Football universitaire

Avec panache

Les Stingers ont disposé des Redmen dans un match enlevant, hier. À Sherbrooke, les Carabins ont quant à eux surclassé le Vert & Or.

Rien de tel qu’un vieux trophée pour motiver deux équipes déjà animées par plusieurs décennies de rivalité.

On en a eu un autre exemple hier au stade Percival-Molson quand les Stingers de Concordia ont disposé des Redmen de McGill, 33-26, dans le genre de match enlevant que beaucoup aimeraient voir plus souvent au football universitaire québécois.

Les Stingers ont ainsi mis la main sur la Coupe Shaughnessy, une compétition « pour l’honneur » entre les deux universités anglophones de la métropole, dont on célèbre cette année le 50e anniversaire.

« Tous les matchs entre ces deux équipes sont marqués par cette tradition et sont habituellement très serrés, a souligné l’entraîneur-chef des gagnants, Brad Collinson. Ça n’a pas été différent aujourd’hui. C’est bien d’être allé chercher la victoire, mais il a encore fallu combler un écart que nous leur avions cédé par nos erreurs.

« Nous avons montré de belles choses, en attaque notamment, mais nous ne pourrons jouer de cette façon contre les meilleures formations et espérer gagner quand même », a averti Collinson, qui a passé plusieurs saisons avec le Rouge et Or de Laval avant de revenir à Concordia cette saison.

Les Stingers, qui avaient remporté leur match précédent sur le dernier jeu après une remontée spectaculaire, sont donc encore revenus de l’arrière et c’est encore le duo Adam Vance-Jarryd Taylor qui a fait la différence. Le premier, qui a complété 20 passes en 26 tentatives pour des gains de 366 verges, a rejoint Taylor quatre fois pour un total de 154 verges, deux importants touchés et une réception un peu « miraculeuse » menant au touché décisif.

« C’est le genre d’équipe que nous sommes. Nous ne lâchons jamais et nous trouvons souvent la façon de gagner. »

— Jarryd Taylor, des Stingers de Concordia

« Je ne sais pas encore comment j’ai attrapé le ballon sur cette fameuse réception, mais elle nous a permis de continuer notre poussée », a dit Taylor.

« Cela dit, c’est vrai que nous devrons beaucoup mieux jouer en début de match. Je ne me souviens pas d’une plus mauvaise première demie depuis que je suis avec les Stingers. »

Du côté des Redmen, l’entraîneur-chef Ronald Hilaire regrettait justement que ses joueurs n’aient pu « fermer les livres » après avoir pris un avantage de 16-3 au deuxième quart. « Nous sommes une équipe qui apprend, et ça [gérer un avantage], on ne l’a pas encore compris, a-t-il jugé. Nous n’avons pas encore cet “instinct du tueur” qui nous aurait mis à l’abri du retour des Stingers aujourd’hui.

« Nos joueurs ont quand même tout donné et le match s’est joué par un seul touché. Je ne veux pas mettre la défaite sur le dos des officiels, mais il y a eu quelques décisions qui ne nous ont certainement pas favorisés. »

Les Carabins trop forts

À Sherbrooke, l’attaque des Carabins de Montréal s’est finalement mise en marche et les Bleus ont surclassé le Vert & Or, 43-11.

Les hôtes ont marqué un point sur le premier jeu du match, mais ils ont ensuite vu le quart Dimitri Morand orchestrer six poussées offensives successives pour lancer les Carabins en avant 40-1 et tuer tout suspense avant même la mi-temps.

Le personnel du Vert & Or avait beaucoup parlé du transfert de l’entraîneur Jason Hogan, de Sherbrooke à Montréal, quelques jours avant le début de la saison. Toute cette histoire n’aura probablement servi qu’à motiver un peu plus les Carabins, qui n’ont laissé aucune chance à leurs rivaux.

Avec Morand (19 en 26, 283 verges), le receveur Régis Cibasu (huit réceptions pour 163 verges) et le porteur de ballon Asnnel Robo (103 verges de gains au sol et deux touchés) se sont particulièrement démarqués, même s’ils n’ont joué qu’une demie. Louis-Mathieu Normandin a capté la 12e passe de touché de sa carrière, un nouveau record des Carabins.

Cibasu, qui a décidé de disputer une cinquième saison avec les Carabins après avoir participé au camp des Bears de Chicago dans la NFL, a joué hier comme un professionnel. Sa taille, sa vitesse et sa puissance laissaient les demis défensifs du Vert & Or sans recours.

« Nous sommes vraiment sortis en force aujourd’hui et notre attaque s’est tout de suite mise en marche, a souligné Cibasu. La défense et les unités spéciales ont aussi fait leur boulot et c’est le genre de victoire d’équipe que nous apprécions. Pour ma part, je suis bien sûr content d’avoir la chance de joueur une autre saison avec les Carabins, tout en poursuivant mon développement de façon à être encore mieux préparé pour le prochain niveau. »

Les Carabins (2-1) partagent maintenant le deuxième rang avec les Stingers de Concordia (2-1) et les deux équipes s’affronteront justement samedi prochain, à Concordia. Dans l’autre match, les Redmen rendront visite au Rouge et Or de Laval. Pour le Vert & Or, qui a perdu ses quatre premiers matchs, la semaine de pause ne pouvait arriver à un meilleur moment.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.