L’anxiété scolaire

Eh oui, ça existe !

Crise de larmes, maux de ventre, nausées, mains moites, tremblements… Certains enfants et adolescents souffrent d’anxiété liée à l’école. Votre jeune en est-il affecté  ? Voici quelques informations utiles pour mieux comprendre ce phénomène.

L’anxiété est un phénomène courant, même chez les enfants. Tout le monde se sent anxieux de temps à autre. Avant de faire un examen, de participer à un spectacle à l’école ou de faire une présentation orale en classe, il est donc tout à fait normal qu’un enfant éprouve un peu d’anxiété. Cela dit, si votre enfant ressent des sentiments d’inquiétude intenses et récurrents (au point où il présente des symptômes tels que des maux de ventre, des nausées, de l’insomnie, des cauchemars, de l’irritabilité, de l’agressivité, de l’agitation, etc.), il est alors possible qu’il souffre d’une forme d’anxiété par rapport à l’école. Cette hypothèse est d’autant plus fondée si d’autres signes se manifestent chez votre enfant tels que l’évitement, la procrastination, le sentiment d’être débordé, des inquiétudes quant aux échéanciers ou aux changements de routine, etc.

Les conséquences possibles

L’anxiété peut, à long terme, avoir d’importantes répercussions sur la vie sociale et scolaire de votre enfant ainsi que sur son estime de soi et sa santé mentale. Il est, notamment, connu que l’anxiété affecte la réussite scolaire des élèves. Les recherches ont démontré que de hauts niveaux d’anxiété liés à l’école sont associés à des difficultés d’apprentissage, à un faible rendement, à un comportement de retrait et à des problèmes de mémorisation et de concentration.

Comment aider  ?

Compte tenu des conséquences de l’anxiété sur le fonctionnement scolaire des élèves, il est primordial d’intervenir afin de réduire et de prévenir cet état psychologique. Comme parent, vous pouvez, par exemple, aider votre jeune en étant attentif à ce qu’il vit, en établissant une routine stable (horaire du matin et du soir, organisation des activités et des devoirs, etc.) et en vous assurant que votre enfant mange et dort bien et qu’il est actif. Du côté de l’école, sachez que les enseignants peuvent appliquer des stratégies en classe pour diminuer l’anxiété de votre jeune. Certaines écoles ont même mis au point des ateliers ou des programmes pour aider les jeunes qui présentent des troubles d’anxiété scolaire. Si, malgré tout, votre enfant semble vivre beaucoup d’anxiété scolaire, il pourrait être indiqué de consulter un intervenant spécialisé de l’école tel qu’un psychologue, un psychothérapeute ou un psychoéducateur.

Celui-ci pourra aider votre enfant à apprivoiser son anxiété, et même à l’utiliser de façon positive. La thérapie cognitivocomportementale est souvent la première forme d’intervention recommandée pour traiter les problèmes d’anxiété, notamment chez les jeunes. D’autres approches peuvent également être utilisées à titre complémentaire et préventif. C’est, par exemple, le cas des programmes d’intervention ayant recours à la pleine conscience. N’hésitez donc pas à en discuter avec le personnel scolaire afin de trouver des solutions pour aider votre jeune à surmonter cette problématique.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.