rajeunissement, mais prendre garde de ne pas désorienter la clientèle. À Zuffenhausen, banlieue nord de Stuttgart où Porsche a ses quartiers, la mise à jour du Macan n’a visiblement donné la migraine à personne.

De subtiles modifications

Majorque, Espagne — Mis côte à côte, l’ancien et le nouveau modèle seraient parfaits pour un jeu des sept erreurs. Injectés à dose homéopathique, les changements sont à peine perceptibles à l’œil nu. On finit par relever les prises d’air plus nervurées, les poignées de porte inédites, les phares DEL et, surtout, la lame lumineuse qui raccorde les feux arrière… Il s’agit de subtiles modifications de détail, dit-on chez Porsche. C’est bien ce que l’on avait cru comprendre. Mais force est de reconnaître que la ligne n’avait guère vieilli non plus.

Le Macan a été lancé en 2014 à des prix accessibles (pour une Porsche, s’entend) et commercialisé à près de 1 million d’unités malgré la concurrence assez vive qui règne dans ce segment.

Le « nouveau » Macan fait simplement plus cossu, plus raffiné encore que son prédécesseur.

Très versé dans l’innovation technologique, Porsche propose toujours sur ce modèle de brillantes motorisations, y compris un moteur V6 profondément révisé, et un châssis finement mis au point, pour éviter toute comparaison possible avec les marques du groupe Volkswagen qui l’utilisent aussi dans sa forme originale ou évoluée. Bien que répandue au sein du groupe VW, cette architecture (MLB) fait l’objet ici de multiples bonifications pour y implanter l’ADN de Porsche.

Subtils raffinements

Une suspension avant plus légère, mieux articulée, des barres antiroulis plus efficaces, une pédale de frein au ressenti plus direct et une direction qui découpe les virages comme un joaillier taille un diamant : de sa position surélevée, celui ou celle qui se trouve au volant ne peut réprimer un sourire en faisant ainsi corps avec sa monture.

Tout n’est pas parfait, loin de là. Tenez, la version de base mue par un moteur de 2 L turbocompressé, par exemple. La célérité de sa boîte automatique à double embrayage claque peut-être comme un fouet, mais les chevaux du moteur ont la bride trop courte pour partir à l’épouvante. Si les attentes ne sont pas très élevées, le 2 L fait très bien le travail. Mais au fil des kilomètres, d’aucuns réaliseront que cette mécanique ne permet pas de tirer toute la quintessence des qualités routières de ce véhicule.

Cette appréciation de la performance du 2 L devient flagrante pour peu qu’on ait eu l’occasion de prendre le volant du Macan S équipé du moteur V6. Ce dernier, d’une cylindrée de 3 L et auquel est accolé un turbocompresseur (au lieu de deux, autrefois), représente sans doute actuellement le meilleur choix des deux mécaniques au catalogue. La différence de prix est certes substantielle (près de 8000 $), mais chez Porsche, il y a un prix à payer pour toute chose (voir quatrième onglet).

Bien que ce moteur consomme davantage, coûte plus cher en entretien et impose des ravitaillements plus fréquents à la pompe, il n’en demeure pas moins celui qui correspond le mieux aux performances attendues d’une Porsche. Entendez par là : il ne risque pas de se faire rougir les phares par la concurrence entre deux feux de circulation.

Pas irréprochable

Minimes, les changements suffisent à faire disparaître de petites imperfections dont souffrait auparavant le Macan. Avec la suspension pneumatique, c’est réussi, mais celle-ci entraîne un débours supplémentaire. Or, le manque de linéarité dans l’assistance de la direction, la flaccidité de la pédale de frein ou encore l’intransigeance des éléments suspenseurs face aux petites imperfections de la chaussée demeurent.

En somme, le Macan n’est pas irréprochable.

L’espace dévolu aux passagers arrière frise même le ridicule et le coffre n’a guère d’appétit pour les valises et attirails de sport, à moins de condamner en tout ou en partie la banquette. Les sièges offrent un support plus qu’adéquat, mais certaines personnes ne manqueront pas de relever leur fermeté. Cela dit, saluons tout de même la parfaite intégration de l’écran central au tableau de bord et, surtout, remercions les concepteurs d’avoir préservé la console à boutons, beaucoup plus facile d’utilisation que le pavé tactile employé sur les plus récents produits de la marque.

Donc, le conservatisme qui préside au renouvellement du Macan ne procède pas d’une réticence au changement, mais de la nécessité de le distiller avec tact et modération, afin que Porsche préserve tout son éclat. Car ce qui distingue Porsche, Audi, Mercedes, Cadillac, Infiniti ou BMW, c’est aussi l’idée que l’on s’en fait, les valeurs que revendiquent ces marques.

