Récupération alimentaire

Donner la viande plutôt que la jeter

Au lieu d’aboutir dans les poubelles, la viande de 26 épiceries de la région de Montréal est désormais récupérée pour être remise à des personnes dans le besoin. En moins d’un an, 43 tonnes de viande tout à fait propre à la consommation, l’équivalent de 584 537 $, ont été récupérées par l’organisme Moisson Montréal.

Il y a un peu plus d’un an, c’est le groupe Loblaw qui a proposé à Moisson Montréal de lui offrir certaines denrées destinées à l’enfouissement, mais encore bonnes à manger. Comme la banque alimentaire reçoit beaucoup de fruits, de légumes, de produits laitiers, de denrées non périssables, mais très peu de viande (seulement 1 % de tous les dons), elle a sauté sur l’occasion.

L’organisme a accepté l’offre de Loblaw (Loblaws, Provigo, Maxi), pourvu que les dons des supermarchés soient constitués d’au minimum 60 % de viande, le reste pouvant venir des autres rayons des épiceries.

« Puisqu’on débourse certains montants pour le camion réfrigéré et le camionneur, il fallait un retour sur notre investissement. La viande, c’est une denrée que nous recevions en très petite quantité et qui est chère. Ça justifie donc ces dépenses. »

— Dany Michaud, directeur général de Moisson Montréal

Le projet a commencé petit, avec seulement six magasins. Progressivement, Moisson Montréal a ajouté des IGA, des Metro et des Super C à son trajet de cueillette d’aliments. Puis, d’ici décembre, 30 nouvelles succursales se joindront au projet de récupération alimentaire.

Avec 339 épiceries sur l’île de Montréal et 1851 autres dans la province*, Moisson Montréal ne veut pas brûler les étapes, mais elle se permet assurément de rêver grand.

FILETS MIGNONS ET VIANDES DE GIBIER

Si vous croyez que Moisson Montréal ne reçoit que de la viande hachée, détrompez-vous ! Filets mignons, magrets de canard, côtes levées et charcuteries sont congelés dans les épiceries et récupérés par Moisson Montréal au lieu d’être enfouis dans un dépotoir quelconque ou transformés en farine animale.

Et ce n’est pas que la qualité de la viande qui étonne. Moisson Montréal en reçoit aussi une quantité impressionnante. Lors de notre passage chez le IGA de Saint-Lambert, l’épicerie a remis 26 boîtes pleines à craquer de viandes et d’aliments divers. Et ce n’était que l’une des deux collectes hebdomadaires qui se font au supermarché.

Une fois qu’il s’est assuré que la viande ne risquait pas d’être contaminée, Bruno Ménard, vice-président des Marchés Louise Ménard qui comprend le IGA de Saint-Lambert, n’a pas hésité une seconde à se joindre au projet de Moisson Montréal. Les cinq épiceries du groupe remettaient déjà des aliments à des organismes communautaires, mais l’expérience n’était pas tout à fait concluante.

« C’était absurde de jeter des produits qui étaient encore bons à manger. »

— Bruno Ménard, vice-président des Marchés Louise Ménard

« Il y a trois aspects importants dans ce projet. On redonne à la communauté, on réduit la quantité de matière que l’on envoie au dépotoir et on réalise des économies, car pour une entreprise, ça coûte quelque chose d’enfouir des déchets ou de composter », explique M. Ménard.

APAISER LES INQUIÉTUDES

Comme M. Ménard, toutes les épiceries partageaient cette préoccupation avant de se joindre au projet : si la chaîne de froid n’est pas respectée, la viande risque d’être contaminée.

Moisson Montréal a donc établi un protocole rigoureux. La température du camion est mesurée à chaque cueillette d’aliments, un ingénieur fait des tests aléatoires dans l’entrepôt de la banque alimentaire et des échantillons sont envoyés à un laboratoire externe pour s’assurer que la viande soit propre à la consommation.

Pour apaiser les craintes des supermarchés, une étiquette de Moisson Montréal est également apposée sur le nom du marchand. Les organismes qui reçoivent ensuite les viandes s’engagent, par écrit, à les cuisiner aussitôt qu’elles sont dégelées.

Moisson Montréal a voulu prendre toutes les mesures nécessaires pour convaincre plusieurs épiceries qu’il est possible de récupérer leurs viandes sans danger. C’est maintenant chose faite, pour le plus grand bonheur des 26 organismes qui reçoivent cette nourriture.

*Source: ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, en 2013

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.