CHAMPIONNATS DU MONDE DE SKI ACROBATIQUE 

Le roi Kingsbury veut d’autres couronnes

Le Québécois arrive dans son royaume à Deer Valley, où il a remporté 9 victoires en 16 compétitions

Avec déjà deux titres et sept podiums en quatre participations aux Championnats du monde de ski acrobatique, Mikaël Kingsbury est en confiance, cette semaine en Utah.

Celui qui n’avait que 18 ans en 2011 quand il a récolté ses deux premières médailles, sur la même piste de Deer Valley, se considère un peu comme dans son royaume : « C’est ma piste préférée, même si elle est un peu tricky. Je me souviens encore de ces deux médailles et j’ai remporté les quatre dernières épreuves de Coupe du monde ici. 

« Cette saison, j’avais deux grands objectifs : l’épreuve de Tremblant, devant mes proches et mes amis, et les Mondiaux. »

« J’ai eu un très bon début de saison [cinq victoires en six épreuves] et c’est certain que gagner à la maison m’a procuré une énergie renouvelée. »

— Mikaël Kingsbury

Souverain sur la scène internationale depuis sept saisons, Kingsbury reste quand même sur une contre-performance aux Mondiaux. En 2017, à Sierra Nevada, en Espagne, il n’a récolté qu’une médaille de bronze et une 13e place, bien loin de ses standards. « Ça ne s’était pas passé comme prévu, mais je préfère ne pas regarder en arrière, explique-t-il. Ma préparation a été différente cette saison et la piste de Deer Valley me convient davantage. »

C’est vraiment peu de dire que la piste lui convient : Kingsbury a remporté 9 victoires et 14 médailles en 16 compétitions sur la Champion’s Run de Deer Valley, une piste difficile, qui a déjà accueilli les compétitions olympiques en 2002.

Les skieurs ont toutefois été un peu dépaysés mercredi. « Il y a eu beaucoup de neige et la piste n’avait pas vraiment de fond, a expliqué Kingsbury après ses premières descentes d’entraînement. On a fini par tracer un parcours, comme une piste de bobsleigh, mais ce n’est pas encore idéal. Les conditions doivent toutefois s’améliorer et, avec le froid et une autre journée d’entraînements, on devrait retrouver la piste à laquelle on est habitués. »

Un peu plus d’adversité

Kingsbury n’est donc pas le champion en titre cette semaine aux Mondiaux. C’est plutôt le jeune Japonais Ikuma Horishima qui défend les deux titres qu’il a remportés à Sierra Nevada à la surprise générale.

Deux ans plus tard, le skieur de 21 ans n’est plus un inconnu et il s’impose cette saison comme un prétendant sérieux au trône de Kingsbury. « C’est un super compétiteur, très rapide et capable de réussir de gros sauts. Avec l’expérience, il est de plus en plus constant. C’est certain que je le surveille de près afin de voir jusqu’où on peut aller selon les pistes et les conditions.

« Il n’est d’ailleurs pas le seul à me pousser. En plus des vedettes établies, plusieurs jeunes skieurs réussissent maintenant des descentes de très haut niveau, avec de gros sauts. C’est parfait comme ça ! »

« L’adversité me motive encore davantage à progresser et à travailler pour rester compétitif. Quand on est champion, c’est bien plus valorisant de gagner devant une opposition forte. »

Quatre autres Québécois seront des Mondiaux en bosses : Philippe Marquis, Laurent Dumais, Chloé et Justine Dufour-Lapointe. L’équipe canadienne sera complétée par Maia Schwinghammer, Sofiane Gagnon et Brenden Kelly.

Quadruple médaillée aux Mondiaux, avec un titre en 2015 en Autriche, Justine Dufour-Lapointe est bien remise d’une blessure à une épaule qui a perturbé son début de saison. Aussi détentrice d’un titre mondial, en 2013 en Norvège, Chloé Dufour-Lapointe est constamment aux avant-postes cette saison et devrait elle aussi se battre pour une place sur les podiums.

L’épreuve de bosses des Championnats du monde sera disputée aujourd’hui, alors que celle des bosses en duel suivra demain. Les finales sont prévues vers 20 h (22 h, heure de Montréal).

Hosking en finale

Elizabeth Hosking fait ses débuts aux Mondiaux cette année à Park City et la spécialiste de la demi-lune a causé une belle surprise mercredi en se qualifiant pour la finale. La planchiste de 17 ans a pris le huitième rang des qualifications avec un pointage de 71,75 et sera la plus jeune des huit finalistes cet après-midi. Les Américaines Chloe Kim et Arielle Gold, première et deuxième en qualifications, seront les favorites.

Des mondiaux perturbés

L’idée de combiner les Championnats du monde de ski acrobatique et de surf des neiges est excellente… sauf quand la météo s’en mêle. La neige abondante et le programme chargé ont forcé l’annulation de trois des épreuves prévues – les compétitions de big air femmes et hommes en surf des neiges et le slopestyle féminin en ski –, alors que l’épreuve masculine de slopestyle en ski a été disputée dans des conditions très difficiles. Avec encore 10 épreuves au programme ce week-end, les organisateurs subiront beaucoup de pression pour boucler ces Mondiaux tout en assurant la sécurité des compétiteurs.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.