Porsche cherche à cultiver la sportivité intelligente et responsable, quoique, dans le cas du Macan, on se garde bien de dire si une version hybride rechargeable est dans les cartons. Persuadée de son pouvoir de séduction, la maison de Zuffenhausen préfère donc miser sur des ajustements esthétiques. Une bonne stratégie ? Passée maître dans l’art de chiper des clients à tout le monde, Porsche est sans doute loin d’être la marque qui bénéficie du plus grand taux de fidélité, mais c’est l’une des plus rentables.

Une partie des frais de transport et d’hébergement a été payée par Porsche Canada, qui n’a exercé aucun droit de regard sur le contenu du reportage.

Fiche technique

L'ESSENTIEL

Marque/modèle : Porsche Macan

Fourchette de prix : de 55 500 $ à 63 000 $

Frais de transport : 1250 $ (préparation en sus)

Garantie de base : 48 mois/ 80 000 km

Consommation réelle : 10,9 L/100 km (2 litres) – 12,1 L/100 km (3 litres)

Visible dans les concessions : printemps

TECHNIQUE

Macan

Moteur : L4 DACT 2 litres suralimenté

Puissance : 248 ch. entre 5000 et 6750 tr/min

Couple : 273 lb-pi. entre 1600 et 4500 tr/min

Poids : 1795 kg

Rapport poids-puissance : 7,23 kg/ch

Mode : intégral

Transmission de série : automatique DSG 7 rapports

Transmission optionnelle : aucune

Direction / diamètre de braquage : nd

Freins av.-arr. : disque-disque

Pneus (av.-arr.) : 235/60R18 – 255/55R18

Capacité du réservoir / essence recommandée : 75 litres / super

Capacité de remorquage maximale : 907 kg

Macan S

Moteur : V6 DACT 3 litres suralimenté

Puissance : 348 ch. entre 5400 et 6400 tr/min

Couple : 352 lb-pi. entre 1360 et 4800 tr/min

Poids : 1865 kg

Rapport poids-puissance : 5,3 kg/ch

Mode : intégral

Transmission de série : automatique DSG 7 rapports

Transmission optionnelle : aucune

Direction / diamètre de braquage : nd

Freins av.-arr. : disque-disque

Pneus (av.-arr.) : 235/60R18 – 255/55R18 (série)

Capacité du réservoir / essence recommandée : 75 litres / super

Capacité de remorquage maximale : 1089 kg

On aime

La souplesse et l'élan du V6

La direction finement réglée

La suspension pneumatique incontournable

On aime moins

Devoir attendre pour faire un choix éclairé (voir texte)

Utilitaire sport ? Où est l'utilitaire ?

Le prix du choix

Porsche se moque gentiment des critiques automobiles lorsqu’ils soulèvent « le coût élevé des trop nombreuses options » de ses produits. Non seulement les clients ne s’en offusquent pas, mais ils sont au contraire ravis, dit-on chez Porsche, de cette occasion de personnaliser leur achat. En outre, même si vous payez le fort prix, certains aspects du véhicule resteront moyennement attrayants.

Teinte

Les habitués de la marque le savent, chaque option a son prix – élevé – chez Porsche. Tenez par exemple la teinte extérieure verte du véhicule de notre banc d’essai. Ravissante, il est vrai, mais elle entraîne un supplément de 790 $. Vous préférez le « bleu Miami » (notre photo) ? C’est 3560 $. Et, si vous avez une teinte spécifique en tête, il suffit de la soumettre à Porsche avec un chèque de 13 050 $.

Échappements

Le catalogue des options de Porsche ne s’arrête pas en si bon chemin. Les cache-moyeu, ou si vous préférez les « pastilles » autour desquelles dansent les écrous des jantes, se colorent du logo de Porsche pour 220 $ (les 4) et les tuyères d’échappement chromées (notre photo) soulageront votre compte en banque de 3350 $. Vous préférez qu’ils soient noirs ? C’est 1090 $.

Coffre

Plus polyvalent qu’une 718 bien sûr, le Macan peut ne pas sembler aussi fonctionnel que d’autres véhicules de sa catégorie. Dans les faits, c’est faux. Les coffres des BMW X4, Jaguar F-Pace et Audi Q5 ne sont pas plus gourmands. Bien que les dossiers de la banquette se divisent en trois, ce qui est excellent en matière de modularité, le volume dévolu au coffre est somme toute assez compact.

Banquette

La ligne de pavillon qui tombe en direction du hayon a pour effet de rendre l’accès aux places arrière et la sortie plus compliqués. Une fois à l’intérieur, le dégagement pour la tête demeure encore compté, mais ce n’est rien par rapport à l’espace réservé sur cette banquette qui, dans les faits, accueille deux adultes et non trois.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.