Présumé cas de rage au volant sur l’A40

Collègues ébranlés, suspect en liberté

Au lendemain de ce qui serait un épisode de rage au volant d’une rare intensité, où un homme a ouvert le feu sur un jeune livreur qui circulait dans le secteur de Saint-Léonard, à Montréal, la stupeur était vive parmi ses collègues. La victime est saine et sauve, mais le tireur, lui, était toujours recherché par la police au moment de publier.

Le blessé, âgé de 23 ans, travaille pour l’entreprise Monsieur Livre-Tout, située à Saint-Jean-sur-Richelieu, depuis trois semaines. C’est un jeune homme motivé, a décrit Daniel Gagnon, propriétaire de Monsieur Livre-Tout, à La Presse. Il est de nature très calme et n’est pas du genre à perpétuer un conflit, selon ses collègues. Il caresse le rêve de devenir camionneur, disent-ils. Il avait beaucoup de marchandises et devait accomplir plusieurs livraisons à différentes adresses cette journée-là.

« Le choc, c’est que ce sont les nouvelles qui nous l’ont appris. On ignorait que quelque chose était arrivé à notre livreur. Depuis, le téléphone ne cesse pas de sonner. On n’a pas eu le temps de reprendre notre souffle », dit en soupirant Émilie Gohier, répartitrice depuis quelques mois chez Monsieur Livre-Tout.

Peu après l’évènement, le père d’un autre livreur a appelé l’établissement, pris de panique. Il pensait que son fils se trouvait entre la vie et la mort sur l’autoroute 40. Alertés par cet homme inquiet, Daniel Gagnon et son équipe guettaient la position exacte de la camionnette sur leur GPS et croisaient les doigts pour que le pire n’arrive pas.

Lundi soir, la conjointe du blessé a contacté M. Gagnon de l’hôpital par message texte pour lui donner des nouvelles sur son état de santé. L’homme touché au bras par un projectile se trouve actuellement dans un état stable. Il a pris le temps d’appeler son employeur mardi matin, afin de rassurer tout le monde.

« Je le vois chaque jour, matin et soir. C’est sûr que c’est choquant. »

— Émilie Gohier

Son collègue Hugo Laramée se préparait pour sa prochaine livraison. Il côtoie la victime quotidiennement « Ça frappe. Quand j’ai su l’histoire, j’ai pris un deux minutes. Je me sens un peu insécure de savoir que ce que je voyais à la télé aux États-Unis se passe chez nous », a-t-il dit d’un trait, soulagé que son collègue ait survécu.

Daniel Gagnon prévoyait récupérer le véhicule mardi après-midi. « Je viens du milieu de la récupération d’automobiles endommagées, mais j’ignore si on va encore l’utiliser. Je ne sais pas si mes autres livreurs voudront conduire cette camionnette, après ce qui s’est passé. »

Le rétablissement de son employé reste une priorité pour M. Gagnon. « Il reviendra quand il sera prêt. Tout dépendra de son état à sa sortie de l’hôpital. »

Tireur en cavale

L’évènement s’est déroulé lundi après-midi, vers 13 h 30, sur la voie de desserte de l’autoroute 40 Est, près du boulevard Langelier, à proximité du concessionnaire automobile HGrégoire.

À première vue, il s’agirait d’un conflit entre deux conducteurs qui circulaient en direction est sur la voie. L’homme au volant de la camionnette aurait coupé la voie de droite avant de ralentir, à la recherche d’une adresse.

Le conducteur de l’autre véhicule aurait alors tiré sur le jeune livreur avec une arme à feu pour ensuite s’enfuir.

Des témoins lui ont porté secours. La victime a d’abord été conduite au poste de police environnant, pour être ensuite transportée à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) l’ont interrogée lundi soir.

Le suspect, quant à lui, est toujours en cavale. La police dispose de très peu d’indices pour le moment. Des images récoltées par des caméras de vidéosurveillance des commerçants des environs ont permis d’identifier une automobile susceptible d’appartenir au tireur.

Il s’agit d’une voiture blanche à quatre portes, a précisé mardi matin l’agente Caroline Chèvrefils, porte-parole du SPVM. Aucune description du suspect n’est disponible. Les caméras de surveillance du ministère des Transports (MTQ) ont également été consultées par les policiers.

— Avec la collaboration de Daniel Renaud, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.