Derrière la porte

Pour en finir avec le double standard

Pause vous propose chaque samedi un témoignage qui vise à illustrer ce qui se passe réellement derrière la porte de la chambre à coucher, dans l’intimité, loin, bien loin des statistiques et des normes.

Cette semaine : Véronique*, 36 ans

Véronique* a 36 ans. Séparée depuis un an, elle a eu depuis plusieurs aventures, notamment avec des hommes mariés. Tabou, vous dites ? C’est ce qu’elle vit. Et dit. Récit.

« Je suis célibataire, ce n’est donc pas moi qui trompe quelqu’un. Mais c’est un sujet très tabou de contribuer à cette forme de tromperie », nous a-t-elle écrit le mois dernier. Elle a voulu nous rencontrer pour témoigner, un petit vendredi matin, dans un Starbucks de la Rive-Sud.

Discrète, on la croit (à tort) d’abord timide. Mais une fois la discussion entamée, on découvre une fille confiante, assumée, bref, libérée. Elle nous attend avec quelques minutes d’avance, son café dans une main, son téléphone dans l’autre. C’est visiblement quelqu’un d’occupé et, malgré l’heure matinale, les messages ne cessent d’entrer pendant l’entretien.

Elle commence avec le récit de sa vie : une première (mauvaise) expérience sexuelle à 17 ans (« je n’étais pas consentante, ça m’a gelée pendant plusieurs années »), puis quelques histoires non significatives, souvent avec des gars en couple (« c’est un peu étrange, ma vie, mais c’est ça pareil »), avant de rencontrer le père de ses enfants, dans la jeune vingtaine.

Ils ont passé 10 ans ensemble. Et non, ça n’a pas franchement été le pied. « Moi, j’en aurais pris plus. J’aurais voulu aller plus loin. Mais je me suis rendu compte que lui, non, confie-t-elle d’emblée. J’ai découvert que ma libido était supérieure à la sienne. Clairement. »

N’empêche que sexuellement, c’est avec lui qu’elle s’est épanouie. « Oui, j’ai commencé à vraiment aimer ça en le rencontrant. Mais j’avais le feeling d’en vouloir plus, lui non », répète-t-elle.

Premier tabou : « J’ai l’impression que toutes les filles se plaignent quand leurs chums veulent avoir des relations sexuelles. Alors j’avais l’impression que moi, je n’étais pas normale. »

Rattraper le temps perdu

En 10 ans, ils ont toujours fait l’amour dans la chambre. Toujours dans leur lit. Toujours dans les mêmes positions. «  Je dirais que dans la dernière année, j’ai eu plus de fun qu’en 10 ans ! », dit-elle en riant.

C’est que depuis, Véronique a multiplié les rencontres, one-night et relations à court ou moyen terme. Et elle s’assume. Après avoir passé une décennie avec la même personne, elle n’a manifestement pas envie de s’engager, dit-elle. « J’ai des enfants, une garde partagée, je travaille beaucoup, je n’ai pas envie de me rajouter autre chose ! »

Deuxième tabou : 

« Je ne l’ai pas dit à beaucoup de monde, parce que les gens jugent. Un gars qui voit plusieurs filles en une fin de semaine, ça passe dans du beurre. Une fille ? On la juge. »

— Véronique, 36 ans

Parce que oui, ça lui arrive. « Ça m’est arrivé plusieurs fois… Mais une fille ne peut pas le dire. Ça passe très mal. C’est très, très particulier. J’ai même été jugée par des gars qui faisaient la même chose que moi ! »

Elle nous raconte ici ses aventures de la dernière année. Environ une vingtaine, dit-elle. « J’ai arrêté de compter ! » Parfois très courtes (30 minutes chrono), parfois plus longues (plusieurs mois), souvent plus intenses que tout ce qu’elle avait connu jusqu’ici. C’est d’ailleurs ce qui l’allume. « Ce qui m’avait manqué, c’est cet aspect d’être dominée. De perdre le contrôle. »

Après la routine des 10 dernières années, elle vit ces jours-ci toutes sortes de premières fois : la pénétration anale, s’attacher, coucher dans une auto, à l’hôtel à l’heure, avec de quasi-inconnus.

« Est-ce que je veux faire ça toute ma vie ? Non, pas nécessairement. Mais je ne regrette rien. » — Véronique

N’empêche qu’elle a vécu une grosse déception. Un gars, qu’elle a fréquenté pendant plusieurs mois, avec qui ça marchait particulièrement bien (« très bon fit, dit-elle en souriant, très dominant au lit, j’adorais ça ! »), s’est avéré marié. Déception au cube : non seulement il lui a menti, mais il avait en prime un jeune enfant, et sa femme était enceinte. « Tromper sa femme, c’est une chose. Tromper une femme enceinte, c’est doublement pire… »

Ultime tabou

Véronique avoue ici s’être remise en question. Avoir « questionné ses valeurs ». Mais la chair est faible. Et elle a fini par le revoir quand même. « Parce qu’on avait du fun ! Sexuellement, c’était vraiment cool ! »

Vous la jugez ? Elle sait très bien qu’elle ne peut pas en parler. Parce qu’encore une fois, c’est tabou. Mais pourquoi ? « Moi, ce n’est pas de mes affaires ce qu’il dit à sa femme. Ça ne me regarde pas. Je n’ai pas à être responsable de la tromperie des autres ! On dirait que les hommes ne sont pas capables de se contrôler, et que ce sont les femmes qui ne devraient pas s’embarquer. »

« Je n’ai pas à être la conscience de quelqu’un d’autre ! » — Véronique

Depuis quelques mois, elle a arrêté de le voir. Tout simplement parce qu’elle a rencontré quelqu’un d’autre. Toujours un homme marié, mais cette fois assumé. « Il est marié et je le sais. Mais là, je suis complètement en amour. C’est vraiment difficile, rougit-elle. Quand tu tombes dans les sentiments et que l’autre est marié, c’est beaucoup plus challengeant… »

Le fait qu’il soit marié, à nouveau, lui importe peu. « C’est plate à dire, mais ça ne me dérange pas. Moi, je ne trompe personne. Moi, je suis séparée, j’ai réglé mes affaires, je ne me sens pas mal pour une autre personne, dit-elle. Ce n’est pas à moi à gérer ça ni à moi à pousser les choses. »

Et après ? Véronique ne veut pas trop penser à l’avenir. Elle profite plutôt du moment présent. Sans en parler. Et c’est ça qui la choque. Et pourquoi elle a voulu nous rencontrer ? Pour le dire enfin. « Parce que ça ne me revient pas, dit-elle. Si un gars raconte qu’il voit une femme qui trompe son chum avec lui, personne ne va lui dire : “Mais qu’est-ce que tu fais, c’est pas correct !” […] Alors pourquoi est-ce qu’une fille devrait être responsable des comportements des autres ? »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.