Vivre à l’italienne

Initiation à la dolce vita

Au pays de la dolce vita, toutes les occasions sont bonnes pour se prêter à la douceur de vivre. Des balades en Vespa sur les rues pavées de Rome au caffè lungo siroté au bar, vivre à l’italienne est un art qui se cultive au quotidien. Voici les cinq secrets pour s’adonner à la dolce vita.

Ralentir et célébrer la vie

En Italie, on aime savourer chaque instant et étirer le temps. Faire la sieste en semaine – le riposo – et souper après 21 heures sont des pratiques courantes chez les Italiens. Fait intéressant : l’Italie est l’un des pays où l’on vit le plus longtemps et le plus sainement. Le mode de vie des habitants de la botte y serait-il pour quelque chose ? Il va sans dire qu’on gagnerait tous à ralentir un peu. Pour Gianfranco Di Nisio, chef propriétaire du bistro Gousto dans le Vieux-Longueuil, la dolce vita peut se vivre partout : « La dolce vita, c’est la convivialité, c’est prendre le temps de faire ce qu’on a envie de faire. C’est prendre le temps de parler et d’aller au marché. »

D’où vient l’expression dolce vita ?

L’expression est un clin d’œil au grand classique du cinéma italien La Dolce Vita. Primée de la Palme d’or au 13e Festival de Cannes en 1960, cette œuvre marquante de Federico Fellini illustre une vie mondaine sous le signe de l’insouciance, de l’amour et de la bonne bouffe. Le film a d’ailleurs fait scandale à l’époque.

Prendre l’aperitivo

C’est sans doute l’un des meilleurs exemples pour illustrer l’art de vivre à l’italienne. L’aperitivo est une tradition populaire au cœur de cette douceur de vivre qui fait le charme du pays. Vers 19 heures, on se rend au bar pour savourer l’aperitivo entre amis. On en profite pour refaire le monde autour d’antipasti servis gratuitement et à volonté.

S’entourer de la famiglia

Pour les Italiens, la famille est sacrée et les liens sont tissés serré. Chaque dimanche midi, on se réunit chez la mamma. Pâtes fraîches, pain et charcuteries, on fait les courses pendant que la sauce mijote. Les repas sont toujours animés, empreints de simplicité et de bonne humeur.

Ravir ses papilles

Manger une pizza d’exception dans un endroit sans prétention, voilà un autre bel exemple qui représente bien la dolce vita. C’est connu, le plaisir de la bonne bouffe et du bon vin est intimement lié au mode de vie des Italiens.

Dans l’Italie natale de Gianfranco Di Nisio, la dolce vita s’exprime aussi par l’authenticité et le choix des ingrédients : « On va au marché, il y a plein de grand-mères qui vendent les légumes de leur jardin, les produits sont d’excellente qualité et les prix sont très raisonnables. »

Se laisser séduire

L’Italie est reconnue pour la beauté de ses paysages et son climat de rêve, et c’est peut-être pour l’une de ces raisons qu’il est si facile de s’y laisser bercer par la vie.

La dolce vita... dans la Petite Italie, à Montréal

Premier arrêt : On se rend au Caffè Italia pour siroter un espresso bien serré.

Deuxième arrêt : On fait le plein de trouvailles gourmandes chez Milano, le meilleur endroit à Montréal pour faire son marché à l’italienne.

Troisième arrêt : On se dirige au cœur du quartier sur la Via Dante. On n’hésite pas à errer paisiblement dans les ruelles et à déguster de bons cannoli sur un banc du parc Dante.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.