Le mentorat en milieu scolaire :
une bonne idée !

Depuis quelques années, le mentorat gagne en popularité dans les établissements d’enseignement. Il est vrai que cette approche est associée à des effets positifs chez les jeunes. Mais de quoi s’agit-il au juste ?

Selon le Guide d’implantation d’un programme de mentorat en milieu scolaire, élaboré par le Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), le mentorat en milieu scolaire consiste à jumeler un élève à un adulte de l’école (enseignant, conseiller, intervenant spécialisé ou autre membre du personnel) afin de créer une relation de confiance et de respect à travers laquelle le mentor apporte aide et soutien au mentoré. Cette relation en est une d’enseignement, d’encouragement et d’écoute. Elle s’établit au fil du temps lors de rencontres régulières.

Les objectifs du mentorat

En éducation, le mentorat est souvent utilisé pour améliorer la persévérance scolaire de jeunes qui présentent des facteurs de vulnérabilité susceptibles de les amener à se désengager ou à décrocher de l’école (faible motivation, attitude négative vis-à-vis de l’école, comportement antisocial, par exemple). Cela dit, les objectifs précis du mentorat peuvent être très divers. Cette approche peut en effet agir sur plusieurs aspects du développement et du fonctionnement des jeunes tels que le rendement scolaire, la présence à l’école, les relations interpersonnelles, les habiletés sociales, le sentiment d’appartenance, l’estime de soi, l’autonomie, la capacité à se fixer des buts et le comportement à l’école.

Les avantages et effets possibles

Comme il offre aux jeunes l’occasion de vivre une relation à long terme avec un adulte significatif, le mentorat peut améliorer leur développement et leur fonctionnement à l’école. Jusqu’à maintenant, les études portant sur le sujet suggèrent d’ailleurs que les programmes de mentorat pour jeunes améliorent la réussite et le rendement scolaire. Les recherches démontrent aussi que le mentorat améliore les relations entre pairs, les compétences sociales et l’emploi. Il contribuerait aussi à diminuer les dépendances à la drogue et à l’alcool, la participation à des actes violents et les démêlés avec la justice. Bref, le mentorat semble vraiment avoir des impacts positifs sur les jeunes qui sont mentorés.

Un guide d’implantation essentiel

Les recherches démontrent toutefois que les programmes de mentorat varient en efficacité selon divers aspects tels que la rigueur de leur implantation, la nature des activités, les caractéristiques du mentor et du mentoré, etc. Selon les établissements d’enseignement, le mentorat peut notamment faire l’objet de programmes structurés ou être plutôt informel. Le Guide d’implantation d’un programme de mentorat en milieu scolaire, produit par le Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), a donc été développé pour aider les écoles à se doter d’un programme de mentorat efficace. Ce guide, qui rassemble des écrits scientifiques et des savoirs expérientiels portant sur le mentorat, vise à soutenir les écoles dans la planification et l’implantation d’un programme de mentorat de qualité. Il aborde entre autres les différentes étapes de la démarche d’implantation d’un programme de mentorat et comprend des outils pour soutenir la planification et la mise en œuvre du programme.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.