Accident d’autobus mortel à Ottawa

Un expert appelle le BST à participer à l’enquête

Un professeur de génie appelle le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada à enquêter sur l’accident d’autobus à Ottawa qui a fait 3 morts et 23 blessés afin d’empêcher que de tels drames ne se reproduisent.

Ahmed Shalaby, du département de génie civil de l’Université du Manitoba, a fait valoir que l’organisme fédéral devrait être impliqué dans l’enquête sur l’accident mortel pour s’assurer que les conclusions soient rendues publiques et que des recommandations soient formulées pour améliorer la sécurité dans tout le pays.

Le BST a confirmé qu’il n’enquêtait pas sur l’accident d’autobus, l’organisme fédéral indépendant ne s’attardant qu’aux événements maritimes, de pipelines, ferroviaires et aériens.

« L’autobus transportait 90 passagers. N’est-ce pas assez important pour mériter une enquête fédérale de sécurité ? Si ce ne l’est pas, qu’est-ce qui l’est ? »

— Ahmed Shalaby, professeur de génie civil à l’Université du Manitoba

L’accident est survenu vendredi après-midi, lorsqu’un autobus urbain à impériale a monté sur le trottoir et a heurté un abribus. La partie supérieure du véhicule a été défoncée par l’impact et un certain nombre de sièges ont été écrasés.

Un hôpital local a indiqué hier qu’un blessé se trouvait toujours dans un état critique, tandis que six étaient encore hospitalisés dans un état grave et quatre, dans un état stable.

Par ailleurs, la scène de la tragédie, le Transitway, a été rouverte hier soir, a annoncé la municipalité.

Elle a aussi dit que les gens qui voulaient laisser un souvenir ou un objet commémoratif à la mémoire des victimes pouvaient le faire dans des endroits différents : sur la plate-forme du Transitway en direction ouest, au niveau inférieur, et au coin nord-ouest des rues Scott et Athlone, au niveau supérieur.

Un livre de condoléances pour les familles des victimes

Bien que l’identité des trois personnes mortes dans la collision de vendredi sur le Transitway soit encore inconnue, les résidants de la capitale fédérale peuvent se rendre à l’hôtel de ville d’Ottawa à compter d’aujourd’hui pour exprimer leur soutien aux proches des victimes. Dès midi, un livre de condoléances sera installé à la place Jean-Pigott de l’hôtel de ville. Les gens auront jusqu’au dimanche 20 janvier pour aller le signer et offrir des souhaits à ceux qui ont perdu un proche dans l’accident. Par ailleurs, le centre d’aide aux proches des potentielles victimes, ouvert vendredi soir par la Ville d’Ottawa, a été fermé quelques heures plus tard. Notamment grâce au centre, les gens touchés de près par la collision ont rapidement réussi à obtenir l’information au sujet de leurs proches dont ils étaient sans nouvelles, selon le service des communications de la municipalité.

— Julien Paquette, Le Droit

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.