cryptomonnaies

Un pas vers la réglementation des plateformes

Toronto — Les organismes canadiens de réglementation du secteur des valeurs mobilières vont recueillir les commentaires de divers acteurs de l’industrie sur les règles qui devraient être mises en place pour les plateformes de négociation de cryptomonnaies telles que le bitcoin, Ethereum et Ripple.

Les organismes provinciaux, représentés par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) et l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM), ont publié hier un document de consultation commun à cet effet.

« Des organismes de réglementation partout dans le monde examinent actuellement des questions importantes concernant la réglementation des cryptoactifs, ce qui inclut la réglementation appropriée des plateformes », indique le document de consultation.

Le document ajoute qu’« au moins certains des cryptoactifs bien établis […], comme le bitcoin, ne sont pas à l’heure actuelle, en tant que tels, des titres ou des dérivés ».

« Ils présentent plutôt des caractéristiques analogues à celles de marchandises existantes, comme les devises et les métaux précieux. »

— Le document de consultation

Aucune plateforme n’est actuellement reconnue en tant que Bourse de valeurs ou autrement autorisée à exercer une activité de marché ou de courtier au pays, précise le document.

« Par conséquent, les ACVM ont invité les Canadiens à faire preuve de prudence lorsqu’ils acquièrent des cryptoactifs. »

Le cas QuadrigaCX

Le document de consultation ne traite d’aucune plateforme en particulier, mais sa publication suit les problèmes très médiatisés de QuadrigaCX, une des plus importantes plateformes de négociation de cryptomonnaies au Canada.

QuadrigaCX et ses sociétés affiliées ont obtenu la protection des tribunaux contre leurs créanciers en Nouvelle-Écosse, le mois dernier, après que leur chef de la direction et unique administrateur, Gerald Cotten, est mort en décembre à l’âge de 30 ans pendant un voyage en Inde.

Selon les documents de la cour, M. Cotten était la seule personne à disposer des codes d’accès chiffrés nécessaires pour accéder à 190 millions de dollars en bitcoins et autres cryptomonnaies bloqués dans les portefeuilles numériques hors ligne de QuadrigaCX.

Selon les documents, une somme supplémentaire de 70 millions en espèces est due aux utilisateurs de QuadrigaCX, en grande partie liée à des traites bancaires détenues par des processeurs de paiements.

Revue boursière

Les marchés coincés entre la Chine et le Brexit

Les marchés ont hésité toute la journée hier, entre des incertitudes liées à la guerre commerciale et un vote du Parlement britannique favorable à un report du Brexit. Le Dow Jones a fini en hausse, et le NASDAQ comme le S&P/TSX ont baissé. — La Presse

Aviation

Perte de 49,6 millions pour Transat

Transat a enregistré une perte de 49,6 millions au premier trimestre, contre une perte de 3,2 millions un an auparavant. Les revenus du premier trimestre de la société ont atteint 647,6 millions, en baisse par rapport aux 648,4 millions de l’an dernier. La société dit avoir été pénalisée par une hausse de ses coûts d’exploitation, en raison de l’affaiblissement du huard par rapport au dollar américain, de la hausse des prix du carburant et des coûts supplémentaires liés à la transition et à l’optimisation de sa flotte d’aéronefs. L’action a reculé de presque 10 % hier, à 4,85 $. — La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.