les Tout-électriques

Au compte-gouttes

Les constructeurs multiplient les annonces, mais celles-ci tardent à se matérialiser dans les salles d’exposition. Audi et Hyundai se lancent, tandis que Nissan peaufine son offre.

Les forces en présence

Audi e-Tron

BMW i3

Chevrolet Bolt

Ford Focus Electric (2018, quelques unités encore en stock)

Kia Soul EV

Hyundai Ioniq

Hyundai Kona Electric

Jaguar I-Pace

Nissan Leaf

Smart ForTwo

Tesla Model 3

Tesla Model S

Tesla Model X

Volkswagen e-Golf

Audi e-Tron

La marque aux anneaux entrelacés tient promesse. Ce printemps, elle donne formes et couleurs à son plan d’électrification avec la sortie de l’e-Tron. Présenté sous les traits d’un utilitaire, ce modèle représente la pierre d’assise d’une gamme en devenir puisque Audi confirme déjà que deux autres dérivés (un coupé et une berline 5 portes) viendront lui prêter main-forte d’ici la fin de 2020.

Assemblé en Belgique dans une usine entièrement destinée à la production de véhicules électriques, l’e-Tron tapisse la partie inférieure de son plancher d’une batterie de 95 kWh de quelque 700 kg et composée de 36 modules. Ceux-ci sont fournis par LG et le seront bientôt également par Samsung.

Physiquement, cet Audi se positionne entre les actuels Q5 et Q8 au sein de la gamme du constructeur allemand. Bénéficiant, de série, du rouage intégral, l’e-Tron fonctionne grâce à deux moteurs électriques. L’un se trouve à l’avant, l’autre à l’arrière. Audi annonce une répartition équitable du poids (50-50) entre les deux essieux et cela se ressent dans la conduite. Assis sur des suspensions pilotées électroniquement, l’e-Tron se révèle étonnamment dynamique à conduire – en dépit d’une direction un brin trop légère – et fort confortable. Le système de freinage régénératif permet de paramétrer son intensité pour intensifier ou non la recharge des batteries.

À bord, ce modèle reprend à son compte l’ensemble des avancées de la marque en matière de technologies embarquées, mais soulignons toutefois que la version canadienne ne substituera pas ses rétroviseurs au profit de caméras, comme c’est le cas de l’autre côté de l’Atlantique.

Marque/modèle

Audi e-Tron

Autonomie annoncée

328 km, selon la norme EPA

Autres modèles à considérer

Jaguar i-Pace, Tesla Model X

Pour

Finition sérieuse

Routière confortable et silencieuse

Châssis dynamique en dépit du poids

Contre

Options nombreuses et coûteuses

Autonomie mesurée

Seuil du coffre élevé

Prix de détail suggéré

90 000 $

Hyundai Kona Electric

Le retrait du moteur thermique à essence au profit d’une « centrale » électrique à bord de ce Kona comporte plusieurs éléments bénéfiques. Outre l’accélération plus linéaire et plus franche, ce Kona affiche aussi tous les attributs généralement associés à ce propulseur, comme le silence de fonctionnement ou encore un centre de gravité moins élevé. Et à cela s’ajoute la promesse d’une autonomie largement suffisante (415 km) pour calmer l’anxiété qui tétanise encore plusieurs consommateurs. Que du bon, alors ? Oui, mais il y a tout de même quelques écueils à surmonter. De loin, le plus important concerne le prix. Pour dorer la pilule au consommateur, le constructeur sud-coréen mise sur la copieuse liste d’accessoires de série, mais cet argument ne risque pas de peser bien lourd au moment de passer à la caisse.

Outre le prix à payer, il faut aussi composer avec un volume de coffre plutôt réduit et une présentation intérieure qui n’est pas des plus valorisantes pour le prix demandé. Sur le plan dynamique, le poids de la batterie (près de 500 kg) se fait sentir dans les virages négociés rapidement. Et pour ne pas arranger les choses, la direction plutôt aseptisée combinée à des pneumatiques peu performants ne donne pas une indication bien claire de l’emplacement des roues directrices et de leur niveau d’adhérence. En outre, mentionnons une pédale de frein plutôt spongieuse et un système antiblocage un peu trop prompt à se déclencher.

Marque/modèle

Hyundai Kona Electric

Autonomie annoncée

415 km, selon la norme RNCan

Autres modèles à considérer

BMW i3, Chevrolet Bolt

Pour

Équipement complet

Autonomie rassurante

Confort et silence de roulement

Contre

Prix élevé

Coffre étriqué

Certains dispositifs de sécurité intrusifs (ABS, correcteur de trajectoire)

Prix de détail suggéré

45 599 $

Nissan Leaf PLUS

Tout juste un an après la sortie de la deuxième génération de la Leaf, Nissan ajoute une déclinaison offrant une autonomie de quelque 360 km, soit 40 % de plus que la Leaf « ordinaire ». Outre ce rayon d’action accru, la Leaf PLUS signe de meilleurs temps non seulement d’accélération et de reprises, mais aussi de ravitaillement, grâce au nouveau système de charge rapide d’une capacité de 100 kW de série. Il faut savoir qu’en dépit de la capacité accrue de sa batterie, celle-ci occupe sensiblement le même espace dans le soubassement de cette Nissan. De sorte que, hormis une garde au sol légèrement surélevée, cette déclinaison PLUS ne diffère en rien physiquement de la Leaf de base.

Le diamètre de braquage particulièrement réduit et la franche poussée de son propulseur contribuent à rendre cette Nissan plutôt agile en milieu urbain. Agréable à conduire ? Oui. Amusante, pas forcément, surtout si la route se met à zigzaguer. Dans ces circonstances, la direction manque de ressenti et le sous-virage apparaît très tôt en raison notamment des pneumatiques qui procurent une adhérence plutôt moyenne. On trouve plaisir cependant dans le fonctionnement de l’« e-Pedal » qui permet, en relâchant la pédale d’accélérateur, d’immobiliser complètement le véhicule sans avoir à appuyer sur la pédale de frein. En clair, sauf dans une situation d’urgence, la pédale de frein est totalement obsolète.

Si la Leaf en met plein la vue sur le plan technique, il en va tout autrement au chapitre de la vie à bord. Outre le peu de support des sièges avant et le dégagement compté pour la tête à l’arrière, on relève également certaines lacunes sur le plan de la finition et des détails, comme cette colonne de direction qui se déplace en hauteur, mais non en profondeur.

Marque/modèle

Nissan Leaf PLUS

Autonomie annoncée

363 km, selon la norme RNCan – 349 km pour les déclinaisons SV et SL PLUS

Autres modèles à considérer

Chevrolet Bolt, Volkswagen e-Golf

Pour

Performances globales attrayantes (PLUS)

Fonctionnement de l’e-Pedal

Agilité en milieu urbain

Contre

Détails de présentation intérieure

Dégagement pour la tête à l’arrière

Dispositif de conduite semi-assisté (Pro-Pilot) décevant

Prix de détail suggéré

43 998 $ (PLUS)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.