GRANDE ENTREVUE

Participer à la numérisation des entreprises

Mirego conçoit et développe des stratégies et des solutions mobiles pour les entreprises et participe ainsi à leur passage dans l’ère numérique. Preuve de l’accélération de la numérisation de l’économie, Mirego vient de se classer pour une troisième année consécutive au palmarès des 500 entreprises qui affichent la plus forte croissance au Canada, ayant enregistré une croissance de 1558 % de son chiffre d’affaires.

Pour être plus précis, Mirego se classe au 53e rang au palmarès Profit 500 qui a été dévoilé la semaine dernière. Cette expansion spectaculaire explique notamment pourquoi l’entreprise a ouvert 30 nouveaux postes il y a six semaines.

« On travaille sur une cinquantaine de projets en parallèle, et il faut être en mesure de les livrer. On embauche des développeurs, des designers, des chargés de projet et on veut recruter des gens qui vont nous gérer plutôt que l’inverse », explique Albert Dang-Vu, ex-vice-président technologies de Copernic, qui a fondé Mirego en 2007.

Lorsque Copernic, un développeur de moteurs de recherche, a été acheté par l’entreprise Mamma.com, Albert Dang-Vu a été déçu du changement d’orientation qui s’est opéré. La rentabilité accrue était devenue la finalité absolue.

Avec deux ex-collègues de Copernic, Martin Gagnon et Simon Audet, il a décidé de fonder Mirego, une entreprise qui allait développer des applications mobiles.

« On voyait venir l’émergence des applications mobiles pour téléphone et on s’est lancés là-dedans au moment où l’iPhone a commencé à les accepter. »

— Albert Dang-Vu, PDG de Mirego

Mirego décroche un premier contrat avec Proprio Direct et crée les composantes qui permettent d’afficher une carte avec les photos des propriétés qui sont à vendre.

Depuis le développement de cette première application, Mirego en a créé plus de 200 pour une clientèle prestigieuse et grandissante : Desjardins, Sobeys, Familiprix, Bombardier, Aldo, Bell Fibe, Pages Jaunes…

DE QUÉBEC À MONTRÉAL

Mirego a commencé ses activités à Québec – qui abrite toujours son siège social –, mais a ouvert, il y a cinq ans, des bureaux à Montréal. L’entreprise compte 70 employés à Québec et une trentaine à Montréal, boulevard Saint-Laurent, mais c’est dans la métropole qu’elle recrute présentement.

« On va déménager prochainement dans Griffintown, où on a acheté un condo industriel qui est en construction et qui va doubler notre superficie. Mais on pense déjà à prendre le deuxième étage », anticipe Albert Dang-Vu.

La croissance explosive de la jeune entreprise est évidemment tributaire de la migration des entreprises vers l’économie numérique, mais elle s’explique surtout, selon son PDG, par la culture propre qui est incarnée par la direction et les employés de Mirego.

« On a huit valeurs fondamentales que l’on partage entre nous et nos clients. On s’efforce notamment de mériter la confiance qui nous est accordée tout comme on s’efforce de dépasser les attentes du public. »

— Albert Dang-Vu, PDG de Mirego

Les clients de Mirego non seulement restent fidèles et utilisent ses services pour mettre à jour les applications existantes ou en créer de nouvelles, mais ils font aussi du référencement à d’autres entreprises.

« Ils adhèrent à notre culture et la partagent. C’est comme les gens qui travaillent chez nous. Ils aiment le cadre de vie qu’on leur offre. On a des horaires hyper flexibles, on paie les lunchs et on fournit aux employés un nouveau téléphone mobile chaque année, et ils partagent unanimement notre huitième valeur qui est : S’amuser et ne pas prendre la vie au sérieux. »

Albert Dang-Vu insiste, les applications mobiles que conçoit et développe Mirego ont deux fonctionnalités. D’abord, bien sûr, aider les entreprises à réaliser leur mutation vers l’économie numérique, ensuite personnaliser la vie des usagers en créant pour eux des applications conviviales et innovantes.

DES APPLICATIONS UTILES

Pour illustrer cette double fonctionnalité, le PDG donne l’exemple de Familiprix, un client de longue date pour qui Mirego a développé plusieurs applications.

« On a créé pour Familiprix un écosystème numérique qui améliore la vie des clients et des pharmaciens. On a une application qui assure le suivi des grossesses des femmes enceintes ou pour les usagers qui doivent gérer leur diabète.

« Mais on a aussi créé une application pour le programme de fidélisation qui donne des points supplémentaires aux clients qui atteignent ou dépassent le nombre de pas qu’ils marchent en une semaine. Cela permet à Familiprix de récompenser les bonnes habitudes santé de ses clients », souligne l’entrepreneur.

Mirego a déjà été associée au développement de la plateforme numérique de La Presse+, tout comme elle vient de réaliser la nouvelle application mobile de tous les quotidiens du groupe Capitales Médias.

Sur le plan financier, Albert Dang-Vu assure que la rentabilité arrive à suivre la progression de 1500 % qu’a enregistrée le chiffre d’affaires du groupe en cinq ans.

Actionnaire majoritaire de Mirego, l’entrepreneur a accueilli récemment deux nouveaux investisseurs : Martin-Luc Archambault, de l’émission Dans l’œil du dragon, et Gilles Ostiguy, ancien vice-président exécutif et vice-président, finances, de DentsuBos.

« On n’avait pas besoin de capitaux, mais c’est bien de pouvoir diversifier nos expertises et d’avoir de nouveaux conseillers. Gilles Ostiguy a quitté DentsuBos pour devenir vice-président, finances et opérations, de Mirego », précise l’entrepreneur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.