Mon clin d’œil

« Le Québec, c’est nous. Mais cet après-midi, le Canada l’est aussi. Go Andreescu Go ! »

— un bloquiste amateur de tennis

Témoignage

SYSTÈME DE SANTÉ
Nourrir ma famille ou payer une évaluation à mon fils ?

La lettre s’adresse au ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant

Je suis la maman de trois enfants. En parfaite santé, mais avec chacun leurs caractéristiques et leurs particularités.

Un de mes fils est un garçon extrêmement charmant, mais aussi dynamique et décrit comme une vraie bombe d’énergie positive… Un futur animateur de foule ! 

Avec ces superbes qualités viennent l’impulsivité et des difficultés d’attention qui commencent à miner grandement son estime de soi. Le rendez-vous chez son (extraordinaire !) médecin de famille nous amène à penser à une évaluation en neuropsychologie. Dans l’innocence la plus complète, je demande à la médecin où je dois appeler pour une évaluation de ce type, et elle me répond qu’elle est contrainte de nous dire qu’il n’y a que les cliniques privées qui offrent le service… 

Je suis tellement en faveur des services universels et publics que j’ai osé tenter de dénicher un neuropsychologue qui faisait des évaluations au public et, M. Carmant, on m’a presque ri au nez !

Tous les points de service (même le CHU Sainte-Justine) m’ont dirigé au privé : 1700 $ pour l’évaluation ! 

Je suis subjuguée et complètement révoltée de me retrouver avec cette facture. Que font les familles qui n’ont pas les moyens ? Où sont les services publics ? Où est cette égalité des chances que nous sommes censés donner à chaque enfant au Québec ? 1700 $… il s’agit d’un salaire familial complet ! 

Alors, M. Carmant, je nourris ma famille ou « j’offre » à mon garçon une évaluation neuropsychologique afin d’assurer son bien-être ? 

Aidez-moi, j’ai de la difficulté à faire un choix…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.